La situation du District d’Afrique, par l’abbé Loïc Duverger, ancien Supérieur du District


M. l’ab­bé Loïc Duverger, ancien Supérieur du District d’Afrique et actuel­le­ment Second Assistant du District de France, a bien vou­lu nous accor­der un entre­tien sur la situa­tion de son ancien immense district. 

Nous retien­drons deux phrases qui fixent la ligne direc­trice de cet échange : « L’apostolat en Afrique serait sans limite s’il y avait assez de prêtres » et « Dans un futur proche notre Prieuré Saint-​Michel au Nigeria sera le plus impor­tant d’Afrique ».

Prions donc pour que le Maître des mois­sons nous envoie de nom­breux ouvriers !

L’abbé Loïc Duverger entou­ré de fidèles nigérians

Votre man­dat de supé­rieur du dis­trict d’Afrique a pris fin il y a quelques mois [NDLR de LPL : le 15 août 2016]. Pourriez-​vous nous bros­ser la situa­tion de l’a­pos­to­lat en Afrique ?

L’apostolat en Afrique serait sans limite s’il y avait assez de prêtres, de frères, de reli­gieuses pour s’y don­ner. Les catho­liques comme les non-​baptisés sont légions à aspi­rer à une vraie vie chré­tienne nour­rie aux lumières de la Foi, for­ti­fiée par la pré­di­ca­tion et les sacrements. 

Adonnés à l’ac­com­plis­se­ment de cet apos­to­lat qui les occupe jus­qu’aux limites de leurs forces, nos confrères doivent aus­si se trans­for­mer en bâtis­seur d’é­glises pour célé­brer la messe dans toute sa splen­deur litur­gique, de prieu­rés pour vivre au quo­ti­dien et y rece­voir les fidèles, et d’é­coles pour accom­plir cette grande oeuvre de la for­ma­tion de la jeunesse.

Ce tra­vail haras­sant use toutes leurs forces mais pro­duit des fruits magni­fiques. Les pro­grès sont mesu­rés aux bap­têmes, aux confir­ma­tions, aux mariages et même aux extrêmes-​onctions en constante aug­men­ta­tion. C’est le cou­ron­ne­ment d’un tra­vail achar­né que cette mois­son d’âmes qui s’at­tachent pour tou­jours à Jésus-​Christ et à son Eglise.

L’unique peine : ne pou­voir répondre à tous les appels, être obli­gés de consta­ter que les moyens humains et maté­riels sont insuf­fi­sants, buter contre les nom­breux obs­tacles qui nuisent aux conver­sions que la Providence ne per­met pas tou­jours de vaincre immédiatement.

Quelles pers­pec­tives pour la mis­sion Saint-​Michel au Nigeria ?

Le plus jeune de nos prieu­rés en Afrique, petite graine de séne­vé qui ren­contre nombre d’obs­tacles pour ger­mer, devien­dra à n’en pas dou­ter un grand arbre aux fruits excel­lents et abon­dants. Le Nigeria fait face à des défis reli­gieux ter­ribles. Les sacri­fices de nom­breux catho­liques est une source de grâces pour les géné­ra­tions qui montent.

Le pays est jeune. Avec une crois­sance impor­tante, l’Eglise Catholique du Nigeria sera d’i­ci peu la plus impor­tante d’Afrique. Notre Prieuré à Enugu, au coeur du Nigeria catho­lique, par­ti­cipe à ce déve­lop­pe­ment en démon­trant dans les faits que la Tradition catho­lique avec la litur­gie en latin attire les plus anciens bien sûr mais aus­si toute une jeu­nesse avide de sacré, de véri­tés fortes, de vie spi­ri­tuelle profonde. 

Sans aucun doute dans un futur proche notre Prieuré Saint-​Michel au Nigeria sera le plus impor­tant d’Afrique. Nous avons ache­té un ter­rain à Enugu, il faut main­te­nir bâtir le prieu­ré, l’é­glise, l’é­cole pour avoir les moyens maté­riels de faire une oeuvre solide. 

Nos prêtres admi­rables de cou­rage et d’en­thou­siasme font face à ces défis et à toutes les peines et les sou­cis qui y sont atta­chés. S’ils pou­vaient par la géné­ro­si­té de nos bien­fai­teurs être déchar­gés des sou­cis de par­cou­rir le monde pour trou­ver les fonds néces­saires à ce déve­lop­pe­ment, ce serait merveilleux !

Abbé Loïc Duverger, prêtre de la Fraternité Sacerdotale Saint-​Pie X

Sources : SOS-​Africa n° 6 de novembre 2016/​La Porte Latine du 25 novembre 2016

FSSPX Assistant du District de France

M. l’ab­bé Loïc Duverger est actuel­le­ment l’Assistant du District de France de la FSSPX. Il a été aupa­ra­vant supé­rieur du District d’Afrique.