12e Opération Rosa Mystica dans l’île de Mindanao à Polomolok – N° 03 : mardi 10 avril 2018

En venant au gym­nase ce matin, nous assis­tons à une céré­mo­nie sym­pa­thique qui a lieu chaque mar­di : l’hommage au dra­peau. Il y a foule, beau­coup d’uniformes, et même un camion de déte­nus ! Discours, bal­lons aux cou­leurs du dra­peau phi­lip­pin, applau­dis­se­ments. Ici, on aime son pays ! 

Troisième journée : mardi 10 avril 2018

Devant le gym­nase, c’est déjà l’affluence. Les pre­miers patients sont arri­vés dès quatre heures du matin. Ils com­mencent une longue attente, le temps de se faire enre­gis­trer, de patien­ter dans la pre­mière zone, d’être diri­gés vers le soin deman­dé, d’attendre encore, d’avoir leur consul­ta­tion, d’attendre à nou­veau devant la phar­ma­cie, de rece­voir leurs médi­ca­ments, et si besoin, de se faire ins­crire par Cristina pour l’hôpital. Tout cela dure entre quatre et six heures. 

Pendant l’attente, Father Tim, l’abbé Peron, les sœurs bétha­niennes, les dames de la Légion de Marie et quelques volon­taires sont à l’œuvre : cours de caté­chisme, impo­si­tion de sca­pu­laires et de médailles mira­cu­leuses, appren­tis­sage du cha­pe­let, enga­ge­ments dans la Milice de l’Immaculée. Isabelle se fait l’animatrice de la « Children Area ». Jamais à cours d’idées, elle orga­nise des jeux, des décou­pages, des chants, et décore un pan­neau avec des colo­riages d’animaux, de prin­cesses et de médailles mira­cu­leuses ! C’est une chose de soi­gner les réels pro­blèmes de san­té, mais pour la plu­part des Philippins, c’est le simple fait qu’on s’occupe d’eux qui leur fait du bien. Un sou­rire, un chant, un cadeau, une pho­to avec eux, et les cœurs sont gagnés ! 

Parmi les patients, il y a beau­coup de pro­blèmes liés à l’hygiène et à l’alimentation. Les méde­cins constatent des pro­blèmes res­pi­ra­toires, du dia­bète et des infec­tions. Pour les cas plus graves, notam­ment les goitres, il faut pré­voir un pas­sage par l’hôpital, et donc des frais que la mis­sion devra prendre en charge. 

Un homme mal en point vient consul­ter, il avait eu une angio­plas­tie (inter­ven­tion sur les vais­seaux san­guins) en 2012, sans doute suite à un infarc­tus, et son état est inquié­tant, il n’a rien fait depuis six ans pour se soi­gner. Ici, les gens subissent et acceptent leur vie telle qu’elle est, sans essayer de l’améliorer. Les méde­cins de la mis­sion sont leur miracle de l’année : ils vont avoir des soins médi­caux inima­gi­nables en-​dehors de ce contexte. 

Sinon, un enfant arrive presque aveugle. Joséphine lui trouve la tête anor­ma­le­ment petite : appa­rem­ment, la maman était gra­ve­ment malade pen­dant la gros­sesse, et l’enfant en a reti­ré une mal­for­ma­tion céré­brale. Là encore, on ne peut rien faire sur place, il faut donc pres­crire des exa­mens à l’hôpital. Par rap­port aux autres années, Brigitte, notre phar­ma­cienne pré­fé­rée, a l’impression de don­ner moins de médi­ca­ments, car les patients viennent sur­tout pour de la petite chi­rur­gie, ou pour avoir une ordon­nance qui les fera soi­gner gra­tui­te­ment à l’hôpital.

Pendant ce temps, mon­sieur l’abbé Rostand, qui avait pas­sé deux ans aux Philippines il y a vingt-​cinq ans, va plu­tôt à l’extérieur conti­nuer la Mary’s Mission. Pour nos nou­veaux lec­teurs, juste une expli­ca­tion : une délé­ga­tion de la Légion de Marie va avec un prêtre dans un baran­guay voi­sin, la caté­chiste en chef rap­pelle quelques notions de reli­gion, puis pro­pose médailles, sca­pu­laires et entrée dans la Milice de l’Immaculée. En géné­ral, les gens sont contents, ils y voient une pro­tec­tion et un sou­tien dans leur vie difficile. 

Ce jour, nous allons à Sulit Polomolok, où il y a déjà quatre-​vingts catho­liques. La « pêche » est bonne, nous repar­tons avec soixante-​dix-​sept nou­veaux ins­crits. Prions pour qu’ils per­sé­vèrent ! L’abbé doit aus­si admi­nis­trer une extrême-​onction un peu plus loin. Le pas­sage du prêtre dans une mai­son est tou­jours un grand hon­neur pour les hôtes ; ils veulent donc remer­cier, et là, comme ils n’avaient rien chez eux, ils sont allés ache­ter un sand­wich au Jollibee, le MacDo local !

Pour finir en beau­té la jour­née, après avoir vu défi­ler pas moins de cinq cents patients, nous sommes invi­tés par les Eagles pour un dîner de qualité.

Maraming sala­mat !

Sources : Rosa Mystica 2018 /​Jeanne de Vençay /​La Porte Latine du 11 avril 2018

Suite des reportages 2018

Accès au repor­tage n° 04 du mer­cre­di 11 avril 2018
Accès au repor­tage n° 05 du jeu­di 12 avril 2018
Accès au repor­tage n° 06 du ven­dre­di 13 avril 2018
Accès au repor­tage n° 07 du same­di 14 avril 2018
12° Opération Rosa Mystica n° 08 : mis­sion à Davao – « Ce n’est qu’un au revoir… »
12° Opération Rosa Mystica aux Philippines – N° 09 : la vidéo de cette magni­fique mis­sion 2018

Pour continuer à aider la Mission Acim Asia 2018

Les dons pour ACIM ASIA doivent être envoyés au : 

Dr Jean-​Pierre Dickès
2, route d’Equihen
62360 St-​Etienne-​du-​Mont
jpdickes@gmail.com

Il est rap­pe­lé que la tota­li­té des dons est envoyé à la mis­sion sans pré­lè­ve­ment de quelque nature que ce soit.
D’autant qu’ACIM France prend en charge inté­gra­le­ment le fonc­tion­ne­ment
de sa petite sœur d’Asie. Tous les volon­taires sont les bien­ve­nus tout au long de l’année.

Reçus fis­caux sur demande