11e Opération Rosa Mystica sur l’île de Mindanao – N° 05 : samedi 18 février 2017


Le capi­taine lui-​même vient au pied de la Vierge et lui consacre offi­ciel­le­ment tout son baranguay

Tandis que le tra­vail médi­cal se pour­suit au gym­nase, quelques volon­taires vont décou­vrir une « Marys’mission » avec Father Tim. Inutile d’essayer de com­pa­rer la Milice de l’Immaculée fran­çaise avec celle d’ici : la men­ta­li­té des gens est tel­le­ment dif­fé­rente que le « tra­vail d’approche » ne se fait pas du tout de la même façon. Retour à l’époque du père Kolbe : on bat la cam­pagne pour faire venir les gens à l’église, et ils viennent 

Alors que nous arri­vons à Noralah pour com­men­cer la mis­sion, les femmes du baran­guay (quar­tier de la ville) nous font signe de les suivre. Father Tim s’exécute, et nous voi­là bien­tôt devant une table dres­sée pour nous, gar­nie d’au moins dix plats dif­fé­rents, porc en sauce, sar­dines grillées, nems, riz, pâtes, gâteau de coco, etc. 

Ce n’est pas très conforme à l’esprit de déta­che­ment de la Milice ! Mais il faut aus­si mon­trer notre recon­nais­sance pour cela, et goû­ter tant bien que mal à tout cela. Au des­sert, Father Tim gronde gen­ti­ment les dames en leur disant que cela n’est pas pré­vu dans le dérou­le­ment des « Marys’ Mission » ; si elles recom­mencent, il leur don­ne­ra vingt pompes à faire ! 

Les pré­pa­ra­tifs com­mencent dans le petit gym­nase : mise en place de l’autel pour la messe du soir, et ins­tal­la­tion de la Vierge de Fatima sur son bran­card. La pro­ces­sion se met len­te­ment en route. 

Le prin­cipe est le sui­vant : La Vierge est por­tée devant en ambas­sa­drice, les fidèles suivent, le prêtre marche à l’arrière avec micro et haut-​parleur ; il nous fait réci­ter le cha­pe­let, et fait l’annonce sui­vante entre chaque dizaine : « Chers amis, la Vierge Marie vient vous rendre visite ! C’est votre mère à tous, elle vous apporte pro­tec­tion et bon­heur ! Si vous vou­lez vous consa­crer à elle, venez à 5h, il y aura la messe, et vous rece­vrez comme cadeau de la Vierge son sca­pu­laire et sa médaille. A 5h, au gym­nase San Miguel, votre Mère du Ciel vous attend ! » 

En fait de pro­ces­sion, nous mar­chons bien deux heures et demie, en alter­nant béton brû­lant des routes et fraî­cheur des che­mins de tra­verse. Au gré des kilo­mètres, la file des pèle­rins s’allonge. Et quand nous sommes de retour au gym­nase, presque tous les habi­tants du baran­guay sont là ! Il y a ceux qui ont mar­ché avec nous der­rière la Vierge, et ceux qui nous attendent sur place pour la messe. Beaucoup d’enfants courent par­tout, le recueille­ment est très rela­tif, mais enfin ils sont là, et le ser­mon théâ­tral et toni­truant de Father Tim déci­de­ra presque tout le monde à s’engager dans la Milice.

Après la messe, il y a d’abord l’imposition des sca­pu­laires : il suf­fit de le por­ter tout le temps autour du cou avec dévo­tion, de réci­ter trois Ave Maria par jour, et la Sainte Vierge pro­met de nous évi­ter l’enfer ; vous pen­sez bien que les Philippins ne se le font pas dire deux fois, on ne refuse pas un « talis­man » si effi­cace ! Pour l’étape sui­vante, ils ont besoin de savoir un peu plus à quoi ils s’engagent : le Père leur expose dans les grandes lignes la reli­gion catho­lique, et le rôle de la Milice qui se consacre à la Sainte Vierge et pro­met de répandre son nom. Pour pou­voir y accé­der, il faut être bap­ti­sé, por­ter la médaille, et s’engager à faire quelque chose pour la Vierge. Puis c’est le moment de réflexion avant de s’engager. Distribution de fiches d’inscription, puis vali­da­tion par les caté­chistes. Les enfants doivent apprendre une prière par cœur pour mani­fes­ter leur bonne volonté. 

Quand l’aspect tech­nique des enrô­le­ments est clos, vient la céré­mo­nie d’intronisation, avec renou­vel­le­ment des pro­messes du bap­tême et enga­ge­ment à ser­vir Marie. Les atti­tudes sont variées : cer­tains visages sont recueillis et graves, d’autres curieux et sou­riants ; cer­tains s’engagent pour faire comme les autres ; et il y a ceux qui com­prennent mal l’anglais et suivent le mou­ve­ment. Father Tim a bien conscience que la terre dans laquelle il sème n’est pas tou­jours fer­tile, mais il voit là son vrai tra­vail de mis­sion­naire : semer et beau­coup culti­ver ; puis, peut-​être, un jour, récolter.

Pour cou­ron­ner le tout, le capi­taine lui-​même vient au pied de la Vierge et lui consacre offi­ciel­le­ment tout son baran­guay [Voir la pho­to n° 1 de e repor­tage]. Imaginez le quart de la moi­tié de ce genre de céré­mo­nie en France… On croit rêver ! 

Il est 21h, l’ensemble des céré­mo­nies a duré quatre heures. On nous offre à dîner avant de reprendre la route. Mais pour aller où ? Father Tim nous dit sur le ton de la blague que le chauf­feur a reçu une noix de coco sur la tête, alors le retour est compromis.

En fait, c’est le bus qui donne réel­le­ment des signes de fai­blesse, ce n’est peut-​être pas rai­son­nable d’aller jusqu’à Gensan. Alors pour­quoi ne pas s’arrêter à Marbel, où une gen­tille parois­sienne pro­pose de nous loger ? Les pour­par­lers sont longs, nous sui­vons de loin les déci­sions qui vont et viennent, Patrick pré­vient sa femme de ne pas s’inquiéter, et nous appri­voi­sons l’idée de dor­mir chez l’habitant sans toi­lette ni linge de rechange, et de rejoindre les autres le len­de­main quand Dieu vou­dra… Le bus finit par démar­rer, nous arri­vons vite à Marbel. Et là, sur­prise, il est 23h15, et on nous annonce que le bus nous ramène à Gensan. Arrivée à 1h du matin. 

Tout vient à point à qui sait attendre ! 

Jeanne de Vençay, envoyée spé­ciale de La Porte Latine aux Philippines.

Suite des reportages de la Mission Acim Asia 2017

11° Opération Rosa Mystica sur l’île de Mindanao – N° 06 : lun­di 20 février 2017
11° Opération Rosa Mystica sur l’île de Mindanao – N° 07 : mar­di 21 février 2017
11° Opération Rosa Mystica sur l’île de Mindanao – N° 08, fin de la mis­sion 2017

Pour continuer à aider la Mission Acim Asia 2017

Les dons pour ACIM ASIA doivent être envoyés au : 

Dr Jean-​Pierre Dickès
2, route d’Equihen
62360 St-​Etienne-​du-​Mont
jpdickes@gmail.com

Il est rap­pe­lé que la tota­li­té des dons est envoyé à la mis­sion sans pré­lè­ve­ment de quelque nature que ce soit.
D’autant qu’ACIM France prend en charge inté­gra­le­ment le fonc­tion­ne­ment
de sa petite sœur d’Asie. Tous les volon­taires sont les bien­ve­nus tout au long de l’année.

Reçus fis­caux sur demande