LAB de l’école Saint-​benard de Courbevoie (92) – Soyons remplis de haine ! – Mai 2012

Lettre aux parents, amis et bienfaiteurs


Pour lire toute la lettre, cli­quez sur l’i­mage ci-​dessus ou sur le lien ci-dessous

Pour lire toute la lettre : nouvelles, activités, projets !

Cliquez sur le fichier pdf

Editorial de l’abbé Bernard de Lacoste

Soyons remplis de haine !

Nous sommes tous conta­mi­nés par le libé­ra­lisme qui nous pousse à aimer la véri­té sans détes­ter l’er­reur, à aimer la ver­tu sans haïr le vice. Mais un tel amour est faux. Dieu lui-​même, qui est cha­ri­té, déteste l’er­reur. Il aime le pécheur mais hait pro­fon­dé­ment le péché. En effet, il est impos­sible d’ai­mer un être sans haïr ce qui nous en détourne

. Il est impos­sible d’ai­mer for­te­ment la véri­té sans détes­ter le men­songe, d’ai­mer for­te­ment le bien et le sou­ve­rain Bien, qui est Dieu, sans détes­ter ce qui nous détourne de Dieu. D’où l’in­quié­tude d’Ernest Hello : « Jusqu’où sommes-​nous tom­bés si nous ne savons plus haïr ? » Ecoutons Tertullien : « Pourquoi disons-​nous que Dieu est sou­ve­rai­ne­ment bon, sinon parce qu’il a sou­ve­rai­ne­ment le mal en hor­reur ? Et qu’est-​ce à l’é­gard de Dieu que d’a­voir une sou­ve­raine hor­reur pour le mal, si ce n’est de le pour­suivre sans relâche et d’en être l’im­pla­cable vengeur ? »

A l’exemple de Dieu, nous devons com­battre le péché et l’er­reur, les haïr et même en ins­pi­rer la haine, le mépris et l’hor­reur. Cette sainte haine n’est que l’en­vers de notre amour de Dieu. Il y a dans le coeur des saints les plus humbles et les plus doux une pro­fonde cha­ri­té pour les pécheurs et les éga­rés, unie à une sainte haine du mal qui est forte comme leur amour de Dieu.

Dans le Coeur imma­cu­lé de Marie, il y a, comme suite de son ardente cha­ri­té, une haine brû­lante du mal qui la rend ter­rible au démon. Demandons au Coeur imma­cu­lé de Marie et au Sacré-​Coeur du Sauveur, four­naise ardente de cha­ri­té, cette sainte haine du mal, cette sainte haine de l’or­gueil, de la paresse spi­ri­tuelle, de l’en­vie, de la colère injuste, de la mal­veillance et de la sensualité.

Demandons-​leur aus­si cette sainte détes­ta­tion des erreurs qui conta­minent nos intel­li­gences. Alors pour­ra gran­dir en nous et de plus en plus la vraie cha­ri­té, l’a­mour de Dieu et des âmes en Dieu.

Abbé Bernard de Lacoste, Directeur