Prier pour les vocations, par M. l’abbé Christian Bouchacourt – Avril 2018

Le Pape François a convo­qué pour le mois d’oc­tobre pro­chain un Synode sur le thème « Les jeunes, la foi et le dis­cer­ne­ment des voca­tions ». C’est un sujet effec­ti­ve­ment tout à fait essen­tiel, pour deux rai­sons conjointes.

La pre­mière rai­son est que l’Église ne peut pas vivre sans prêtres (ni sans reli­gieux, d’ailleurs). Certes, il a pu exis­ter, en quelques lieux et en cer­taines périodes, une vie ecclé­siale en l’ab­sence de prêtres : citons la Corée où fin XVIIIe et début XIXe, durant cin­quante ans, la foi s’est répan­due uni­que­ment à par­tir de livres catho­liques. Cependant, cette situa­tion est pro­fon­dé­ment anor­male, et d’ailleurs cette pre­mière chré­tien­té coréenne souf­frait de cette absence du sacerdoce. 

La deuxième rai­son est que l’Église, au moins en Occident, vit aujourd’­hui un grave « hiver des voca­tions ». La Croix du 4 juillet der­nier nous révé­lait que 79 prêtres dio­cé­sains devaient être ordon­nés pour l’an­née 2017. C’est peu, c’est très peu, c’est net­te­ment insuf­fi­sant pour l’Église de France, même en envi­sa­geant sim­ple­ment de main­te­nir ce qui existe. 

Puisque toute l’Église va être mobi­li­sée autour des voca­tions au cours de cette année 2018, il me semble que, nous aus­si, à notre place, nous pou­vons répondre à cette invi­ta­tion du Pape. D’autant que « le but de la Fraternité Saint-​Pie X est le sacer­doce et tout ce qui s’y rap­porte et rien que ce qui le concerne », comme disent ses Statuts. C’est pour­quoi, au cours de cette année, nous ferons part de quelques réflexions et pro­po­si­tions concer­nant les vocations. 

La pre­mière est la plus simple, puisque c’est la seule que Notre-​Seigneur nous a ensei­gnée expli­ci­te­ment. « La mois­son est grande, mais les ouvriers peu nom­breux. Priez donc le maître de la mois­son d’en­voyer des ouvriers dans sa mois­son » (Mt 9, 37–38). Ainsi, c’est à la prière pour les voca­tions que Jésus nous engage. Et toute réflexion sur l’é­veil des voca­tions doit com­men­cer et finir par ce point. 

Alors, nous devons nous inter­ro­ger : prie-​t-​on suf­fi­sam­ment pour les voca­tions ? Les évêques sonnent-​ils la rap­pel sur ce point cru­cial, eux dont l’une des pre­mières res­pon­sa­bi­li­tés est de faire des prêtres pour l’Église ? Les paroisses sont-​elles mobi­li­sées pour prier avec régu­la­ri­té, avec constance, avec fer­veur, dans ce but ? Les écoles catho­liques, les mou­ve­ments de jeunes sont-​ils sen­si­bi­li­sés sur ce point, car la prière des enfants est par­ti­cu­liè­re­ment effi­cace sur le coeur de Dieu ? 

Bref, est-​ce que chaque catho­lique est inci­té à répé­ter chaque jour cette prière classique : 

« Seigneur, donnez-​nous des prêtres. Seigneur, donnez-​nous de saints prêtres. Seigneur, donnez-​nous beau­coup de saints prêtres » ?

Abbé Christian BOUCHACOURT, Supérieur du District de France de la de la FSSPX

Sources : Lettre à nos frères prêtres n° 77 /​La Porte Latine du 26 avril 2018

FSSPX Second assistant général

Né en 1959 à Strasbourg, M. l’ab­bé Bouchacourt a exer­cé son minis­tère comme curé de Saint Nicolas du Chardonnet puis supé­rieur du District d’Amérique du Sud (où il a connu le car­di­nal Bergoglio, futur pape François) et supé­rieur du District de France. Il a enfin été nom­mé Second Assistant Général lors du cha­pitre élec­tif de 2018.