Un étonnant discours contre la christianophobie

Depuis le 30 sep­tembre 2010, KTO dif­fuse une émis­sion nom­mée À la Source qui décrypte l’ac­tua­li­té de l’Église. Mgr Jean-​Michel Di Falco Léandri y com­mente l’ac­tua­li­té tous les quinze jours en alter­nance avec le Père Jean-​Robert Armogathe. Dans sa chro­nique du 20 jan­vier 2011, Mgr Jean-​Michel Di Falco Léandri dénon­çait la christianophobie…

Le 20 jan­vier 2011, dans une chro­nique d’une émis­sion du média KTO inti­tu­lée À la Source, Mgr Jean- Michel Di Falco Léandri, évêque de Gap et d’Embrun, dénon­çait la chris­tia­no­pho­bie en ces termes :

« (…) N’ayons pas peur des mots, nous sommes entrés dans l’ère de la chris­tia­no­pho­bie. Et là, pas de loi pour faire res­pec­ter les chré­tiens. Les bar­bares assas­sinent avec les armes à feu. Mais il y a une autre manière d’as­sas­si­ner, plus dis­crète, plus insi­dieuse, plus per­verse même : c’est agir comme si une per­sonne ou un groupe de per­sonnes n’exis­tait pas, on les ignore, on les compte pour rien. En voi­ci une triste illus­tra­tion. Depuis sept ans, la com­mis­sion euro­péenne publie un agen­da dis­tri­bué gra­tui­te­ment aux élèves du secon­daire des 27 pays de l’Union, soit 21’000 éta­blis­se­ments. Dans cet agen­da les grandes fêtes des reli­gions pré­sentes en Europe sont men­tion­nées : début du rama­dan, nou­vel an juif, et même le nou­vel an chi­nois. Mais ne per­dez pas votre temps à cher­cher Noël, Pâques et les autres fêtes chré­tiennes, elles n’y figurent pas. Ce qu’on peut appe­ler une cen­sure a aus­si­tôt pro­vo­qué de nom­breuses réactions. (…) »

Le 17 mars 2011, il s’a­dres­sait au direc­teur de France Culture, Olivier Poivre d’Arvor, pour lui dire qu’il ne com­prend pas les rai­sons qui ont conduit à prendre la déci­sion de ne plus dif­fu­ser les confé­rences de carême de Notre-​Dame de Paris.

« Tu ne seras sans doute pas éton­né d’ap­prendre que de nom­breux chré­tiens vivent très mal cet état de fait. Ils ne com­prennent pas et ils reçoivent cela comme une bri­made de plus à un moment où ils sont deve­nus les têtes de turc de tout un cha­cun et à l’heure où on les assas­sine sans que cela n’é­meuve grand monde. (…) Les chré­tiens res­pectent la laï­ci­té, mais ils ne veulent pas d’une laï­ci­té castatrice. (…)»

Quand une vidéo refait le « buzz »

Début novembre 2011, je reçois un email d’un ami, avec un lien vers la pre­mière vidéo de Mgr Di Falco, celle où l’é­vêque dénonce la chris­tia­no­pho­bie de notre époque. Ses pro­pos sont on ne peut plus actuels. C’est la rai­son pour laquelle mon ami m’écrit :

« Saluons cette parole cou­ra­geuse de cet évêque qui change des dis­cours habituels. »

Je lui réponds aus­si­tôt, un peu sceptique :

« Ce mes­sage de Mgr Di Falco est, il est vrai, tou­jours inté­res­sant à revoir et à écou­ter à nou­veau. Il a cepen­dant été mis en ligne sur inter­net voi­ci 11 mois, envi­ron le 20 jan­vier 2011. Donc sans aucun lien avec les mani­fes­ta­tions en France actuellement… »

Ce à quoi mon ami répond évidemment :

« Raison de plus s’il ne date pas d’au­jourd’­hui, que dirait-​il main­te­nant ? Merci de l’info. »

Mon ami a bien rai­son de se poser cette ques­tion. Je cherche donc à savoir si Mgr di Falco a eu l’oc­ca­sion de s’ex­pri­mer récem­ment sur les pièces de théâtre blas­phé­ma­toires… et je puis donc répondre à mon ami :

« Maintenant, Mgr Di Falco est occu­pé par la tour­née dans toute la France… non pas du spec­tacle blas­phé­ma­toire contre lequel les chré­tiens mani­festent actuel­le­ment en France et à Paris, mais de ses « prêtres »… Le 27 octobre der­nier [1], Mgr Di Falco était sur Europe 1 [2] . Il n’a mal­heu­reu­se­ment pas sai­si cette occa­sion pour réac­tua­li­ser son dis­cours de jan­vier 2011 contre la chris­tia­no­pho­bie ! Alors, atten­tion de ne pas le por­ter au zénith (c’est au Zénith de Lille qu’é­taient les prêtres le 29/​10). Encore une info, à faire suivre éventuellement… »

Ce trait montre bien la gra­vi­té de la crise que nous tra­ver­sons dans l’Eglise actuel­le­ment. Des « prêtres » se sont mis au goût du jour pour chan­ter des chan­sons d’a­mour… Ils ren­contrent l’en­thou­siasme des foules. Mais on ne les entend mal­heu­reu­se­ment pas éle­ver la voix pour défendre Celui qu’ils sont cen­sés servir !

Abbé Claude Pellouchoud

Article extrait du Rocher n° 75

Notes de bas de page

  1. cf. www.stars-actu.fr/2011/10/27/monseigneur-di-falco-et-les-pretres-invites-de-nikos-aliagas-video/[]
  2. Ecouter la ques­tion et la réponse à par­tir de 6′24″.[]