Entretien avec l’abbé Y. Le Roux

Une vue d“ensemble du

La Porte latine : Cher mon­sieur l’ab­bé le Roux, votre nom « sonne » fran­çais, pouvez-​vous vous pré­sen­ter aux lec­teurs de La Porte Latine ?

Abbé Yves Le Roux : Très volon­tiers mais si vous le vou­lez bien, ce sera sous forme de CV sim­pli­fié ! Car, repre­nant les termes du comte de Chambord, si le prin­cipe du prêtre est tout, ma per­sonne n’est rien. Ainsi :
Né le 22 août 1964 à Paris.
Habité 20 ans en région parisienne.
Après ma sco­la­ri­té, un an en phi­lo­so­phie à l’Institut Saint-​Pie X.
Rentré à Écône en octobre 1983, mer­veilleuses années qui ont com­plé­té ma pre­mière for­ma­tion familiale.
Ordonné le 29 juin 1990 à Écône, nom­mé à Genève et res­té 5 ans.
Un an direc­teur de l’é­cole de Salvan en Valais, Suisse. ( 1995 – 1996 )
Sept ans direc­teur de l’é­cole Sainte-​Famille à Lauzon en face de Québec. ( 1996 – 2003 )
Depuis le 15 août 2003, rec­teur du sémi­naire Saint Thomas d’Aquin à Winona.

La Porte latine : Vous avez donc pris, il y a un peu plus d’un an, la suc­ces­sion de Monseigneur Williamson au sémi­naire de Winona aux États-​Unis. Pouvez-​vous nous expli­quer en quoi consiste exac­te­ment votre tâche ?

Abbé Yves Le Roux : Avant de répondre à votre ques­tion, il me paraît impor­tant de situer notre sémi­naire tant dans son contexte géo­gra­phique qu’­his­to­rique. Notre mai­son est sise dans le Minnesota près de la source du Mississipi, dans cette par­tie des États-​Unis que l’on nomme com­mu­né­ment le Mid-​West qui se situe au centre du pays. Cette région se trouve expo­sée aux vents gla­cials du pôle nord l’hi­ver et à la cha­leur moite du golfe du Mexique l’été !
Notre mai­son a été bâtie par les Dominicains dans les années cin­quante en vue d’en faire le novi­ciat de la Province domi­ni­caine pour le centre des États-​Unis. Mais quelques années après, les voca­tions se raré­fiant, les domi­ni­cains furent obli­gés de mettre en vente leur mai­son qui repré­sen­tait une lourde charge.
En 1988, la Fraternité Saint-​Pie X recher­chant une mai­son plus vaste que la mai­son de Ridgefield près de New York – qui ser­vait alors de sémi­naire – pour rece­voir les demandes d’en­trée au sémi­naire déci­da d’a­che­ter cette mai­son reli­gieuse à Winona. Désormais cette mai­son s’a­vère elle-​même un peu petite. Nous allons devoir l’a­gran­dir ( en veillant à ne pas alté­rer son cachet par­ti­cu­lier ) ou devoir émi­grer ailleurs aux États-​Unis pour accueillir les voca­tions tou­jours plus nom­breuses. Il serait regret­table de ne pou­voir rece­voir toutes ces bonnes volon­tés. Nous allons devoir prendre une déci­sion dans un ave­nir pro­chain, cer­tai­ne­ment le nerf de la guerre sera-​t-​il un élé­ment déter­mi­nant lors de notre choix !
En atten­dant, nous conti­nuons de veiller à l’ad­mi­nis­tra­tion du domaine qui fait un peu plus que 123 hec­tares. Nous avons une petite ferme que nous louons à un fer­mier des envi­rons et un petit bois que nous ten­tons d’en­tre­te­nir et qui nous four­nit le bois pour notre chauffage.

Outre l’as­pect admi­nis­tra­tif lié à cette tâche de rec­teur du sémi­naire, je donne quelques cours de phi­lo­so­phie et de doc­trine et j’as­sure la plus grande part des confé­rences spi­ri­tuelles du séminaire.
Nous avons l’hon­neur et la joie de pou­voir au sémi­naire refaire avec la grâce de Dieu, ce que le Christ a fait Lui-​même le pre­mier en for­mant le col­lège des apôtres !
Perpétuer, au delà de nos misères, l’a­pos­to­lat du Christ ne peut que réjouir nos cœurs de prêtres et nous main­te­nir dans une grande humi­li­té. Aussi espérons-​nous que vos lec­teurs sau­ront nous prendre dans leurs prières afin que nous puis­sions, comme de simples ins­tru­ment de Notre Seigneur, tra­vailler à sa vigne en pré­pa­rant pour demain les prêtres dont le monde a un si grand besoin.

La Porte latine : Alors jus­te­ment, et spé­cia­le­ment aux Etats-​Unis, com­ment analysez-​vous le nombre des voca­tions, sachant que vous gérez 60 sémi­na­ristes dont 22 entrées pour cette année, 10 pré-​séminaristes et 12 sémi­na­ristes de 1ère année ?

Abbé Yves Le Roux : La phrase de Notre Seigneur est tou­jours d’actualité :

« La mois­son est grande, mais les ouvriers sont en petit nombre. Priez donc le maître de la mois­son d’envoyer des ouvriers à sa moisson . »

Nous n’au­rons jamais assez de voca­tions ! Cependant, depuis quelques années, le nombre des voca­tions est en aug­men­ta­tion ain­si que nous l’a­vons briè­ve­ment noté. Cette aug­men­ta­tion est cer­tai­ne­ment liée au tra­vail que nos confrères du District des Etats-​Unis effec­tuent, par­ti­cu­liè­re­ment dans le cadre des écoles.
Nous trou­vons aus­si aux États-​Unis de belles familles qui n’hé­sitent pas à se regrou­per autour de ces écoles. Cette ten­dance est remar­quable et encou­ra­geante car les familles et les écoles sont appe­lées à tra­vailler de concert afin de for­mer des chré­tiens solides.

