Mgr Athanasius Schneider demande un Syllabus sur le Concile Vatican II

Le 17 décembre 2010, à l’occasion du col­loque orga­ni­sé à Rome par la Congrégation des Franciscains de l’Immaculée, sur le thème : « Vatican II, un concile pas­to­ral – Analyse his­to­rique, phi­lo­so­phique et théo­lo­gique », Mgr Athanasius Schneider, évêque auxi­liaire de Karaganda (Kazakhstan), a deman­dé la rédac­tion d’un Syllabus condam­nant infailli­ble­ment « les erreurs d’interprétation du Concile Vatican II ». Car, a‑t-​il pré­ci­sé, seul le magis­tère suprême de l’Église – celui du pape ou d’un nou­veau concile œcu­mé­nique – peut cor­ri­ger les abus et les erreurs nés du Concile Vatican II et rec­ti­fier sa com­pré­hen­sion et sa récep­tion à la lumière de la tra­di­tion catholique. 

Déclarant qu’il n’était guère pos­sible de réunir un nou­veau concile avant 500 ans…, il a consi­dé­ré qu’il fal­lait en appe­ler au magis­tère suprême du pape. D’où cette demande d’un nou­veau Syllabus où figu­re­raient face à face les erreurs condam­nées et leur inter­pré­ta­tion orthodoxe.

Au cours de ce col­loque ont éga­le­ment pris la parole, Mgr Brunero Gherardini, auteur du livre Concile Vatican II, un débat à ouvrir et le Professeur Roberto de Mattei, his­to­rien ita­lien, auteur d’un récent volume sur le concile, inti­tu­lé Le Concile Vatican II, une his­toire jamais écrite (actuel­le­ment dis­po­nible en ita­lien aux édi­tions Lindau).

Tous les deux ont répon­du aux cri­tiques que leurs tra­vaux ont sou­le­vées, sur­tout dans les milieux conci­liaires conser­va­teurs atta­chés à défendre l’infaillibilité du Concile. 

Source : chiesa.espressonline.it/ du 22/​01/​11