Bénédiction de la chapelle du MJCF

Événement atten­du depuis long­temps, la béné­dic­tion de l’Oratoire Saint-​Dominique du local natio­nal du Mouvement de la Jeunesse Catholique de France (MJCF) a été faite le jour de l’Ascension.

L’Ascension 2022 fut bien rem­plie au local natio­nal du MJCF de l’avenue Pasteur à Gentilly. En effet, le Protecteur ecclé­sias­tique de ce mou­ve­ment de jeunes, son excel­lence Mgr Alfonso de Galarreta, a pro­cé­dé à la béné­dic­tion de l’« Oratoire Saint-​Dominique » devant une cen­taine de membres actifs, anciens, parents et amis. Bénédiction tant attendue.

Cette céré­mo­nie ter­mine en effet la phase d’installation du MJCF dans ses murs, une quin­zaine d’années après avoir acquis, au sud de Paris, une spa­cieuse mai­son dont le rez-​de-​chaussée avait été l’entrepôt d’un maraî­cher : c’est dans cette vaste salle de plus de 200 m² et d’une hau­teur de 5 mètres de pla­fond que furent amé­na­gées une cha­pelle pour rece­voir un peu plus de cent per­sonnes et une belle salle de réunion de capa­ci­té équi­va­lente. Le reste de la mai­son, trois étages d’habitation, avait été trans­for­mé dès l’acquisition pour rece­voir la logis­tique de cette asso­cia­tion catho­lique et tout un étage fut réser­vé aux loge­ments d’une dou­zaine de gar­çons, essen­tiel­le­ment des ani­ma­teurs du mouvement.

Le local, cœur du Mouvement de la Jeunesse Catholique de France

Car le local MJCF n’est pas qu’une enti­té admi­nis­tra­tive ; il est le cœur du mou­ve­ment. La cha­pelle, en par­ti­cu­lier, voit les ani­ma­teurs chan­tant l’office divin, réci­tant le cha­pe­let et assis­tant à la messe, exemple essen­tiel de prière pour l’ensemble du MJCF. Dans son homé­lie, Monseigneur insis­ta jus­te­ment sur la néces­si­té de la contem­pla­tion pour être de vrais apôtres du Christ : c’est l’Âme de tout apos­to­lat, selon l’ouvrage de dom Chautard, bien connu des ani­ma­teurs. Sans elle, les « fleuves d’eau vive » ne peuvent cou­ler du sein de l’apôtre, mal­gré la pro­messe du Christ, son action sera nulle. Et d’insister : il faut que l’apôtre ait d’abord un grand désir de Jésus-​Christ, puis qu’il vienne au Sauveur par l’oraison et le sacri­fice. « Celui qui a soif qu’il vienne à moi et qu’il boive ; des fleuves d’eau vive cou­le­ront de son sein… » (Jean 7,38).

Le local MJCF, lieu d’étude

Le local est aus­si un lieu d’étude : la salle-​bibliothèque amé­na­gée à côté de la cha­pelle a cette des­ti­na­tion. D’abord par les 7000 livres, enfin ran­gés dans leurs éta­gères après 12 ans de sto­ckage pous­sié­reux dans les caves de Gentilly. Le MJCF édite une revue bis­an­nuelle, Savoir et ser­vir, des livres plus éla­bo­rés – par exemple l’ouvrage de syn­thèse sur La Passion de Jésus-​Christ ou le recueil d’actes du magis­tère romain, Encycliques de com­bat – et tout l’ensemble des cour­riers internes pour ses propres membres. La dif­fu­sion de toute cette lit­té­ra­ture est une des tâches des ani­ma­teurs : apos­to­lat du livre. La for­ma­tion intel­lec­tuelle est en effet néces­saire pour « livrer aux autres le fruit de sa contem­pla­tion », selon la devise de saint Dominique sous le patro­nage duquel sont pla­cés les ani­ma­teurs du MJCF. Là aus­si, Monseigneur en tou­cha un mot dans son ser­mon car la trans­mis­sion est vitale dans un mou­ve­ment de jeu­nesse qui perd et renou­velle en conti­nu ses ani­ma­teurs ; non seule­ment trans­mis­sion de la foi catho­lique, mais aus­si de la manière de vivre cette foi – pour les ani­ma­teurs, Vivre le chris­tia­nisme (Jean Daujat) consti­tue l’exemple pre­mier qui conver­tit les âmes des jeunes – et enfin de la manière de rayon­ner cette foi, selon une péda­go­gie éprou­vée depuis plus de cin­quante années. La salle de confé­rence devrait faci­li­ter les réunions des équipes et des pro­vinces MJCF au local et même don­ner un coup de fouet par des ras­sem­ble­ments plus élar­gis encore. Et qui sait si le local ne pour­rait pas deve­nir un impor­tant centre intel­lec­tuel catholique ?

L’ambiance convi­viale devrait ser­vir aus­si à atti­rer ceux que le monde a, depuis long­temps, déçus. Et ce n’est pas la moindre des forces du mou­ve­ment que cet accueil de tous et sans com­pli­ca­tion : au 41 de l’avenue Pasteur, à toute heure du jour et de la nuit, la table est tou­jours dressée…

Voici vrai­ment un com­plexe apos­to­lique des plus adap­tés que la Providence a confié aux jeunes du MJCF.

À cette béné­dic­tion, le cler­gé s’était fait vaillam­ment repré­sen­ter. Les fonc­tions des diacres d’honneur étaient assu­rées par Messieurs les abbés Loïc Duverger, pre­mier assis­tant du dis­trict de France de la Fraternité Saint-​Pie X, et Alain Lorans, res­pon­sable de la presse pour la mai­son géné­rale de la même Fraternité. Le père gar­dien Antoine des capu­cins de Morgon avait délé­gué deux des siens comme diacre et sous-​diacre. Tout ce petit monde fut heu­reux de se retrou­ver à visi­ter le local – excep­tion­nel­le­ment ran­gé de près pour l’occasion – avant d’entamer les tra­di­tion­nelles agapes par les­quels se ter­mine, dans la France tra­di­tion­nelle, toute céré­mo­nie qui se respecte.

Perspectives

Le MJCF recherche encore une demi-​douzaine des vitraux ain­si que des bancs d’église avec age­nouilloirs. Toute pro­po­si­tion sera la bienvenue.

Des camps iti­né­rants de vacances sont aus­si orga­ni­sés par les ani­ma­teurs entre le 23 juillet et le 21 aout, en France et en Espagne : tout jeune de bonne volon­té peut s’y inscrire.

Vous pou­vez aus­si signa­ler les gar­çons et jeunes filles de 18 à 25 ans qui dési­re­raient connaître la foi catholique.

Contact : sg.mjcf@gmail.com