« Catholique-Lyon.CEF » du 7 juillet 2007


« Catholique-Lyon.CEF » du 7 Juillet 2007 

Dimanche soir, le Cardinal Philippe Barbarin, arche­vêque de Lyon, a ren­con­tré les repré­sen­tants de la presse écrite et des médias audio­vi­suels. Il a insis­té sur le fait que ce texte de Benoît XVI mani­fes­tait une forte volon­té de récon­ci­lia­tion au sein même de l’Eglise, dans la droite ligne de ce que le pape avait lui-​même évo­qué le jour même de son élec­tion. En effet, « aus­si­tôt après son élec­tion, alors que les portes de la cha­pelle Sixtine étaient encore closes, Benoît XVI nous a expli­qué le choix de son pré­nom. Se réfé­rant à Benoît XV, grand arti­san de paix, il a dit : « Je vou­drais vivre d’abord un pon­ti­fi­cat de récon­ci­lia­tion. » Dans la pen­sée du Pape, il y a cette convic­tion pro­fonde que « si nous ne fai­sons pas main­te­nant un geste, la divi­sion avec les tra­di­tio­na­listes devien­dra un schisme irré­mé­diable ». Aussi, par ce Motu Proprio, il confirme les dis­po­si­tions de Jean-​Paul II à leur égard : « S’ils veulent res­ter fidèles à Rome, qu’ils sachent que les portes leur sont ouvertes et que leur atta­che­ment à la litur­gie ancienne n’est pas un obstacle ».

Pour l’Archevêque de Lyon, « la seule vraie nou­veau­té de ce Motu Proprio, c’est que la déci­sion d’examiner et d’accéder aux demandes des fidèles dans ce domaine dépend désor­mais de l’autorité des curés. Comme Jean-​Paul II l’avait fait pour les évêques en 1988, Benoît XVI invite aujourd’hui les curés à accueillir « volon­tiers les demandes de célé­brer la Messe selon le rite du Missel romain édi­té en 1962 ».

Mais, a‑t-​il ajou­té, « le pape demande aux tra­di­tio­na­listes de recon­naître la valeur et la sain­te­té du Missel romain pro­cla­mé par Paul VI, et à tous de se péné­trer de la dimen­sion divine et sacrée de l’Eucharistie ». C’est pour­quoi, pour le car­di­nal, « ce sera un vrai pro­grès pour l’unité s’ils acceptent de recon­naître « la valeur et la sain­te­té » du Missel de Paul VI avec lequel je célèbre la messe chaque jour depuis mon ordi­na­tion et s’ils cessent d’ « exclure par prin­cipe la célé­bra­tion selon les nou­veaux livres ».

Il est clair aus­si que « Vatican II étant un don de l’Esprit, il faut lui obéir » et accueillir les textes du Concile dans leur totalité.

Aussi le Cardinal invite-​t-​il tous ses dio­cé­sains à relire atten­ti­ve­ment la consti­tu­tion de Vatican II sur la litur­gie. « Ce sera le meilleur che­min pour refaire l’unité, tou­jours fra­gile dans l’Eglise ».

Au plan pra­tique, le car­di­nal a annon­cé qu’il adres­se­rait lun­di 9 juillet une lettre à l’ensemble de ses dio­cé­sains et qu’il invi­te­rait son pres­by­te­rium à une ren­contre début sep­tembre pour voir ensemble com­ment mettre en appli­ca­tion le Motu Proprio dans le dio­cèse de Lyon, sachant que le dio­cèse de Lyon dis­po­sait de prêtres prêts à célé­brer « selon le Missel de 1962 », que ce soit les prêtres dio­cé­sains des­ser­vant l’église Saint Georges, les membres de la Fraternité Saint Pierre et quelques autres encore.

catholique-lyon.cef.fr