Dimanche de Laetare 26 mars 2017 – Pèlerinage à la Sainte Tunique d’Argenteuil

Aumônerie assu­rée par M. l’ab­bé Louis-​Marie Berthe

La Sainte Tunique d’Argenteuil

Ces mor­ceaux de laine seraient les res­ca­pés de la Tunique por­tée par le Christ avant sa mort. « Et même la veille, lorsqu’Il célèbre la fête juive de la Pâque avec ses dis­ciples, un repas au cours duquel Il ins­ti­tue le sacre­ment de l’eucharistie, c’est-à-dire la pre­mière messe de l’Histoire », pré­cise le Père Guy-​Emmanuel Cariot, rec­teur du sanc­tuaire. La Tunique res­semble d’ailleurs à une cha­suble : celle du prêtre célé­brant la sainte messe qui actua­lise la Passion du Prêtre Jésus Christ. Elle forme une sorte de puzzle auquel il manque-​rait des pièces. De nom­breuses pièces. La Tunique d’Argenteuil, c’est toute une his­toire. C’est même l’Histoire.

Jeudi saint au soir. Jésus prie dans la nuit de Gethsémani, suant le sang de l’angoisse extrême. Trahi, Il est arrê­té, jugé pour blas­phème, livré au gou­ver­neur Pilate. Ses sbires Le dénudent, Le fla­gellent, L’humilient. Les sou­dards couvrent le Corps ensan­glan­té de la Tunique pudique. Au milieu du Vendredi, Jésus porte sa croix jusqu’au Golgotha. On Le désha­bille à nou­veau, arra­chant le tis­su col­lé à ses plaies, avant de Le cru­ci­fier. Nu. Cette tunique, impré­gnée du sang et de la sueur du Sauveur, est tirée au sort par des sol­dats avi­nés tan­dis que le Christ dis­lo­qué ago­nise. Puis Il rend son âme au Père : « Tout est consom­mé. » Mission accom­plie – à quel prix !

Cette Tunique unique est l’une des trois « reliques tex­tiles » de la Passion. Celle d’Argenteuil rap­pelle l’agonie et le che­min de croix ; le Suaire d’Oviedo évoque, lui, la des­cente de croix ; le Linceul de Turin montre les sup­plices, la mort, et sus­cite la médi­ta­tion devant le fait mys­té­rieux de la Résurrection. « Ces linges que nous véné­rons apportent une confir­ma­tion visuelle et tac­tile de la foi que nous sommes appe­lés à vivre et à pro­cla­mer », sou­tient le Père François Le Quéré, théo­lo­gien et spé­cia­liste de la Tunique (décé­dé en décembre der­nier), auteur d’un ouvrage indis­pen­sable sur le sujet récem­ment réédi­té. « Cet acte de foi condi­tionne notre vie, notre devoir de conver­sion, et ces exi­gences créent un fos­sé pro­fond entre l’appel enten­du et nos habi­tudes, notre désir de vie facile et de confort humain. »

Venue de Constantinople, la sainte tunique fut offerte en l’an 800 par Charlemagne au monas­tère d’Argenteuil et remis à sa propre sœur, abbesse de ce monastère.

La Sainte Tunique d’Argenteuil est une des cinq grandes Reliques que Notre-​Seigneur Jésus-​Christ nous a lais­sées sur terre, avec le Linceul de Turin (Italie, anté­rieu­re­ment à Chambéry), le Suaire d’Oviedo (Espagne), la Sainte Couronne d’Epines de Notre-​Dame de Paris et la Sainte Robe de Trèves (Allemagne).

Après la magni­fique osten­sion de 2016 à Argenteuil, nous conti­nuons avec une fer­veur ren­for­cée notre dévo­tion à cette plus insigne Relique de Notre Seigneur en France.

Cette Tunique, trem­pée du Précieux Sang, nous parle sur­tout de l’humilité de Notre Sauveur qui est deve­nu obéis­sant jusque la mort sur la Croix. Nous autres Chrétiens essayons de suivre Jésus sur ce che­min, par un pèle­ri­nage très humble : pro­ces­sion par Argenteuil, che­min de croix dans la Basilique, véné­ra­tion de la Relique. 

Programme

- Départ de la pro­ces­sion à 14 H 45 du Parking situé au 9 Boulevard Héloïse à Argenteuil (près de la Seine), 

- 15 H 30 pas­sage devant la gare SNCF d’Argenteuil (trains venant de la gare St Lazare de Paris cir­cu­lant toutes les 20 minutes), 

- Puis pro­ces­sion par le centre-ville, 

- 16 H 00 dans la Basilique d’Argenteuil : che­min de croix, dévo­tions devant la Relique du Christ.

Renseignements :

COSTA (UNEC)
BP70114
95210 Saint Gratien

01 34 12 02 68

Adresse cour­riel

Adresse du site de l’UNEC : www.radio-silence.tv, rubrique COSTA