Lettre aux Amis et Bienfaiteurs du District d’Asie – Editorial de M. l’abbé Karl Stehlin – Novembre 2016

Saint François d’Assise enten­dit le divin Crucifié lui dire : « Va, François et recons­truis mon Eglise ».

Chers Amis et Bienfaiteurs !

Il y a cin­quante ans, peu après la fin du concile Vatican II, Mgr Lefebvre affir­mait que l’Église catho­lique était sur le point de s’ef­fon­drer. Déjà en 1966, dans une lettre écrite au car­di­nal Ottaviani, il avait énu­mé­ré quelques-​uns des mau­vais fruits du Concile (cf. « J’accuse le Concile »). Sur son lit de mort, 25 ans plus tard, il déplo­rait la dévas­ta­tion pro­vo­quée par l’oe­cu­mé­nisme fré­né­tique du pape Jean-​Paul II qui avait atteint son apo­gée lors de la réunion inter­re­li­gieuse d’Assise en 1986, avec ses céré­mo­nies blas­phé­ma­toires et sacrilèges.

Depuis lors, la situa­tion ne s’est pas amé­lio­rée. L’usage répan­du d’internet dans la dif­fu­sion de com­por­te­ments pec­ca­mi­neux, la légis­la­tion sur le « mariage » homo­sexuel et la pro­mo­tion de la théo­rie du genre sont quelques-​unes des der­nières attaques contre la civi­li­sa­tion chré­tienne. L’effondrement de la foi a fini par atteindre la vie morale des catho­liques qui tenait encore bon. Au cours des 25 années écou­lées depuis la mort de Mgr Lefebvre, nous avons assis­té à la des­truc­tion de toutes les ins­ti­tu­tions catho­liques, la ruine de la notion même de famille et la dis­pa­ri­tion de la connais­sance du droit natu­rel, tout cela pro­mu par de nom­breux membres influents de la hié­rar­chie catholique.

Un signe visible des consé­quences désas­treuses de ces chan­ge­ments dans l’Église sont la fer­me­ture de tant d’é­glises et sanc­tuaires, et la construc­tion de bâti­ments étranges dans les plus pres­ti­gieux centres de pèle­ri­nage du monde catho­lique (Saint Giovanni Rotondo, Fatima, Kraków – sanc­tuaire de la Miséricorde Divine, Guadaloupe, Lourdes, etc.). La glo­ri­fi­ca­tion de Dieu dans l’ar­chi­tec­ture a cédé la place à l’exal­ta­tion du monde avec des églises qui res­semblent aux zones de départ des aéro­ports, à des par­kings sou­ter­rains, des théâtres ou des temples païens cel­tiques. Cette trans­for­ma­tion visible des lieux les plus sacrés de la terre a atteint un but : chan­ger la men­ta­li­té des fidèles. Ceux qui avaient l’ha­bi­tude d’al­ler à l’é­glise pour ado­rer Dieu, seront ame­nés à pra­ti­quer une nou­velle « reli­gion », que Michael Davies appe­lait le « culte de l’homme ».

Face à la situa­tion catas­tro­phique dans l’Église, on pour­rait être ten­té par deux réac­tions oppo­sées : soit le décou­ra­ge­ment menant à l’abattement, soit l’amertume condui­sant aux cri­tiques sté­riles et aux juge­ments. À l’ère de l’in­ter­net, de nom­breux experts auto­pro­cla­més pro­posent des solu­tions faciles à une crise com­plexe. Comme s’ils étaient doués d’in­failli­bi­li­té papale, ils font abon­dam­ment usage d’anathèmes dans un affi­chage d’a­gres­si­vi­té qui n’a rien à voir avec l’es­prit de Notre-​Seigneur et l’exemple des saints. Les sédé­va­can­tistes et autres intel­lec­tuels fumeux sont bons à ça.

L’attitude catho­lique est aux anti­podes : « Face à de tels coups de force per­pé­trés par les enne­mis de l’Eglise de Dieu, sommes-​nous auto­ri­sés à res­ter les bras croi­sés ? Est-​il per­mis d’uniquement se plaindre et de ver­ser des larmes ? Non ! Prenez en compte qu’au juge­ment der­nier nous ne répon­drons pas seule­ment de nos bonnes actions, mais que Dieu pren­dra en compte toutes les bonnes actions que nous aurions pu faire mais que nous avons échouées à réa­li­ser. A cha­cun de nous incombe le grave devoir de se tenir sur les lignes de front et de repous­ser phy­si­que­ment les attaques de l’en­ne­mi. Souvent, on entend la remarque : « Mais que puis-​je faire ? Le camp adverse est si bien orga­ni­sé, a tant de pou­voir et de richesse, etc. » Un tel indi­vi­du a sûre­ment oublié ce que saint Paul dit : « Je peux tout en Celui qui me for­ti­fie ». » (St.Maximilian Kolbe, « Rycerz Niepokalanej » n ° 2, 1923).

