Le mot de l’aumônier

Bien chers Croisés,

Ce nou­veau tri­mestre qui com­mence pos­sède en son coeur le mois de mai, « mois de Marie » : autre­fois, dans toutes les paroisses de la « Fille aînée de l’Église « , des prières spé­ciales étaient orga­ni­sées chaque jour, durant tout ce mois , pour hono­rer spé­cia­le­ment notre bonne Mère du Ciel.

Aujourd’hui, hélas, il n’en est plus ain­si, mais si nous le vou­lons, nous pou­vons bien main­te­nir cette pieuse cou­tume au sein de nos familles, de nos foyers, et trans­mettre ain­si aux plus petits, et aux jeunes, cette dévo­tion mariale confiante et filiale, si essen­tielle pour le salut éter­nel de nos âmes. Alors, concrè­te­ment, que cha­cun prenne, dès le début de ce tri­mestre, une réso­lu­tion ferme qui per­met­tra de rendre un hon­neur spé­cial à Notre-​Dame et à son Coeur Immaculé, chaque jour de ce mois de Mai. Pour cer­tains, ce sera la réci­ta­tion des lita­nies de la très Sainte Vierge en famille, pour d’autres, une seconde dizaine de cha­pe­let ajou­tée a celle qui est déjà dite quo­ti­dien­ne­ment, pour d’autres encore, une dizaine sup­plé­men­taire à leur cha­pe­let quo­ti­dien, pour d’autres encore, dis­po­sant de plus de temps ou que la mala­die force à l’i­nac­tion, ce sera tout un rosaire chaque jour, durant tout ce mois de Mai. Cela n’a rien d’im­pos­sible, les trois Pastoureaux de Fatima et en par­ti­cu­lier François, réci­taient allè­gre­ment leur Rosaire quo­ti­dien, et cela non seule­ment pen­dant le mois de Mai, mais pen­dant toute l’an­née. Quoi qu’il en soit, il convient que la réso­lu­tion de cha­cun soit pru­dente et réa­li­sable, car il ne ser­vi­rait à rien de prendre de lourdes réso­lu­tions qui ne seraient tenues que durant les 2 ou 3 pre­miers jours du mois.

De manière géné­rale, je conseille à tous ceux d’entre vous qui n’ar­rivent pas encore à réci­ter un cha­pe­let chaque jour, de prendre une réso­lu­tion qui les aide à tendre vers ce but : dans le der­nier « Lien », je citais un texte de Soeur Lucie qui expli­quait que

« Dieu nous demande, comme mesure quo­ti­dienne, une prière qui est à notre por­tée : la réci­ta­tion du chapelet. »

Que cha­cun d’entre vous s’ef­force d’at­teindre ce but, et pro­fite de ce mois de Mai pour s’ap­pro­cher un peu plus de cette « mesure quo­ti­dienne » deman­dée par Notre-​Dame de Fatima et, avant Elle, par de très nom­breux Papes qui ont encou­ra­gé tous les fideles à réci­ter la prière du Rosaire. C’est ain­si que le grand Pape Pie IX, sur son lit de mort, a dit a ceux qui l’en­tou­raient (février 1878) :

« Le Rosaire est un Évangile résu­mé et il don­ne­ra à ceux qui le récitent ces fleuves de paix dont nous parle l’Écriture ; c’est la plus belle des dévo­tions, la plus abon­dante en grâces et la plus agréable au Coeur de Marie. Que cela, mes enfants, soit mon témoi­gnage pour que vous vous sou­ve­niez de moi sur terre . »

Et Soeur Lucie de s’ex­cla­mer, devant ces paroles :

« Il est mer­veilleux de voir com­ment ce grand Pontife a lié la réci­ta­tion du Chapelet au coeur Immaculé de Marie. »

(« Appels du Message de Fatima » – 11 édi­tion fran­çaise – juillet 2003 – 319 pages – p : 281 – 282).

Que ce tes­ta­ment oral du « Pape de l’Immaculée » à tous ses enfants nous aide à demeu­rer fidèles à notre cha­pe­let quo­ti­dien ou à tendre à ce but, en pro­fi­tant du « mois de Marie » pour l’atteindre.

Abbé Fabrice DELESTRE †

Source : « Le lien », Bulletin de la Croisade du Rosaire