Cinq cardinaux rappellent leur ferme position doctrinale avant le Synode sur la famille

Note de la rédac­tion de La Porte Latine :
il est bien enten­du que les com­men­taires repris dans la presse exté­rieure à la FSSPX
ne sont en aucun cas une quel­conque adhé­sion à ce qui y est écrit par ailleurs.

À l’ap­proche du Synode des évêques sur la famille, la paru­tion d’un ouvrage, où figurent plu­sieurs car­di­naux en fonc­tion dans la Curie réfu­tant la pro­po­si­tion à l’é­gard des divor­cés rema­riés du théo­lo­gien Walter Kasper, contra­rie le pape François.

Avant même sa sor­tie offi­cielle, « ce livre fait le buzz », selon l’expression d’un pré­lat au sein de la Curie romaine. Intitulé « Demeurer dans la véri­té du Christ », l’ouvrage, qui en France paraît aux édi­tions Artège le 25 sep­tembre pro­chain, ras­semble des textes de grandes signa­tures de l’Église, en par­ti­cu­lier celles de cinq car­di­naux : Walter Brandmüller, pré­sident émé­rite du Comité pon­ti­fi­cal pour les sciences his­to­riques et très proche de Benoît XVI, Raymond Burke [1] et [2], actuel pré­fet du Tribunal suprême de la Signature apos­to­lique, Carlo Caffarra, arche­vêque de Bologne, qui fut proche de Jean-​Paul II, Velasio De Paolis, pré­sident émé­rite de la Préfecture des affaires éco­no­miques du Saint-​Siège, et – non des moindres – Gerhard Ludwig Müller, pré­fet de la Congrégation pour la doc­trine de la foi.

« Erreurs d’interprétation sur la miséricorde »

Rassemblés par le père Robert Dodaro, pré­sident de l’Institut de patris­tique Augustinianum à Rome, les textes « entendent réfu­ter » la pro­po­si­tion for­mu­lée par le car­di­nal alle­mand, Walter Kasper, à l’ouverture du consis­toire de février der­nier [3] en vue des deux Synodes à venir sur la famille, à pro­pos de l’accès aux sacre­ments des divor­cés civi­le­ment rema­riés. Comme le résu­mé l’éditeur fran­çais du livre, celui-​ci s’attache « à mon­trer l’impossibilité de conci­lier » l’idée « d’une ver­sion catho­lique de quelques pra­tiques de l’Église ortho­doxe pour cer­tains divor­cés rema­riés civi­le­ment (..) avec la doc­trine catho­lique de l’indissolubilité du mariage ». Cette idée ne pour­rait « que conduire à des erreurs d’interprétation sur la fidé­li­té et la miséricorde. »

Le pape François, qui avait mani­fes­té son atta­che­ment au texte du car­di­nal Kasper lors du consis­toire, serait irri­té par la publi­ca­tion de cet ouvrage col­lec­tif à quelques jours du Synode, selon une haute source proche du pape argen­tin. Il aurait deman­dé au car­di­nal Müller de ne pas par­ti­ci­per à la pro­mo­tion du livre, qui reprend aus­si des textes de deux jésuites. Le pré­fet de la Congrégation pour la doc­trine de la foi a déjà expo­sé sa posi­tion à d’autres occasions.

Le car­di­nal Kasper, qui n’a pas encore reçu le nou­veau livre, indique à La Croix s’être enga­gé auprès du pape à ne pas « se livrer à une dis­pute entre car­di­naux ». À la fin du consis­toire de février der­nier, le pape François avait plai­dé pour l’unité des cardinaux.

L’ouvrage, à paraître en plu­sieurs langues dans les jours à venir, s’ajoute à d’autres prises de posi­tion récem­ment affir­mées sur le sujet épi­neux des divor­cés rema­riés, comme celle de l’évêque d’Anvers, Mgr Bonny. Le Synode des évêques doit s’ouvrir à Rome le 5 octobre pro­chain pour deux semaines.

Sources : La Croix /​Le point /​chiesa.espresso.repubblica.it /​FC

Notes de bas de page

  1. Sandro Magisterinchiesa.espresso.repubblica.it : « La pro­chaine vic­time serait en effet le car­di­nal amé­ri­cain Raymond Leo Burke, pré­fet du Tribunal suprême de la signa­ture apos­to­lique. Au lieu d’être pro­mu – comme l’ont inven­té cer­tains inter­nautes – au poste dif­fi­cile mais pres­ti­gieux d’ar­che­vêque de Chicago, il serait réduit au titre pom­peux – mais très modeste au point de vue ecclé­sias­tique – de « car­di­nal patron » de l’Ordre Souverain et Militaire de Malte, suc­cé­dant ain­si au titu­laire actuel, Paolo Sardi, qui vient de fêter son 80e anni­ver­saire. Si cela se confir­mait, l’exil de Burke serait encore plus dras­tique que celui qui a été impo­sé au car­di­nal Piacenza. En effet ce der­nier a certes été trans­fé­ré de l’im­por­tante congré­ga­tion pour le cler­gé à la mar­gi­nale péni­ten­ce­rie apos­to­lique, mais il reste tout de même à la tête d’un dicas­tère de la curie. Au contraire, dans le cas du chan­ge­ment de poste qui se pré­pa­re­rait, Burke serait com­plè­te­ment exclu de la curie et il occu­pe­rait une fonc­tion pure­ment hono­ri­fique, dépour­vue de toute influence sur le gou­ver­ne­ment de l’Église uni­ver­selle. »[]
  2. New Catholic in le FC : « La démo­tion humi­liante de Burke, comme Magister l’ex­plique, c’est un PUISSANT sym­bole. »[]
  3. Le Point du 17 sep­tembre 2014 – « Remariage des divor­cés : la curie se mutine contre le pape François : quatre-​vingt-​cinq car­di­naux sur la cen­taine de pré­lats pré­sents au consis­toire durant lequel Mgr Kasper avait lan­cé le pavé dans la mare ont voté contre l’a­vis de l’a­mi du pape François. Et ils n’ont pas man­qué de faire fil­trer ce chiffre qui aurait dû res­ter secret. Cette manœuvre, digne de la basse cui­sine poli­ti­cienne, illustre le cli­mat d’hos­ti­li­té de la curie romaine envers le sou­ve­rain pon­tife. Hostilité qu’en bon jésuite François affronte avec une totale indif­fé­rence. »[]