Pèlerinage 2015 de Pentecôte de Chartres à Paris – Editorial de M. l’abbé de Lacoste

La victoire est à notre portée

Chers pèle­rins,

Lorsque l’on regarde la situa­tion de notre pays, il y a de quoi se lamen­ter et s’in­quié­ter. La plu­part des déci­sions de notre gou­ver­ne­ment vont à l’en­contre du bien com­mun. La France va mal et son état risque de s’ag­gra­ver. Si l’on jette ensuite les yeux sur la situa­tion de la sainte Eglise, nos lamen­ta­tions et nos inquié­tudes vont se pour­suivre. Les catho­liques perdent la foi, aban­donnent la morale et ain­si nom­breux sont ceux qui avancent sur le triste che­min de l’en­fer. Quant aux auto­ri­tés, loin de rap­pe­ler la véri­té et de mon­trer le che­min du ciel, elles entre­tiennent au contraire le trouble et aggravent la situa­tion. Triste tableau, qui pour­rait conduire au décou­ra­ge­ment. Allons-​nous bais­ser les bras ?

Chers pèle­rins, la route de Chartres à Paris nous a appris à ne jamais aban­don­ner le com­bat et à mar­cher jus­qu’au bout, même quand la fatigue nous gagne, même quand la halte semble ne jamais venir, même quand la situa­tion semble déses­pé­rée. C’est dans les situa­tions humai­ne­ment déses­pé­rées que l’hé­roïsme chré­tien appa­raît dans toute sa splen­deur. Que faire face au triste état de notre pays et de notre mère la sainte Eglise ? Prier, nous sacri­fier et mani­fes­ter publi­que­ment notre foi. Or, n’est-​ce pas pré­ci­sé­ment ce que nous fai­sons à la Pentecôte en mar­chant de Chartres à Paris ? Le pèle­ri­nage de Pentecôte est donc un remède pro­vi­den­tiel et par­ti­cu­liè­re­ment adap­té aux maux de notre époque. Il faut prier, parce que Notre- Seigneur a dit : « deman­dez et vous rece­vrez ». Ne pen­sons pas que la prière puisse par­fois être inef­fi­cace. Dieu n’est-​il pas tout-​puissant ? Dieu est-​il infi­dèle à ses promesses ?

Il faut aus­si faire des sacri­fices parce que le Christ, en por­tant sa croix sur le cal­vaire, a vou­lu nous mon­trer l’exemple. Le sacri­fice nous per­met d’ex­pier nos péchés, de domi­ner nos pas­sions, d’ob­te­nir des mérites pour le ciel et, en nous déta­chant des choses de ce monde, il nous dis­pose à la contem­pla­tion des réa­li­tés éternelles.

Enfin, dans un monde qui renie Notre- Seigneur et prône la laï­ci­té, c’est-​àdire le refus de la royau­té du Christ, il faut mon­trer à nos conci­toyens qu’il existe encore aujourd’­hui des catho­liques fiers de leur foi, qui ne sont pas catho­liques seule­ment dans leur mai­son, mais aus­si dans les rues et sur les routes de nos cam­pagnes. L’an pas­sé, plu­sieurs pèle­rins ont emme­né avec eux des catho­liques peu convain­cus ou des moder­nistes, afin de leur faire décou­vrir les richesses de la tra­di­tion. Bel apos­to­lat ! Pour cer­tains, le pèle­ri­nage a été le point de départ d’une véri­table conver­sion inté­rieure. C’est donc une expé­rience à renouveler.

Chers pèle­rins, la vic­toire est à notre por­tée, si nous pre­nons les moyens que Dieu nous a don­nés. Dans quatre mois, retrouvons-​nous pour prier, nous sacri­fier et confes­ser publi­que­ment notre foi. Cette année, nous médi­te­rons spé­cia­le­ment sur le monde angé­lique. Cette médi­ta­tion est un puis­sant remède au maté­ria­lisme ambiant. En effet, un ange est un pur esprit. Il n’a pas de matière. La pen­sée des anges nous aide­ra à com­prendre que les réa­li­tés spi­ri­tuelles sont bien plus riches que les réa­li­tés maté­rielles. Nous en pro­fi­te­rons pour invo­quer les esprits angé­liques. Ils sont puis­sants pour nous secourir.

Rappelons-​nous que c’est saint Gabriel qui a annon­cé à Marie le mys­tère de notre rédemp­tion, que c’est saint Raphaël qui a sau­vé Tobie des plus graves dan­gers, que c’est saint Michel, pro­tec­teur de la France, qui a don­né à sainte Jeanne d’Arc la mis­sion de sau­ver notre pays. C’est lui aus­si qui a vain­cu Lucifer. Combien l’in­ter­ces­sion de ces trois archanges est-​elle néces­saire aujourd’­hui ! Quant à notre ange gar­dien, pensons-​nous à l’in­vo­quer ? Sans doute, si nous priions plus sou­vent les anges, la France et l’Eglise se por­te­raient mieux. N’attendons donc pas la Pentecôte, mais dès main­te­nant lisons le dos­sier spi­ri­tuel pour mieux connaître et aimer le monde angé­lique. Et n’at­ten­dons pas le mois d’a­vril pour nous ins­crire au pèle­ri­nage !

Abbé Bernard de Lacoste-​Lareymondie, Directeur de Pèlerinages de Tradition

Source : extrait de Pèlé-​Infos n° 37 de jan­vier 2015

Pour plus de renseignements

Pèlerinages de Tradition
20, rue Gerbert
75015 Paris

France

01 55 43 15 60
09 81 70 40 51

Adresse mail de Pèlerinages de tradition

Pèlerinage 2015

Accès aux pages consa­crées au pèle­ri­nage 2015
Accès au concours de la plus belle affiche 2015

FSSPX

M. l’ab­bé Bernard de Lacoste est direc­teur du Séminaire International Saint Pie X d’Écône (Suisse). Il est éga­le­ment le direc­teur du Courrier de Rome.