Dimanche 24 octobre

Quête des Missions au service de la Foi au Mexique

cof

Maintenir et encou­ra­ger la foi des héri­tiers des Cristéros.

Il y a tout juste 500 ans, Hernán Cortés et quelques sol­dats espa­gnols accom­pa­gnés de nom­breux indi­gènes, déli­vraient la capi­tale du Mexique de la bar­ba­rie et du paga­nisme. En effet, à peine quelques années avant la décou­verte de l’Amérique, les aztèques inau­gu­raient leur der­nière pyra­mide à Tenochtitlán y fai­sant 80 000 sacri­fices humains et dégus­tant la chair des vic­times. Cette bar­ba­rie explique tout sim­ple­ment pour­quoi tant d’indigènes, sou­vent atta­qués par les voi­sins aztèques cher­chant des vic­times, se sont rapi­de­ment mis sous les ordres de Cortés, leur sauveur. 

Les fran­cis­cains, sui­vis quelques temps après des domi­ni­cains et autres ordres reli­gieux, vinrent à l’appel de Cortés concré­ti­ser la parole de Notre Seigneur, le jour de l’Ascension : « Allez, donc, ensei­gnez toutes les nations, les bap­ti­sant au nom du Père et du Fils et du Saint-​Esprit, leur appre­nant à obser­ver tout ce que je vous ai com­man­dé. (Saint Matthieu XXVIII, 19–20). 

En 1981, dans l’unique but de main­te­nir et encou­ra­ger la foi des héri­tiers des Cristéros, Monseigneur Lefebvre fai­sait son pre­mier voyage au Mexique, fai­sant plus de mille confir­ma­tions : une épo­pée ! Aujourd’hui, ce District de la FSSPX compte 38 centres de messes (Cuba inclus), 19 prêtres, 5 prieu­rés et 2 écoles, sachant que la super­fi­cie du Mexique, c’est 4 fois la France. Considérant les dis­tances et la quan­ti­té de prêtres, seule­ment 8 centres de Messe ont la Messe tous les dimanches. En cet été 2021, 2 centres de Messe viennent d’être ouverts : dans cha­cun des deux, nous avions déjà plus de 90 fidèles à la Messe domi­ni­cale et plus de 50 fidèles à la Messe du ven­dre­di anté­rieur, mal­gré les dis­tances. Parmi ces 38 centres de Messe, pre­nons deux exemples :

San Luis Potosí

Cette région fut évan­gé­li­sée prin­ci­pa­le­ment par les fran­cis­cains et les jésuites. La tor­nade du Concile Vatican II a fait ses ravages comme par­tout ailleurs. Appelée en 1989 par des catho­liques vou­lant vivre leur foi sans mélange, notre « Mission Saint Louis Roi » est des­ser­vie 2 fins de semaines par mois, par le prieu­ré de León. La cha­pelle « garage », au départ, avait pour banc des bidons d’huile cou­verts avec du tis­su. Peu à peu, la Mission réus­sit à ache­ter sièges, orne­ments et tout le néces­saire pour y dire la messe. 

Notre cha­pelle pro­vi­soire de San Luis Potosí

Cette cha­pelle « garage » est sur le point de dis­pa­raitre car nous venons d’acheter un ter­rain de 1000 m² dans l’espoir d’y construire une cha­pelle, digne de son roi ! Actuellement, seule­ment 50 fidèles sur 110 arrivent à suivre la messe à l’intérieur. Le ter­rain n’est pas encore com­plè­te­ment payé, mais per­sonne ne déses­père car les fidèles aug­mentent, leur foi éga­le­ment et les futurs bien­fai­teurs aussi ! 

Le ter­rain de San Luis Potosí – il n’y a plus qu’à finir de payer et construire

Celui qui, depuis 20 ans, nous prêtent une par­tie de sa boulangerie-​pâtisserie (l’odeur tra­verse les murs !) pour y dire la Messe, a su vivre sa foi et la trans­mettre à ses 11 enfants. Voyant que l’éducation publique ne garan­tis­sait point une édu­ca­tion catho­lique, sinon tout le contraire (dans les années 70–80), ces enfants ne sui­virent que les classes du pri­maire ; et après : au tra­vail dans la bou­lan­ge­rie ! Il y a tou­jours du pain sur la planche ! Aujourd’hui, trois de ses filles sont reli­gieuses dans la Tradition. La foi bien vécue, en fin de compte, c’est payant ; elle sus­cite la joie mal­gré la pau­vre­té matérielle !

