Journée du samedi 27 oct. 2007 – la messe, la procession, le chapelet

Messe solen­nelle aux inten­tions du Père Ange de Bellaigue.
Célébrant : Abbé Patrick de La Rocque- Diacre : Abbé Paul Vassal – Sous-​Diacre : Abbé Louis-​Marie Turpault

Déjà presque 6 000 fidèles se pres­saient devant l’au­tel de la plaine du Gave

Samedi 27 octobre 2007 à 20 H 30 : la procession aux flambeaux

La pro­ces­sion aux flam­beaux s’est dérou­lée de façon excep­tion­nelle grâce aux auto­ri­tés du Sanctuaire qui ont mis au ser­vice de la Fraternité Sacerdotale Saint-​Pie X toutes les installations.

Le départ a eu lieu de la Grotte où l’ab­bé François Fernandez com­men­tait le cha­pe­let. Comme il n’y avait pas d’autres pro­ces­sions ce soir à Lourdes, tous les fidèles pré­sents à Lourdes ont sui­vi la céré­mo­nie menée par les « traditionalistes »…

Monsieur l’ab­bé Pinaud dont le sens de l’or­ga­ni­sa­tion est excellent, comme d’ailleurs les rela­tions qu’il entre­tient avec les auto­ri­tés du Sanctuaire, s’est vu contraint de faire effec­tuer deux fois le par­cours tant le concours de peuple était important !

Notre repor­ter sur place a été pris de cours et sa « four­chette » de comp­tage va d’en­vi­ron 6 000 à 7 000 fidèles « tra­dis » et de 3 000 à 4 000 « autres » fidèles, soit de 9 000 à 11 000 dévôts de Marie !

Nulle doute que la Sainte Vierge a été sen­sible à cet élan de fer­veur : temps frais mais magnifique !
La Tradition est bien vivante

Le chapelet pendant la procession aux flambeaux

Par l’abbé François Fernandez

INTRODUCTION

Nous sommes ras­sem­blés en ce lieu béni de la grotte de Lourdes, pour la pro­ces­sion aux flambeaux.
Cette grotte est le sanc­tuaire de la prière. C’est là que Marie, deve­nue sou­dain triste le 24 février 1858 lors de sa 8ème appa­ri­tion, dit et répé­ta : « priez pour les pécheurs ».

La Mère de Jésus joi­gnait l’exemple au pré­cepte. Tandis que le cha­pe­let d’albâtre et de fil d’or glis­sait entre ses doigts, Elle priait Dieu pour les pécheurs.

Dans le creux du rocher, Sa douce Image invite tou­jours à la prière par ses mains jointes éle­vées vers le ciel, comme son regard divin.

Ste Bernadette s’unissait à la prière de la Vierge : son cha­pe­let durait autant que l’apparition. Pénétrée de cha­ri­té pour les pécheurs, elle priait et s’humiliait pour eux.

Depuis ce jour, cette grotte est le sanc­tuaire de la prière. Et nous avons la grâce d’être là ce soir, en ce mois d’octobre qui est celui de son très saint Rosaire. La prière y tombe abon­dante et facile des lèvres et du cœur aux pieds de la Vierge qui y pria ; elle n’y cesse jamais le jour ; elle y veille la nuit à la lueur de ces cierges qui en sont le sym­bole tou­jours présent.

La Ste Vierge avait deman­dé le 2 mars 1858 qu’on bâtisse ici une cha­pelle et qu’on y vienne en pro­ces­sion. Cette demande va se renou­ve­ler le 3 et le 4 mars. Elle a même pré­ci­sé : « Je veux qu’il vienne du monde » . Comme Elle doit être com­blée ce soir !

Du monde, il y en a, certes, et des voix, il y en aura pour pro­cla­mer à l’unisson les gloires de Marie.
Mais ce que la Ste Vierge réclame avant tout, ce sont des cœurs filiaux et recueillis.

Si nous pou­vions nous appli­quer à nous mettre en contact avec Marie pen­dant la réci­ta­tion de ce Rosaire pour l’accompagner dans ses Mystères Glorieux, si nous pou­vions recueillir quelques-​uns des sen­ti­ments de son Cœur dans le dérou­le­ment de ces Mystères dont Elle fut témoin ou pro­ta­go­niste, notre âme en serait mer­veilleu­se­ment nour­rie. Le Rosaire se trans­for­me­rait en une médi­ta­tion sous la conduite de Marie. C’est jus­te­ment ce que veut la Ste Vierge et c’est jus­te­ment ce que nous allons Lui offrir.

Procedamus in Pace

1er Mystère glorieux : la résurrection – Fruit du mystère : la Foi

Mon enfant Je suis la Vie ; c’est Moi qui donne et conserve la vie à toute créature.

C’est Moi qui t’ai ren­du tes droits à la vie éter­nelle. Je suis la Vie qui fait vivre de la Vie divine tout chré­tien fidèle.

J’ai vou­lu mou­rir et demeu­rer trois jours au tom­beau pour t’apprendre que tu dois mou­rir au péché. Mais J’ai aus­si vou­lu res­sus­ci­ter pour t’apprendre que tu dois revivre de la vie de la grâce.

