Réhabiliter l’honneur de « tout restaurer en Jésus-Christ »

Attention il porte non pas le cordon spiritain mais la ceinture moirée violette. Probablement lors d'une cérémonie de Légion d'honneur, mais fait non vérifié

On sait la confi­dence du père de Foucauld à son ami le géné­ral Laperrine, le 6 décembre 1915 : « J’avais cru, en entrant dans la vie reli­gieuse, que j’aurais sur­tout à conseiller la dou­ceur et l’humilité ; avec le temps, je vois que ce qui manque le plus sou­vent, c’est la digni­té et la fierté ! »

Ce constat trouve un écho puis­sant dans les Notes sur l’honneur de Louis Salleron, en 1936, citées dans la bio­gra­phie de Dom Aubourg (voir p. 14) qui vient de paraître : « Si vous ne culti­vez pas l’honneur, d’autres le culti­ve­ront – contre vous, contre le chris­tia­nisme. Ils culti­ve­ront la force, la gran­deur, l’héroïsme – contre vous, contre le chris­tia­nisme. Ils seront la vie et vous serez la mala­die, la pâleur, la débi­li­té. Ils vous écra­se­ront, ils vous étouf­fe­ront, par leur seule marche en avant et leur épanouissement. »

Et le jour­na­liste catho­lique de sou­li­gner le lien pro­fond qui unit le sens de l’honneur et la foi chré­tienne : « Bien loin que l’honneur soit aux anti­podes du chris­tia­nisme, il y est au cœur. Car n’étant pas cal­cul mais foi, n’étant pas pru­dence mais risque, n’étant pas réserve mais don, il est le plus par­fait ana­logue des ver­tus théo­lo­gales. Un ana­logue qui les contre­di­ra, s’il reste lui-​même, mais un ana­logue qui les nour­ri­ra s’il se trans­cende. Cultivez-​le donc au lieu de vous achar­ner contre lui. Car si vous le tuez, vous tuez le chris­tia­nisme. Il s’agit d’émonder la vigne et non de l’arracher. »

Pourquoi le sens de l’honneur ne doit-​il pas res­ter en lui-​même mais se trans­cen­der et plus pré­ci­sé­ment être trans­cen­dé par le chris­tia­nisme ? Parce que, répond Louis Salleron, « Le sen­ti­ment de l’honneur, pous­sé au plus haut point, a ses dan­gers : vio­lence, injus­tice, manque de sou­mis­sion au réel. Tout pro­voque Don Quichotte ; il relève chaque défi d’une nation qui l’ignore. Il rend impos­sible une socié­té qu’il veut à son image de per­fec­tion. Bref, l’angélisme de l’honneur est comme les autres angé­lismes : une erreur – quoique plus sym­pa­thique. Rassurons-​nous ; nous n’en sommes pas mena­cés. » Non, nous ne sommes pas mena­cés par ce dan­ger, nous n’avons pas à nous battre contre des mou­lins à vent, mais contre des erreurs et des vices bien concrets.

Ici se fait entendre l’avertissement du Père de Foucauld à René Bazin, le 29 juillet 1916 : « Si nous n’avons pas su faire des Français de ces peuples, ils nous chas­se­ront. Le seul moyen qu’ils deviennent Français est qu’ils deviennent chrétiens. »

Encore faut-​il que les Français soient eux-​mêmes des chré­tiens, et non des êtres laï­ci­sés, c’est-à-dire déchris­tia­ni­sés et paga­ni­sés ! Comment espé­rer conver­tir qui­conque à la foi chré­tienne et l’ouvrir au tré­sor du patri­moine chré­tien, quand on est soi-​même déra­ci­né spi­ri­tuel­le­ment, arra­ché du sol de ses ancêtres intel­lec­tuel­le­ment et moralement ?

Comment dès lors ne pas craindre d’être un jour chas­sé d’une chré­tien­té qui a elle-​même reje­té son héri­tage ? C’est à cette lumière-​là qu’il faut voir la croi­sade du rosaire lan­cée par la Fraternité Saint-​Pie X jusqu’au Jeudi saint, 1er avril 2021. Croisade de prières pour la messe et pour les voca­tions, donc croi­sade pour « tout réca­pi­tu­ler en Jésus-​Christ ». Afin de ne pas capi­tu­ler, miné par un à‑quoi-​bonisme désa­bu­sé, devant l’antichristianisme militant.

Abbé Alain Lorans

Source : Nouvelles de Chrétienté n°187 (Janvier/​Février 2021) 

Abonnement à Nouvelles de Chrétienté : 20 € (6 numé­ros par an); Etranger : 24 €; sou­tien : 40 €. Chèque à libel­ler à l’ordre de CIVIROMA et à adres­ser à DICI-​Presse 33, rue Galande F‑75005 Paris 

Abonnement en ligne : https://fsspx.news/fr/abonnement-fsspx-actualites