Lettre n° 07 du Père Directeur de la M.I. – Les 100 ans de Fatima et de la M.I. !

Chers Chevaliers de l’Immaculée !

Il s’agit d’une vieille tra­di­tion qui remonte même à l’Ancien Testament, mais à laquelle les Apôtres ont don­né une dimen­sion toute par­ti­cu­lière au cénacle : nous pré­pa­rer digne­ment à d’importants jours de grâce. L’anniversaire que nous allons célé­brer ensemble en août à Fatima (et pour cer­tains, en com­mu­nion spi­ri­tuelle) peut être décrit sans exa­gé­ra­tion comme unique et gran­diose : les 100 ans de Fatima et de la M.I. !

Le 19 août 1917, Notre-​Dame a gra­ti­fié les trois petits ber­gers (et nous aus­si, par la même occa­sion) de la plus per­son­nelle des six appa­ri­tions. Elle leur fit la sur­prise à un endroit appel­lé Valinhos, à l’écart du lieu habi­tuel des appa­ri­tions, à un endroit sym­bo­lique aujourd’hui pour sa tran­quilli­té et pro­pice à la réflexion, à l’opposé de l’agitation du sanc­tuaire. Elle y décla­ra aux enfants, le visage triste :

« Priez, priez beau­coup et faites des sacri­fices pour les pécheurs ; car de nom­breuses âmes vont en enfer, car il n’y a per­sonne pour se sacri­fier et prier pour elles. »

Est-​ce une coïn­ci­dence qu’exactement 100 ans plus tard nous soyons auto­ri­sés à nous ras­sem­bler en ce lieu [1] ?

Permettez-​moi, afin de don­ner la note de ce pèle­ri­nage, de citer quelques pen­sées de mon livre sur Fatima, Volume I : 

« Priez, priez beau­coup ! » Cette répé­ti­tion du même mot est unique à Fatima. Nous pou­vons dis­tin­guer trois aspects dans ce cri d’amour :

Premièrement : Notre-​Dame, avec Ses yeux tristes, capables de cap­ter mon regard et de péné­trer dans mon âme, mur­mure à mon coeur : « Mon enfant ché­ri, prie, s’il te plait. Sans prière tu ne sau­ve­ras pas ton âme, sans prière tu ne peux être uni à Dieu, ni rece­voir Ses grâces ! »

Deuxièmement : Notre-​Dame redouble Sa demande : « Prie, prie ! Tu ne pries pas assez mon enfant ! S’il te plait, redouble ta prière non seule­ment en quan­ti­té mais en qua­li­té. Apprends à bien prier, de tout ton coeur ! Quand tu pries, fais l’effort de res­ter entiè­re­ment dans ta prière. Et fais-​le pour la gloire de mon Fils, pour mon Honneur, et pour le salut des âmes. Un Rosaire dit dans un grand effort et désir de me plaire est pré­fé­rable à 100 Rosaires réci­tés sur un mode négli­gé et superficiel. »

Troisièmement : Notre-​Dame insiste : « Priez, priez beau­coup plus ! Vous savez que mon Fils vous demande de prier tou­jours et sans cesse. La grâce de Dieu ne peut res­ter en vous et les dons de l’Esprit Saint ne peuvent vous ins­pi­rer que si vous demeu­rez en per­ma­nence unis à Dieu. Je sais que cette union constante avec Dieu est une grâce spé­ciale accor­dée seule­ment après de longues années d’efforts inin­ter­rom­pus. Toutefois le seul moyen d’atteindre ce but : « priez tou­jours et sans cesse », est de mul­ti­plier vos prières, de les dire sou­vent et intensément.

Le meilleur moyen de se confor­mer à cet appel de Notre-​Dame et à l’esprit de Valinhos est de s’efforcer, lors de ces der­nières semaines avant le pèle­ri­nage, de s’astreindre au silence et à l’esprit de prière. Que cela signifie-​t-​il concrè­te­ment ? Que nous nous reti­rions constam­ment et déli­bé­ré­ment du bruit de ce monde, que nous trou­vions « notre Valinhos » dans notre vie quo­ti­dienne et pas­sions du temps en silence avec Dieu et Notre-​Dame. Ce temps de silence devant Dieu devien­dra la fon­da­tion et la source du reste de notre vie de prière durant la journée. 

Une tech­nique éprou­vée de la pra­tique inces­sante de la prière, même durant les diverses occu­pa­tions de la jour­née, est la répé­ti­tion constante de cer­taines orai­sons jacu­la­toires, telle que : « Jésus, Marie, je Vous aime, sau­vez les âmes ». Cette prière contient, en plus de l’amour pour Jésus et Marie, l’amour des âmes et ain­si elle nous aide à res­pec­ter le double com­man­de­ment de l’amour et du pro­grès inté­rieur. De plus, elle cor­res­pond par­fai­te­ment à l’esprit de Fatima : 

1. « conso­ler Dieu » – En priant sin­cè­re­ment « Jésus, Marie, Je Vous aime », nous conso­lons « Dieu, qui est si triste ». Nous pou­vons ain­si nous unir avec saint Francisco, qui vit en cela le but de son exis­tence entière. C’est pré­ci­sé­ment à Valinhos que Notre-​Dame nous montre qu’elle est triste et ain­si nous rap­pelle com­bien elle et Dieu dési­rent que nous les conso­lions pour l’océan de péchés que nous voyons à l’heure actuelle. 

