12e Opération Rosa Mystica dans l’île de Mindanao à Polomolok – N° 06 : vendredi 13 avril 2018

Christina est plus que jamais sol­li­ci­tée aujourd’hui. Elle gère le pôle « ref­fe­ral » depuis des années et s’en sort avec brio, mal­gré la com­plexi­té de son tra­vail : elle récu­père toutes les demandes d’analyses, scan­ners, opé­ra­tions qui néces­sitent un pas­sage à l’hôpital. Quand il s’agit de prises de sang ou de radios, elle trans­fère d’office la demande, sachant que la mis­sion pour­ra finan­cer. Mais dès que le méde­cin demande autre chose, elle note toutes les infor­ma­tions concer­nant le patient, et devra voir ensuite avec Yolly et de Dr Dickès ce qu’il est pos­sible de finan­cer. Il fau­dra ensuite recon­tac­ter la per­sonne pour la tenir au courant. 

C’est tou­jours déli­cat de prendre ces déci­sions, car cela implique par­fois de ne pas soi­gner une per­sonne gra­ve­ment malade si on sait qu’elle ne pour­ra pas gué­rir, tan­dis qu’on pri­vi­lé­gie­ra quelqu’un de moins atteint mais qui a toutes les chances de s’en sor­tir. Tous ces soins post-​mission sont pos­sibles grâce aux dons régu­liers de nos bien­fai­teurs. Un immense mer­ci pour leur fidèle géné­ro­si­té ! Et mer­ci d’avance à tous ceux qui vou­dront par­ti­ci­per aus­si à ce sau­ve­tage d’un peuple si éprouvé ! 

Sixième journée : vendredi 13 avril 2018

Pour pro­po­ser une diver­sion aux volon­taires, Elaine a orga­ni­sé une expé­di­tion dans les plan­ta­tions d’ananas, célé­bri­té de la région. Le sol est aride et pous­sié­reux, mais les pluies de la mous­son suf­fisent à les faire pous­ser. Un ana­nas met trois ans pour arri­ver à matu­ri­té, il y a donc un rou­le­ment d’un champ à l’autre pour assu­rer une pro­duc­tion régu­lière, d’autant que l’entreprise Dole est implan­tée ici. 

C’est une énorme infra­struc­ture qui exporte des fruits à l’international. Nous visi­tons les lieux, escor­tés par l’armée et par deux Philippines pour les­quelles le tou­risme équi­vaut à prendre des pho­tos dans chaque nou­vel endroit. Et pour varier les plai­sirs, il faut bien sûr faire des pho­tos « funny » ! 

Tout le long de la semaine, les prêtres et les reli­gieuses n’ont pas comp­té leur temps auprès des patients qui attendent. Au moins trois fois par jour, nous enten­dons réson­ner l’Ave Maris Stella qui marque l’entrée de nou­veaux membres dans la Milice de l’Immaculée. Les dis­tri­bu­tions de médailles se comptent par cen­taines au bout de cinq jours. Il y a aus­si quelques extrêmes-​onctions, et aujourd’hui, un bap­tême de jumeaux âgés de deux ans. Leur maman est venue consul­ter hier, et choi­sit Dr Eleni comme mar­raine ! La céré­mo­nie est ori­gi­nale en son genre, entre latin, fran­çais, polo­nais et visaya. Pause obli­ga­toire en plein milieu : l’huile est introu­vable ! Après de vaines recherches et quelques coups de télé­phone, on attend une demi-​heure, et quelqu’un en apporte de GenSan. Voilà deux nou­veaux petits catho­liques en terre philippine ! 

Côté médi­cal, une jeune adulte, Michelle, s’est fait une brû­lure à l’huile sur le bras gauche d’au moins 30cm. Henri diag­nos­tique une brû­lure éten­due au second degré. Elle est venue le pre­mier jour de la mis­sion, puis a dû reve­nir pour les réfec­tions de pan­se­ments. Aujourd’hui, la plaie est propre mais la des­truc­tion de l’épiderme entraî­nant un risque infec­tieux impor­tant, vu les condi­tions d’hygiène locales, la patiente devra pour­suivre son sui­vi à l’hôpital. Claire et Antoine l’ont féli­ci­tée pour son cou­rage, car ils savent bien que ce genre de soin est très douloureux. 

Joséphine voit une petite fille de 10 ans qui ne mesure que 92cm et semble avoir une hypo­thy­roï­die ; sa maman et sa jumelle sont mortes à sa nais­sance. Elle a un retard men­tal et ne parle qua­si­ment pas. A son âge, il est pro­ba­ble­ment trop tard pour qu’elle rat­trape ce retard. Si le diag­nos­tic est confir­mé, un trai­te­ment hor­mo­nal pour­rait peut-​être amé­lio­rer son état. 

Vers 18h30, les grands ran­ge­ments com­mencent. On dirait une vaste four­mi­lière en pleine acti­vi­té. Démontage des box, ran­ge­ment ergo­no­mique (tout peut arri­ver !) des lunettes, inven­taire des médi­ca­ments, cha­cun se découvre encore un peu d’énergie pour finir. La semaine de mis­sion s’achève ici, mais après le dîner, c’est le départ vers de nou­velles aven­tures, à Davao et à Sarangani. 

A bien­tôt pour conti­nuer à suivre notre périple ! 

Sources : Rosa Mystica 2018 /​Jeanne de Vençay /​La Porte Latine du 14 avril 2018

Suite des reportages 2018

Accès au repor­tage n° 07 du same­di 14 avril 2018
12° Opération Rosa Mystica n° 08 : mis­sion à Davao – « Ce n’est qu’un au revoir… »
12° Opération Rosa Mystica aux Philippines – N° 09 : la vidéo de cette magni­fique mis­sion 2018

Pour continuer à aider la Mission Acim Asia 2018

Les dons pour ACIM ASIA doivent être envoyés au : 

Dr Jean-​Pierre Dickès
2, route d’Equihen
62360 St-​Etienne-​du-​Mont
jpdickes@gmail.com

Il est rap­pe­lé que la tota­li­té des dons est envoyé à la mis­sion sans pré­lè­ve­ment de quelque nature que ce soit.
D’autant qu’ACIM France prend en charge inté­gra­le­ment le fonc­tion­ne­ment
de sa petite sœur d’Asie. Tous les volon­taires sont les bien­ve­nus tout au long de l’année.

Reçus fis­caux sur demande

Sources : ACIM-​Asia /​La Porte Latine du 16 mars 2018