En l’honneur de l’époux de Notre-Dame

Comme chaque année, ce sont les domi­ni­caines ensei­gnantes de Brignoles qui ont confec­tion­né le dos­sier doc­tri­nal et spi­ri­tuel du pro­chain pèle­ri­nage, qui se dérou­le­ra à la Pentecôte pro­chaine. Ces reli­gieuses nous expri­maient depuis quelques années leur sou­hait que l’un des pèle­ri­nages natio­naux à venir porte sur saint Joseph. Tant par recon­nais­sance pour l’aide si pré­cieuse qu’elles nous apportent que parce que leur vœu cor­res­pon­dait à notre propre désir d’ho­no­rer l’é­poux de la très sainte Vierge Marie, c’est avec joie que nous avons donc choi­si ce thème pour le pèle­ri­nage de 2013.

Peu après, à l’oc­ca­sion du cha­pitre d’af­faires de la Fraternité qui s’est tenu à Écône au mois de juillet 2012, il a été déci­dé la consé­cra­tion de notre congré­ga­tion à saint Joseph, patron de l’Église uni­ver­selle, en 2013. Cette heu­reuse déci­sion, en ces heures si dou­lou­reuses que tra­verse la sainte Église, nous four­nit une rai­son sup­plé­men­taire d’o­rien­ter nos intel­li­gences, nos cœurs, notre prière vers ce grand saint dont le rôle essen­tiel reste encore bien méconnu.

La sur­ve­nue de ces deux évé­ne­ments en 2013 nous invite, dès main­te­nant, à nous tour­ner d’une manière toute par­ti­cu­lière vers saint Joseph afin de rece­voir les bien­faits sur­abon­dants qu’il fera des­cendre sur les âmes qui lui mani­fes­te­ront leur confiance. La ferme espé­rance que nous pla­çons dans les secours qu’il nous enver­ra est à la mesure de l’é­tat d’af­freuse déré­lic­tion où se trouvent tom­bées la sainte Église et la France.

Puisque saint Joseph est le patron de la sainte Église et que la France lui a été consa­crée en 1661 par Louis XIV, il est bien pos­sible que le bon Dieu attende tout sim­ple­ment que nous pas­sions par lui pour obte­nir ces immenses grâces dont nous avons tant besoin pour remon­ter des pro­fon­deurs abys­sales où nous avons chu­té. Je vous pro­pose donc de faire le siège de saint Joseph et de le prendre d’as­saut par l’hon­neur que vous lui ren­drez, par vos prières et par vos pénitences.

Je vous invite, au cours de l’an­née 2013, à pla­cer chez vous une sta­tue ou une image de saint Joseph à la place d’hon­neur et à la fleu­rir tous les jours. Je vous sug­gère sur­tout de ne pas lais­ser pas­ser une jour­née sans lui adres­ser une prière venue du fond de votre cœur et sans offrir un sacri­fice en son honneur.

De notre côté, en vue du pro­chain pèle­ri­nage de la Pentecôte et de la consé­cra­tion de la Fraternité qui doit avoir lieu en 2013, nous avons pris la réso­lu­tion de com­man­der la sculp­ture d’une belle et grande sta­tue de saint Joseph en train de bénir et qui porte en même temps l’Enfant Jésus qui bénit lui aus­si. En effet, c’est ain­si que saint Joseph por­tant l’Enfant, et à côté de la très sainte Vierge Marie, est appa­ru à Fatima le 13 octobre 1917. Cette sta­tue sera solen­nel­le­ment bénite, le dimanche de la Pentecôte 2013, lors de la messe pontificale.

Nous vous invi­tons à vous « pas­sion­ner » pour saint Joseph, c’est-​à-​dire à vou­loir le connaître et l’ai­mer tou­jours davan­tage. Ce n’est qu’au Ciel que les âmes qui y par­viennent réa­lisent réel­le­ment le rôle unique qui est le sien dans l’é­co­no­mie de la Rédemption. Mais, nous gagne­rons beau­coup à faire quelques efforts sur la terre pour entrer dans son inti­mi­té. Nous vous conseillons, pour décou­vrir ses gran­deurs et admi­rer les effets de son inter­ces­sion, de vous pro­cu­rer le dos­sier doc­tri­nal et spi­ri­tuel du pèle­ri­nage de 2013 qui se trouve en vente aux édi­tions Clovis.

À l’ac­tua­li­té reli­gieuse et poli­tique si sor­dide que nous tra­ver­sons, réagis­sons par l’es­pé­rance ferme et pro­fonde que nous pla­çons dans ce grand élan de prières vers saint Joseph à qui nous confions les grandes inten­tions de la sainte Église, celles de la Fraternité et les vôtres.

Abbé Régis de Cacqueray †, Supérieur du District de France

Source : Fideliter n° 210

Capucin de Morgon

Le Père Joseph fut ancien­ne­ment l’ab­bé Régis de Cacqueray-​Valménier, FSSPX. Il a été ordon­né dans la FSSPX en 1992 et a exer­cé la charge de Supérieur du District de France durant deux fois six années de 2002 à 2014. Il quitte son poste avec l’ac­cord de ses supé­rieurs le 15 août 2014 pour prendre le che­min du cloître au Couvent Saint François de Morgon.