2. « les pauvres pécheurs » – Il s’agit de la deuxième demande de Fatima, à laquelle Jacinta se consa­cra par­ti­cu­liè­re­ment. Le besoin des pécheurs, révé­lé à elle en par­ti­cu­lier durant la vision de l’enfer, la trou­bla à un point tel qu’elle ne pen­sa qu’à eux pour le reste de sa vie et se sacri­fia pour eux. Nous ren­con­trons tel­le­ment d’âmes chaque jour : voi­là une bonne occa­sion d’envoyer une prière pour eux afin de « sau­ver les âmes ». C’est ain­si que cette orai­son jacu­la­toire nous rap­pelle dans nos vies quo­ti­diennes lebe­soin des âmes et notre mis­sion de prier pour elles. 

Si nous essayons durant les pro­chaines semaines de vivre d’autant plus fidè­le­ment dans cet état d’esprit, nous pou­vons avec cer­ti­tude don­ner à Notre-​Dame beau­coup de satis­fac­tion et nous serons bien pré­pa­rés à la ren­con­trer à Fatima. 

Je vou­drais éga­le­ment vous invi­ter à prier ensemble une « neu­vaine » du 13 au 19 août : une prière pro­fonde, com­po­sée par­ti­cu­liè­re­ment pour cet anni­ver­saire par un monas­tère irlan­dais dévouée à la tra­di­tion (voir ci-dessous). 

Abbé Karl Stehlin [2], prêtre de la Fraternité Sacerdotale Saint-​Pie X

Prière préparatoire au pèlerinage anniversaire de 2017

« Ô Vierge Marie Immaculée, Reine du Très Saint-​Rosaire, Femme revê­tue du soleil, Vous qui avez visi­té Fatima il y a cent ans pour faire connaître à tous les hommes Votre Cœur mater­nel et Immaculé, rece­vez notre acte d’en­tière consé­cra­tion à Vous. 

Accueillez-​nous dans le refuge sûr de Votre Cœur Immaculé comme dans l’arche du salut pré­pa­ré par le Saint-​Esprit pour nous et pour tous les enfants de l’Eglise Catholique en orient et en occident. 

Permettez à cha­cun d’entre nous de trou­ver cette année dans Votre Cœur Immaculé un sanc­tuaire de prière sans inter­rup­tion, un taber­nacle d’intimité avec la Très Sainte Trinité, un hôpi­tal pour la rémis­sion de toute infir­mi­té, un havre de paix dans la confu­sion qui menace jusqu’aux âmes les plus braves et les plus fidèles. 

Inspirez nous à prendre le rosaire que Vous aimez tant et d’en faire durant cette année la prière inin­ter­rom­pue de nos cœurs et l’expression de notre désir de vivre et de mou­rir consa­crés à Votre Cœur Immaculé. 

Tournez nos cœurs vers l’Agneau qui, une fois immo­lé sur l’autel de la Croix, S’offre tou­jours pour nous sur les autels de l’Eglise et sur les taber­nacles où Il demeure caché, en silence et si sou­vent abandonné. 

Que cette année soit pour nous une mani­fes­ta­tion grande et puis­sante de Votre com­pas­sion pour les pauvres pécheurs et le début du triomphe de Votre Cœur Immaculé dans l’Eglise, du lever du soleil à son cou­cher, et ain­si pour le monde entier. En sur­mon­tant toutes les résis­tances, qu’elles viennent des démons ou des hommes, révé­lez à toutes les âmes les flammes de l’amour qui brûle dans Votre Cœur mater­nel et la gloire du Père qui rayonne sur le visage de Son Christ, Jésus, le fruit béni de Vos entrailles. 

Ô clé­mente ! Ô pieuse ! Ô douce Vierge Marie ! »

(Rédigée par un monas­tère irlan­dais dévoué à la tradition) 

Source : La Porte Latine du 20 juillet 2017

Notes de bas de page

  1. Invitation à la célé­bra­tion anni­ver­saire avec Mgr Fellay, à Fatima : » Je vou­drais très sin­cè­re­ment invi­ter tous les che­va­liers à la célé­bra­tion anni­ver­saire de la M.I., à Fatima ! Cette com­mé­mo­ra­tion des 100 ans de la M.I. aura lieu le 20 août, à la suite du pro­gramme offi­ciel du pèle­ri­nage de la FSSPX (plus ou moins 16 H 30). Tous les détails se trouvent sur le site de la M.I. Venez s’il-​vous-​plaît en grand nombre à cette célé­bra­tion unique pour com­mé­mo­rer ce grand anni­ver­saire et, avec les ceva­liers du monde entier, remer­cier l’Immaculata pour toutes les grâces reçues ! Ceux qui ne peuvent y assis­ter sont invi­tés à s’u­nir avec nous en esprit et à renou­ve­ler au même moment que nous la Consécration à l’Immaculata. « []
  2. M. l’ab­bé Karl Stehlin est Supérieur du District d’Asie []