François voit les “grandes religions” au cœur de l’humanité

Le pape François devant le Conseil musulman des anciens du Bahreïn

Le pape François a effec­tué un voyage au Royaume du Bahreïn, dans le golfe per­sique, du 3 au 6 novembre 2022, pour assis­ter à un forum de dia­logue inti­tu­lé : « Orient et Occident pour la coexis­tence humaine ».

Le pape répon­dait ain­si à l’invitation des auto­ri­tés civiles et reli­gieuses, le roi Hamad de Bahreïn et le Conseil musul­man des anciens.

François a pro­non­cé un dis­cours devant ce Conseil, à la mos­quée du Palais royal Sakhir à Awali, le ven­dre­di 4 novembre 2022. Il a d’abord été salué par le Grand Imam d’Al-Azhar, Ahmad Al-​Tayyeb, avec qui il a signé, le 4 février 2019, à Abou Dabi, le Document sur la fra­ter­ni­té humaine pour la paix mon­diale et la coexis­tence com­mune.

Dans son inter­ven­tion lue, le pape a pro­non­cé une parole qui appa­raît comme une néga­tion de la Royauté de Notre Seigneur Jésus-​Christ. Voici ce texte : « Face à une huma­ni­té de plus en plus bles­sée et déchi­rée qui, sous le cou­vert de la mon­dia­li­sa­tion, res­pire avec dif­fi­cul­té et peur, les grandes reli­gions sont appe­lées à être le cœur qui unit les membres du corps, l’âme qui donne espoir et vie aux aspi­ra­tions les plus élevées. »

Il est à noter que le texte fran­çais, publié par le site du Saint-​Siège, est incom­plet, mais les autres langues livrent bien le texte rap­por­té ci-dessus.

Il n’y a qu’un seul Seigneur de l’humanité et un seul Roi qui unit les membres de son corps mys­tique ; un seul Esprit qui est comme l’âme de ce corps ; et un seul Dieu, Jésus-​Christ, qui puisse « don­ner espoir aux aspi­ra­tions les plus éle­vées » : le salut et la vision éter­nelle de Dieu qui com­ble­ra et sur­pas­se­ra les dési­rs les plus hauts qui puissent se concevoir.

Et tous les hommes sont appe­lés à faire par­tie du Corps mys­tique du Christ par la grâce de Dieu. Aucune autre « reli­gion » ou pré­ten­due telle, ne peut don­ner un quel­conque « espoir » ou « une vie aux aspi­ra­tions les plus éle­vées » de l’homme.

Aucune d’entre elles ne peut être un « cœur qui unisse les membres », si ce n’est par une asso­cia­tion sim­ple­ment humaine, tota­le­ment inca­pable d’opérer cette mer­veilleuse union entre ses membres par la grâce.

Aucune d’entre elles n’a été fon­dée par Dieu : elles sont le fruit de l’invention humaine, et enseignent des doc­trines incom­pa­tibles avec la Vérité immuable qui est le Christ, le Verbe éter­nel de Dieu.

Comment donc ces reli­gions pourraient-​elles être « le cœur qui unit les membres du corps » ? La concep­tion qui pointe der­rière ces paroles est tou­jours la même : l’ensemble des reli­gions doivent consti­tuer une sorte de MASDU, ou Mouvement d’Animation Spirituelle de la Démocratie Universelle, selon la très heu­reuse for­mule de l’abbé Georges de Nantes.

Tout ceci ne peut abou­tir qu’à un indif­fé­ren­tisme pro­fond, à une désaf­fec­tion des catho­liques pour leur reli­gion, dont ils pensent de plus en plus qu’elle ne doit être qu’un décalque de la socié­té civile et poli­tique, sau­pou­drée d’une pseudo-​charité aux relents de naturalisme.

Usquequo Domine ? Jusqu’à quand, Seigneur ?

Source : FSSPX.News