Lourdes 2009 : pèlerinage du Christ-​Roi – Reportage n° 1

Pèlerinage international à Lourdes : 24, 25 et 26 octobre

Reportage n° 1

Samedi 24 octobre 2009
Les 3 chemins de croix

S’il lui fal­lait recher­cher un des endroits les plus déshé­ri­tés, l’homme pour­rait trou­ver la grotte de Massabielle à Lourdes. C’est pour­tant vers ce lieu rocheux, bru­meux et boueux sur les parois duquel courent les plantes grim­pantes que se retrouvent inlas­sa­ble­ment les foules de Chrétiens – les princes comme les plus dému­nis – pour deman­der une gué­ri­son, pour implo­rer une conver­sion : Lourdes est un miracle permanent.

L’année der­nière, les dis­tricts du monde entier s’étaient don­né rendez-​vous pour célé­brer en une même occa­sion le cent-​cinquantième anni­ver­saire des appa­ri­tions de 1858 et le ving­tième des sacres épis­co­paux de 1988. Un an plus tard, les foules n’ont pas déser­té les lieux et les pèle­rins pei­naient à trou­ver une place en péné­trant dans les basi­liques pour s’agenouiller devant leur Seigneur et leur Dieu.

Le chemin de croix des Espelugues

À l’appel de Notre Dame de Lourdes qui avait répé­té à Bernadette « péni­tence, péni­tence, péni­tence ! », les fidèles gra­vissent, comme à l’accoutumée, la Montagne des Espélugues pour com­men­cer leur pèle­ri­nage, s’arrêtant aux dif­fé­rentes sta­tions du che­min de Croix cette année prê­ché par l’abbé Christophe Beaublat qui leur rap­pelle que la mon­tée vers le Christ passe néces­sai­re­ment par Marie.

Le chemin de croix des malades dans la basilique Notre-​Dame du Rosaire

Pendant ce temps, ceux qui n’ont pas pu accé­der à la mon­tagne, faute de place, se retrouvent dans la basi­lique du Rosaire sous la hou­lette de l’abbé Philippe Toulza.

Le chemin de croix des malades dans la plaine du Gave, face à la Grotte

Quant aux malades, ils béné­fi­cient le long du Gave du prêche du Père Jean-​Marie de Morgon. Non loin, l’évêque d’un dio­cèse voi­sin regarde, admi­ra­tif et ému, les jeunes élèves de l’école Saint-​Joseph des Carmes tirer les bran­cards des quelques 180 malades qui s’arrêtent auprès de Jésus comme sa Mère dans la mon­tée au Calvaire.

Suite du repor­tage : la messe solen­nelle célé­brée par l’ab­bé Xavier Beauvais