Un livre inédit de l’abbé Dulac

Cet article est paru dans l’édition du same­di 27 octobre 2018 du jour­nal Présent. Nous le repro­dui­sons avec l’aimable auto­ri­sa­tion de ce journal.

Voici que nous par­vient, comme la lumière d’une étoile éloi­gnée, un bel ouvrage de l’abbé Raymond Dulac, qui a pour­tant quit­té ce monde en 1987. La pié­té filiale de quelques per­sonnes nous a valu ce cadeau inespéré.

L’abbé Dulac fut la prin­ci­pale plume du Courrier de Rome, de sa fon­da­tion en 1967 jusqu’au début de 1972. Mais il col­la­bo­ra éga­le­ment à La Pensée catho­lique ou à Itinéraires, après avoir été un rédac­teur impor­tant, entre les deux guerres, de la Revue inter­na­tio­nale des Sociétés secrètes de Mgr Jouin.

L’ouvrage consiste en un recueil d’articles choi­sis, publiés entre 1967 et 1972 dans le Courrier de Rome et dans Itinéraires, et qui portent sur la révo­lu­tion litur­gique sévis­sant alors et dont nous subis­sons encore aujourd’hui les tristes ravages. Les textes de l’abbé Dulac sont pré­cé­dés d’une longue pré­face de l’abbé Grégoire Celier (lequel a pré­pa­ré l’édition du livre), pré­sen­tant l’abbé Dulac et son œuvre, pré­face qui est une reprise légè­re­ment amé­lio­rée de l’intervention dudit abbé Celier lors du col­loque pour le cin­quan­te­naire du Courrier de Rome (en jan­vier 2017), inter­ven­tion qui a pro­vo­qué le désir de voir paraître un tel livre.

Une plume précise

Dans son In memo­riam publié par la revue La Pensée catho­lique à l’occasion de la mort de l’abbé Dulac, l’abbé Le Cerf écri­vait avec rai­son : « La science théo­lo­gique, cano­nique, his­to­rique de l’abbé était excep­tion­nelle, et la plume tou­jours pré­cise, par­fois aiguë, sou­vent brillante. » Cet ouvrage pro­voque effec­ti­ve­ment un bon­heur de lec­ture qui enchante l’âme et l’esprit. L’abbé Dulac est drôle, féroce, per­cu­tant, sur­pre­nant, écla­tant. Et en même temps, d’une plume sûre et ins­truite, il nour­rit, il éclaire, il pré­cise, il rec­ti­fie. Mieux encore, il fait goû­ter, il enthou­siasme, il transmet.

La fameuse « réforme litur­gique », démontre-​t-​il avec des argu­ments de grande qua­li­té, fut à la fois une des­truc­tion catas­tro­phique, une rup­ture mal­en­con­treuse, une inven­tion sans souffle et une fabrique à illu­sion. Sur chaque point, l’abbé Dulac apporte le fait pré­cis, la rec­ti­fi­ca­tion his­to­rique, le détail litur­gique, la règle cano­nique qui pul­vé­rise les pré­ten­dus argu­ments des réformateurs.

Le der­nier cha­pitre est comme l’apothéose, le résu­mé et la syn­thèse de tout le livre. Il s’agit de la pré­sen­ta­tion, de la tra­duc­tion et du com­men­taire de la bulle Quo pri­mum par laquelle le pape saint Pie V pro­mul­gua en 1570 la nou­velle édi­tion du Missel romain tra­di­tion­nel. Cette bulle était un texte que tout le monde connais­sait de nom, mais que per­sonne n’avait jamais pris le temps de lire, car rédi­gé dans un latin peu com­mode. Cette pre­mière tra­duc­tion fran­çaise de l’histoire, pro­po­sée quatre siècles après la pro­mul­ga­tion, consti­tua un apport majeur à la com­pré­hen­sion de la que­relle liturgique.

L’obéissance « les yeux grands ouverts »

Mais ce livre ne se can­tonne pas à la pure litur­gie, et c’est ce qui fait une par­tie de son inté­rêt. L’abbé Dulac nous pro­mène avec agré­ment dans l’histoire, dans le droit, dans la psy­cho­lo­gie, dans la socio­lo­gie, dans la phi­lo­so­phie poli­tique. Ses remarques sur l’autorité, sur l’obligation de la loi, sur la liber­té du chré­tien, sur l’obéissance « les yeux grands ouverts », sur la vraie cha­ri­té face au faux œcu­mé­nisme, sur la révo­lu­tion de Mai 68 aus­si (les articles sont parus avant, pen­dant et après cet évé­ne­ment) sont riches d’enseignement et de réflexion, et d’une par­faite actualité.

A vrai dire, on croi­rait le livre écrit aujourd’hui, alors que les textes datent en réa­li­té d’un demi-​siècle. Il faut remer­cier l’éditeur d’avoir pro­cé­dé à un choix si judi­cieux, mais aus­si recon­naître à l’abbé Dulac une force de style et une qua­li­té d’argumentation qui tra­versent le temps – quand les articles de jour­naux sont en soi si éphé­mères (nous en savons quelque chose).

Jacques Breil

Abbé Raymond Dulac, Le Droit de la messe romaine, Publications du Courrier de Rome, 2018, 312 pages, 21 euros.

On peut se pro­cu­rer l’ouvrage auprès des édi­tions du Courrier de Rome, B.P. 10156 – F‑78001 Versailles Cedex – Courriel : courrierderome@wanadoo.fr – site inter­net : www.courrierderome.org

Source : Présent du same­di 27 octobre 2018 /​ La Porte Latine du 12 mars 2019