La Fraternité Saint-​Pie X au Liban in Présent du 3 janvier 2015



Messe au couvent des Soeurs des Apôtres à Qornet Chehwan

La poi­gnée de fidèles de la Tradition au Liban a la joie de rece­voir en cette fin d’an­née la visite du Supérieur du District de Suisse de la Fraternité Sacerdotale Saint-​Pie X, M. l’ab­bé Wuilloud.

Depuis près de trente ans, la Fraternité, par le biais de M. l’ab­bé Patrice Laroche au départ, puis au fil des années par les abbés et sémi­na­ristes qui l’ac­com­pagnent ou le rem­placent, assure une pré­sence apos­to­lique récon­for­tante et des plus riches en grâces auprès de ces fidèles fran­çais, ita­liens et liba­nais du Levant.

Ces visites régu­lières offrent à nos enfants la pos­si­bi­li­té de rece­voir la solide for­ma­tion des héri­tiers de Mgr Lefebvre, la foi des pion­niers et l’es­prit mis­sion­naire à tra­vers des retraites de pre­mière com­mu­nion, mais aus­si des récol­lec­tions pour ado­les­cents, caté­chisme, camps d’é­té, confes­sions, par­rai­nages spi­ri­tuels, ser­vices d’au­tel et sacrements.

Ils ont cette grâce extra­or­di­naire de pou­voir connaître cette rela­tion pri­vi­lé­giée du Bon Père avec ses enfants que nous avons nous-​mêmes connue à tra­vers les camps scouts, les messes et les retraites menés tam­bour bat­tant par les pion­niers de la « Frat », comme nous disions avec fami­lia­ri­té. Cette fami­lia­ri­té res­pec­tueuse était en elle-​même une immense richesse, un phare qui a sou­vent su gui­der bon nombre d’ex­pa­triés dans ces pays où nos prêtres ne sont pas pré­sents de façon per­ma­nente. Cette fami­lia­ri­té est aus­si celle qui rap­pelle, 25 ans plus tard, à nos prières ceux qui furent les ber­gers de notre enfance comme M. l’ab­bé Coiffet, aujourd’­hui souffrant. 

En ce début d’an­née et à l’heure ou l’Eglise d’Orient est véri­ta­ble­ment souf­frante, ce contact immé­diat avec notre abbé est une véri­table joie, ses conseils une béné­dic­tion et la messe quo­ti­dienne durant ces quelques jours une source de grâces infinies. 

L’abbé Wuilloud aura tout juste le temps de visi­ter à marche for­cée le sanc­tuaire de Notre-​Dame du Liban à Harissa, le siège du Patriarcat maro­nite de Bkerké, l’Ermitage du grand saint Charbel à Aannaya, le châ­teau croi­sé de la ville huit fois mil­lé­naire de Byblos et sa cathé­drale des temps apos­to­liques, Mgr Nahri à Bickfaya et la Vallée Sainte de la Qadisha avec le siège du Patriarcat d’é­té de Dimane, peut-​être encore, si nous par­ve­nons à voler quelques heures au temps, la pre­mière impri­me­rie du Moyen-​Orient fon­dée en 1720 au couvent Saint-​Jean de Khonchara, mais il aura sur­tout appor­té beau­coup de récon­fort et un élan spi­ri­tuel à notre com­mu­nau­té, à la veille d’une nou­velle année dont nous savons qu’elle mobi­li­se­ra toutes nos capa­ci­tés de résis­tants mis­sion­naires, mili­tants et cari­ta­tifs pour répondre aux drames et aux per­sé­cu­tions qui frappent nos frères orientaux. 

Sophie Akl-​Chedid, sophie-akl-chedid@present.fr

Source : du 3 jan­vier 2015