Viens donc, mon fils, viens boire la vie en Jésus. Elle découle de mon Cœur, viens te ras­sa­sier à la source de Ma Vie ; Ma grâce t’est assu­rée pour peu que tu le veuilles et Ma grâce, c’est la Vie Divine com­mu­ni­quée. C’est une effu­sion de Moi-​même en toi.

2ème Mystère glorieux : l’Ascension – Fruit du mystère : le désir du Ciel

Mon enfant, la vie que Je t’offre, c’est la vie du Ciel. Ceux qui l’ont ne vivent plus sur la terre : tout est du ciel, tout y va, tout y monte.

C’est ain­si que vivaient les saints , vie d’union à Dieu, vie vrai­ment céleste.

Qu’importe alors que la terre ait des amer­tumes et des contra­dic­tions, la nature humaine faible et ché­tive peut en souf­frir sans doute, elle peut ver­ser des larmes à cer­taines heures d’angoisse et de sépa­ra­tion. Mais l’âme, la par­tie supé­rieure et noble de l’homme est en paix. Elle conserve le calme, car sa vie à elle n’est plus sur la terre, mais au ciel.

Qu’importait à St Paul toutes les tri­bu­la­tions. Ce n’est plus lui qui vivait mais Jésus en lui. Fais-​Moi donc vivre en toi par la grâce et l’Amour.

3ème Mystère glorieux : La Pentecôte – Fruit du mystère : le zèle pour le salut des âmes

Mon enfant, tu auras la vie par le Saint-​Esprit ; car cette Vie, c’est l’Amour ; c’est une flamme qui réchauffe et qui consume. Elle réchauffe la froi­deur et l’insensibilité des hommes ; elle consume leurs imper­fec­tions comme le feu consume la paille : c’est le zèle dévo­rant de la Gloire de Dieu et du salut des âmes. Vois les Apôtres timides aupa­ra­vant et main­te­nant que le Saint-​Esprit est des­cen­du sur eux, main­te­nant que la Vie divine a cou­lé dans leurs âmes, ils par­courent le monde, affrontent les tri­bu­naux, les sup­plices, la mort même ! Le zèle de la gloire de Dieu les dévore. Mon fils, ouvre ton cœur large et pro­fond aux effu­sions de l’Esprit-Saint et de la Vie divine en toi.

4ème Mystère glorieux : L’Assomption – Fruit du mystère : la grâce d’une bonne mort

Mon enfant, Marie a sui­vi la voie dans la Vérité. Aussi les Anges viennent la cher­cher pour lui faire un triomphe. Je suis venu sur la terre, comme Sauveur, comme Rédempteur, mais aus­si comme Modèle. Marie est la meilleure copie du Modèle. Elle a sui­vi la voie, elle a uni ses souf­frances aux Miennes, elle en a pris une large part, il est donc juste qu’ayant été à la peine, Elle soit à l’honneur dans le mys­tère de son Assomption.

Mais Marie a reçu une mis­sion au cal­vaire, Je l’ai éta­blie Mère des chré­tiens. Cette vie qu’Elle M’a don­née, cette vie que Je lui ai ren­due divi­ni­sée, Je veux qu’Elle te la donne mon fils. Je veux qu’Elle te façonne pour le ciel. Ouvre-​Lui ton âme pour qu’elle y fasse cou­ler la Vie.

5ème Mystère glorieux : le Couronnement de Marie au Ciel – Fruit du mystère : une plus grande dévotion à Marie

Mon enfant, vois-​tu la belle cou­ronne de Marie ? Elle jouit main­te­nant de toute la plé­ni­tude de vie que Dieu peut com­mu­ni­quer à une créature.

Sur la terre, la Vie divine, c’est la grâce qui nous unit à Dieu, la grâce, c’est la Vie divine com­men­cée sur la terre et qui reçoit son com­plé­ment dans la Vie éter­nelle. C’est la cou­ronne des élus, cou­ronne qui attend les enfants de la Vierge Marie, ses imi­ta­teurs, les copies de Jésus.

Ah, mon fils, que la copie est loin encore de l’original divin. Demande à Marie de te for­mer. Demande-​Lui de te faire suivre la voie, de te faire demeu­rer dans la Vérité. Sois tou­jours plus fidèle à L’imiter, à La prier, à La contem­pler, afin qu’Elle enfante ton Jésus en toi chaque jour davantage.

CONCLUSION

Souvenons-​nous tou­jours de cette parole de St Bernard : « qu’un enfant de Marie ne périt jamais ».

Demandons tous les jours la grâce de per­sé­vé­rer dans l’amour de Marie et la dévo­tion au Rosaire.

Croyons en la parole de notre Mère à Fatima (dont nous célé­brons le 90ème anni­ver­saire) : « il faut réci­ter le cha­pe­let tous les jours. Je suis Notre Dame du rosaire. Il faut que les hommes changent de vie et demandent par­don pour leurs péchés Dieu veut éta­blir dans le monde la dévo­tion à Mon Cœur Immaculé » ; et cette autre phrase : « A la fin, mon Cœur Immaculé triomphera ! ».

Salve Regina…

Suite du reportage