Oaxaca

Située au sud du pays, cette région fut évan­gé­li­sée par les domi­ni­cains qui sur­ent y construire rapi­de­ment de belles églises, très tou­ris­tiques aujourd’hui.

Santo Domingo – église domi­ni­caine de Oaxaca

Moins tou­ris­tique, notre Mission « Nuestra Señora de la Soledad » est des­ser­vie par le prieu­ré le plus proche, celui d’Orizaba (7 heures de voyage en auto­bus), seule­ment une fois par mois. Cette cha­pelle compte aujourd’hui plus de 100 fidèles. Il y a dix ans, un fer­ron­nier nous prê­tait un local pour y dire la messe, mais l’évêque le mena­ça de perdre ses clients s’il conti­nuait à nous rece­voir. Puis, un prêtre dio­cé­sain, bien inten­tion­né, nous prê­ta une cha­pelle laté­rale de son église ; mais cela par­vint aux oreilles de l’évêque, et nous dûmes cher­cher logis ailleurs. Devant cette situa­tion, les fidèles firent un pèle­ri­nage à Notre-​Dame de Juquila avec notre abbé, l’abbé Alejandro Jiménez, deman­dant la grâce de trou­ver une église pour y dire la Messe. Une semaine après, la solu­tion tem­po­raire était trou­vée : une cha­pelle appar­te­nant aux gens d’un quar­tier, à 5 minutes du centre de la ville ! 

Notre cha­pelle prê­tée à Oaxaca

En décembre der­nier, des reli­gieuses de bonne foi nous prê­taient leur couvent pour y prê­cher les exer­cices de Saint Ignace : 30 retrai­tantes furent pré­sentes. En ce pre­mier semestre 2021, nous avons fait plus de 20 bap­têmes dans cette région. Oui, le poten­tiel est impor­tant. Voilà pour­quoi les supé­rieurs espèrent dans un futur « proche » (?!) y ins­tal­ler un prieu­ré, et ain­si évi­ter pour les prêtres la fatigue et les dan­gers de la route.

Retraite à Oaxaca

Le 2 sep­tembre 2021, le prieu­ré orga­ni­sait à Orizaba une Adoration Nocturne après la Messe de 18h30 jusqu’à minuit dans le but de res­tau­rer l’Adoration noc­turne Mexicaine (approu­vée par Saint Pie X). 2 familles firent le voyage en voi­ture (5 heures aller), et une autre famille (dont le grand-​père âgé de 106 ans décé­dait deux jours avant) a fait le voyage en auto­bus (7 heures l’aller et 7 heures le retour) pour assis­ter à la Messe et à l’Adoration. En ce même jour, le sacris­tain de la cathé­drale fut tout heu­reux de nous prê­ter la ban­nière de l’Adoration Nocturne Mexicaine pour qu’elle soit mise à l’honneur auprès du Saint-Sacrement.

Conclusion

Ces deux exemples montrent un peu com­ment la foi des Cristéros est encore pré­sente au Mexique grâce à la pré­sence de la Fraternité Saint-​Pie X. Sans aucun doute, cette Foi demeure aus­si et sur­tout grâce à la dévo­tion à Notre-​Dame de Guadalupe. Le Pape Léon XIII disait en 1895 aux évêques mexi­cains : « Soyez tous per­sua­dés et pro­fon­dé­ment convain­cus que cette Foi demeu­re­ra dans toute son inté­gri­té tant que cette pié­té à la Vierge de Guadalupe se main­tien­dra, à l’exemple de vos pré­dé­ces­seurs. Par consé­quent, efforcez-​vous, avec la plus grande affec­tion, de l’aimer et de la vénérer ».

Pour que cette Foi demeure et gran­disse pour le moins dans tous les mexi­cains que le Bon Dieu nous confie, nous vous remer­cions d’avance, chers fidèles « catho­liques et fran­çais tou­jours » pour votre géné­ro­si­té que le Divin Sauveur sau­ra vous rendre au centuple. 

Cette quête d’octobre 2021 a pour but d’aider ces deux centres de Messe : San Luis Potosí et Oaxaca. « Que Dios los bendiga ». 

Pour nous aider

Par vire­ment bancaire : 

(nous ne four­nis­sons pas de reçus fiscaux) 

IBAN : 
FR94 3000 2072 3300 0011 7336 C30 

Titulaire du compte et adresse : 
FSSPX-​MEXIQUE 
LIEU-​DIT TOUS VENTS 
37110 VILLEDOMER 
FRANCE 

BIC (Swift Code) : 
CRLYFRPP 

Banque : 
LCL 

PAYPAL : 

https://www.fsspx-donate.info