La Porte latine : En d’autres termes, vos prin­ci­paux four­nis­seurs de voca­tion se trouvent être ?

Abbé Yves Le Roux : Certainement. Mais il ne fau­drait pas croire que la recette soit auto­ma­tique ! Les familles doivent don­ner une véri­table édu­ca­tion catho­lique à leurs enfants à base d’es­prit de sacri­fice et de joie chré­tienne. Il serait insuf­fi­sant de mettre son enfant à l’é­cole et de pen­ser que la charge de parents est ain­si rem­plie. Elle ne fait, en réa­li­té, que commencer.
Cependant, nous rece­vons aus­si un cer­tain nombre de voca­tions de conver­tis. Ainsi, par­mi les vingt deux nou­veaux ren­trés cette année, trois gar­çons viennent du protestantisme.

La Porte latine : En terme de com­mu­ni­ca­tion, outre votre nou­veau site du sémi­naire dont nous rap­pe­lons l’a­dresse « www.stas.org », éditez-​vous des lettres ou des revues que les lec­teurs anglo­phones de La Porte Latine pour­raient se procurer ?

Abbé Yves Le Roux : Nous publions une lettre men­suelle à l’in­ten­tion de nos Amis et Bienfaiteurs ( elle se trouve être dis­po­nible en sa ver­sion fran­çaise sur notre site Internet ). Nos sémi­na­ristes éditent quant à eux quatre fois par an, une revue ren­dant compte des divers évè­ne­ments qui émaillent la vie du sémi­naire. Elle s’in­ti­tule Verbum.
Vos lec­teurs trou­ve­ront tous les ren­sei­gne­ments pra­tiques à ce sujet sur notre site Internet.

La Porte latine : Une der­nière ques­tion avant de vous lais­ser retour­ner à votre sémi­naire : la Tradition est une grande famille uni­ver­selle, avez-​vous un mes­sage à lui faire passer ?

Abbé Yves Le Roux : Permettez-​moi de rec­ti­fier quelque peu votre expres­sion de « grande famille uni­ver­selle ». Je dirais plus sim­ple­ment que les catho­liques romains que nous sommes, fidèles à sa tra­di­tion, doivent, par leurs exemples, se révé­ler comme les témoins de la Charité divine. Dieu n’a pas craint de livrer Son Fils unique pour sau­ver les âmes. Que faisons-​nous aujourd’­hui de cet héritage ?

Ne sommes-​nous pas trop hap­pés par l’es­prit maté­ria­liste du monde ? Oublieux trop sou­vent de notre héri­tage, nous nous épui­sons dans des démarches sté­riles qui caressent notre pro­pen­sion à l’ac­ti­visme mais nous éloignent de l’es­sen­tiel qui est de nous unir à Dieu par Notre Seigneur dans et par la prière et le sacrifice.
Nous devons, en effet, être les témoins de la Charité du Christ par notre vie de prières et de sacri­fices. Le chré­tien est un consa­cré dont le pre­mier et plus impor­tant devoir est d’a­do­rer. Notre vie doit être un témoi­gnage de la sou­ve­rai­ne­té de Dieu et sa louange doit être notre occu­pa­tion constante.

« Outre les 60 sémi­na­ristes, le sémi­naire de Winona compte 7 prêtres, 4 Frères et plu­sieurs fidèles qui aident au fonctionnement. »

La chré­tien­té a été le fruit de la prière des béné­dic­tins. La litur­gie des monas­tères a été l’ins­tru­ment de la civi­li­sa­tion chré­tienne parce que la vie des moines a été le rayon­ne­ment de la vie litur­gique. Les bar­bares sont deve­nus chré­tiens par la force et le rayon­ne­ment du Christ à tra­vers la vie litur­gique des moines béné­dic­tins. Pourquoi n’en serait-​il pas de même aujourd’­hui où nous sommes confron­tés à une nou­velle forme de bar­ba­rie ? Nous sommes impuis­sants à enrayer la déca­dence pré­sente car nous nous épui­sons en de vaines que­relles qui mani­festent, hélas, que notre âme est un forum où seul celui qui crie plus fort que les autres est apte à vendre sa mar­chan­dise. Notre âme n’est point une place de mar­ché et notre apos­to­lat la criée, notre âme est un sanc­tuaire et notre apos­to­lat son rayon­ne­ment normal.

Voilà ce que nous essayons d’ap­prendre à nos sémi­na­ristes afin qu’ils sachent, plus tard, évi­ter de se lais­ser englou­tir par tous ce fatras de vains pro­pos et qu’ils sachent défendre inté­gra­le­ment le dépôt de la foi par leur célé­bra­tion de la messe et leur fidé­li­té à la vivre chaque jour. Dieu fasse que leur vie ne soit pas celle d’un fonc­tion­naire réci­tant des pate­nôtres, mais celle d’une âme consa­crée qui se laisse sai­sir par l’im­men­si­té de l’a­mour divin afin que Notre Seigneur puisse conti­nuer dans leur vie Sa divine ago­nie rédemptrice.

Le prêtre est l’of­fi­cier du Christ, sa vie doit se consu­mer dans le seul com­bat digne de sa voca­tion : faire régner le Christ dans les socié­tés, les familles et les individus.

Yves Le Roux †

Localisation du séminaire de Winona

U.S.A (Etats-​Unis)

St. Thomas Aquinas Seminary
21077 Quarry Hill Rd.
Winona. Minnesota 55987
USA
00 1 507 454 80 00
00 1 507 454 80 44
Le site du sémi­naire de Winona