District de Suisse sur l’initiative populaire contre la construction de minarets

Abbé Henri Wuilloud

Concernant la liber­té reli­gieuse, dans son accep­tion juri­dique et civile, à titre pure­ment intel­lec­tuel et pour autant qu’elle soit concer­née par cet aspect de la ques­tion, la FSSPX consi­dère qu’é­tant don­né que les voix auto­ri­sées de l’is­lam s’en­tendent pour admettre que le mina­ret n’est pas un élé­ment indis­pen­sable de la pra­tique du culte musul­man, l’ar­gu­ment[1] des ini­tiants, selon lequel l’é­rec­tion de mina­rets ne sau­rait être cou­verte par la garan­tie de la liber­té reli­gieuse ins­crite aux articles 15 de la Constitution fédé­rale et 9 de la Convention euro­péenne des droits de l’homme, paraît par­fai­te­ment fondé.

En revanche, dans la com­pré­hen­sion théo­lo­gique et cano­nique de la notion de liber­té reli­gieuse, reven­di­quée notam­ment par la Conférence des évêques suisses[2] en faveur du rejet de ladite ini­tia­tive, la FSSPX dénonce la confu­sion entre­te­nue par cer­tains acteurs de l’au­to­ri­té de l’Eglise depuis le Concile Vatican II entre le fait de tolé­rer toute per­sonne, quelle que soit sa reli­gion, et celui de tolé­rer une idéo­lo­gie incom­pa­tible avec la tra­di­tion chrétienne.

La doc­trine isla­mique n’est pas admis­sible pour celui qui la connaît. Comment d’ailleurs pourrait-​on encou­ra­ger la pro­pa­ga­tion d’un sys­tème de pen­sée inci­tant les maris à frap­per leurs épouses[3], les » fidèles » à mas­sa­crer les » infi­dèles « [4], la jus­tice à pra­ti­quer châ­ti­ments[5] et muti­la­tions cor­po­rels[6] et l’en­semble des musul­mans à repous­ser juifs et chré­tiens[7] ?

La posi­tion de la Conférence des évêques suisses, figée dans la plus droite ligne de ces textes du Concile Vatican II[8] que la FSSPX ne cesse de dénon­cer depuis sa fon­da­tion, contre­vient à la doc­trine tra­di­tion­nelle et à la mis­sion apos­to­lique de l’Eglise catho­lique au point d’en arri­ver, dans l’ou­bli total du pre­mier com­man­de­ment, à mettre sur pied d’é­ga­li­té la parole de Celui qui nous demande d’ai­mer nos enne­mis[9] et celle de celui qui nous com­mande de le mettre à mort.

En consé­quence de quoi le dis­trict de Suisse de la FSSPX invite toute per­sonne de bonne volon­té à ne pas cau­tion­ner la pro­pa­ga­tion de la doc­trine isla­mique et à voter oui à l’i­ni­tia­tive contre la construc­tion de minarets.

Abbé H. Wuilloud +
Supérieur du dis­trict de Suisse

Notes de bas de page

  1. http://minarets.ch/pdf/flyer‑f.pdf []
  2. http://www.sbk-ces-cvs.ch/ressourcen/download/20090910091559.pdf[]
  3. Le coran, sou­rate 4, ver­set 34. []
  4. Le coran, sou­rate 4, ver­set 89, sou­rate 8, ver­set 39. []
  5. Le coran, sou­rate 24 , ver­sets 2–4. []
  6. Le coran, sou­rate 5, ver­set 38. []
  7. Le coran, sou­rate 5, ver­set 51.[]
  8. http://www.sbk-ces-cvs.ch/ressourcen/download/20090910091559.pdf[]
  9. Mt 5:44.[]