Lorsque beau­coup de choses se sont effon­drées au 12ème siècle, le Christ a deman­dé à saint François d’Assise de recons­truire son Église. Comment a‑t-​il fait ? Comme tous les saints avant lui : par la prière fer­vente et le sacri­fice, il est allé à la conquête de ceux qui étaient tom­bés dans l’er­reur. Il se leva et recons­trui­sit ce que les autres avaient abat­tu. Ce fut exac­te­ment l’at­ti­tude de Mgr Lefebvre, c’est aus­si la voie de la Fraternité Saint-​Pie X : « Omnia ins­tau­rare in Christo ». Restaurer, répa­rer, renou­ve­ler toutes choses, tout dans le Christ : les sémi­naires, la prê­trise, les com­mu­nau­tés reli­gieuses, les familles, les ins­ti­tu­tions, la chrétienté.

Un signe visible de la fécon­di­té du tra­vail de la Fraternité Saint-​Pie X est le fait que par­tout où elle va, elle construit des cha­pelles, des églises, des écoles, des mai­sons de retraite, des cou­vents, etc. Le Christ est la pierre, le roc sur lequel a été éta­bli l’Église (Mt 16, 18). Nous ne devons pas (re) construire le chris­tia­nisme sur le sable (Mt 7, 24). Comme des pierres vivantes dans le grand sanc­tuaire de notre Mère l’Église (1 Pierre 2, 5), nous devons construire sur le roc. Voici ce que les membres de la Fraternité Saint-​Pie X ne se lassent pas de faire. Telle est la rai­son de son succès.

Le sym­bole du Christ Roc devient réa­li­té lorsque les prêtres, avec les fidèles, mettent ensemble de vraies pierres et construisent leurs sanc­tuaires. Ceux-​ci deviennent des centres spi­ri­tuels de renou­veau catho­lique et d’im­menses sources de grâces, en rai­son de la pré­sence du Très Saint Sacrifice de la Croix renou­ve­lé sur les autels par les prêtres. Ici, le prêtre donne la grâce et la vie éter­nelle à tra­vers les sacre­ments, béné­dic­tions, sacra­men­taux, etc . ; il dirige le peuple sur la bonne voie, et avec l’aide des caté­chistes, il enseigne la véri­té.

Ceci est aus­si en quelque sorte toute l’his­toire du District d’Asie. Par exemple, il y a 2 ans à General Santos, dans notre petite cha­pelle (un garage), nous avions envi­ron 70 fidèles. Aujourd’hui, dans l’é­glise (encore en construc­tion mais déjà uti­li­sable), ils sont 400. Par consé­quent, dans ce numé­ro de l’Apostle, nous vou­lons vous pré­sen­ter le gigan­tesque tra­vail de construc­tion actuel­le­ment accom­pli dans notre dis­trict, vaste et pauvre. Vous pou­vez le consi­dé­rer comme un hom­mage spé­cial d’ac­tion de grâces envers Notre-​Dame, à qui toutes ces futures églises seront consacrées.

La construc­tion de belles églises est une expres­sion de l’ob­jec­tif prin­ci­pal de la Tradition catho­lique qui dévoile aux yeux et au cœur de beau­coup le plus beau mys­tère et le plus grand miracle sur la terre : la pré­sence réelle du Roi des Rois et Son drame per­pé­tuel d’Amour ; « Jusqu’à la mort sur la croix ».

Autour de ces églises, il y a déjà des mil­liers de Chevaliers de l’Immaculée et des cen­taines de Légionnaires de Marie. Comme beau­coup de fidèles adultes découvrent ou redé­couvrent la gran­deur du catho­li­cisme dans nos églises, c’est notre grande conso­la­tion de voir qu’un grand nombre de jeunes sont éga­le­ment atti­rés par le tré­sor de notre sainte reli­gion, où ils ont accès à sa richesse ancienne et pour­tant tou­jours nou­velle, et dans lequel ils peuvent vivre un avant-​goût de l’éternité.

Comme l’Avent approche et « le Seigneur est proche », nous vous sou­hai­tons une pré­pa­ra­tion fruc­tueuse à la fête de Noël, en com­pa­gnie de notre Sainte Mère.

Abbé Karl Stehlin, Supérieur du District d’Asie

Sources : Apostle n° 44 de novembre 2016/​La Porte Latine du 27 octobre2016

District d’Asie

Supérieur – Abbé Karl STEHLIN

286 Upper Thomson Rd
Singapore 574402
SINGAPOUR
00 65 64 59 07 92 
00 65 64 59 38 20
00 65 64 59 35 91
Le site du District d’Asie
Les acti­vi­tés du District d’Asie