L’islam répond au pape François : nous faisons une guerre de religion et nous vous haïssons

Photo du site MUSLIMPRESS ravi des décla­ra­tions du Pape – le 31 juillet 2016 – sur la non-​violence de l’islam…

Nos confrères du relaient (1) la réponse de l’Etat isla­mique au Pape François, dans le der­nier numé­ro du maga­zine Dabiq (2), sur les pro­pos que le Souverain Pontife avait tenus dans l’a­vion le rame­nant des JMJ de Pologne :

« À la une du der­nier numé­ro de Dabiq – le maga­zine de pro­pa­gande offi­cielle de l’État isla­mique –, le groupe ter­ro­riste cri­tique notam­ment la naï­ve­té du pape François qui se cram­ponne à la convic­tion que les musul­mans veulent la paix et la coexis­tence paci­fique et que les actes de ter­reur isla­mique sont moti­vés par des rai­sons éco­no­miques. Dans l’article inti­tu­lé « By the Sword » (« Par l’épée »), les auteurs déclarent caté­go­ri­que­ment : « Ceci est une guerre divi­ne­ment cau­tion­née entre la nation musul­mane et les nations infi­dèles ».

L’État isla­mique s’en prend direc­te­ment au pape qui affirme que « le véri­table islam et la lec­ture cor­recte du Coran s’opposent à toute forme de vio­lence ». Selon la publi­ca­tion, il s’agit en réa­li­té d’un piège. Ce fai­sant, « François conti­nue de se cacher der­rière un voile trom­peur de « bonne volon­té », dis­si­mu­lant ses inten­tions réelles de paci­fier la nation musul­mane » déclare l’article. Le pape François « com­bat contre la réa­li­té » quand il s’efforce de pré­sen­ter l’islam comme une reli­gion de paix, insiste à plu­sieurs reprises le der­nier numé­ro de Dabiq. En même temps, le maga­zine de l’État isla­mique exhorte tous les musul­mans à tirer l’épée du jihad, « la plus grande obli­ga­tion d’un vrai musul­man contre les infidèles ».

Pour sa part, dans sa der­nière livrai­son du pério­dique état­su­nien Crisis Magazine, William Kilpatrick s’interrogeant sur le déni de la réa­li­té du pape François et d’une par­tie de la hié­rar­chie de l’Eglise pose la ques­tion sui­vante : « Le pape fait-​il plus de mal que de bien en conti­nuant à nier, mal­gré une mon­tagne de preuves, que l’islam est lié à la violence ? »

Une ques­tion d’autant plus ter­rible que Kilpatrick est un catho­lique pra­ti­quant, pro­fes­seur pen­dant 33 ans au Boston College, la célèbre uni­ver­si­té jésuite du Massachussetts, essayiste, col­la­bo­ra­teur de nom­breux médias, et auteur, en 2012, d’un ouvrage remar­qué, Christianity, Islam, and Atheism : The Struggle for the Soul of the West, qui ne lui valut pas que des éloges dans les organes du catho­li­cisme « pro­gres­siste » d’outre-Atlantique !

Mutatis mutan­dis, la dis­si­mu­la­tion de la vio­lence intrin­sèque à l’islam ou sa mino­ra­tion assé­née jusqu’à plus soif – lorsque l’évidence impose qu’on l’aborde –, l’affirmation qu’elle ne serait le fait que d’un « petit groupe fon­da­men­ta­liste » comme l’a décla­ré le pape le 31 juillet der­nier (2), ont des effets dévas­ta­teurs dans l’opinion catho­lique mon­diale qui observe une dis­tor­sion fla­grante entre ce qu’elle constate tous les jours et le dis­cours ecclé­sias­tique officiel.

Distorsion dénon­cée par les musul­mans eux-​mêmes qui déclarent et déplorent – tou­jours dans Dabiq – qu’en dépit de la nature clai­re­ment reli­gieuse de leurs attaques, « beau­coup de gens dans les « pays des croi­sés » (pays occi­den­taux) » expriment un choc et même un dégoût parce que la direc­tion de l’État isla­mique « uti­lise la reli­gion pour jus­ti­fier la violence …

En effet, le dji­had – la dif­fu­sion de la règle d’Allah par l’épée – est une obli­ga­tion que l’on trouve dans le Coran, la parole de notre Seigneur », rap­pelle le maga­zine. « Verser le sang des incroyants est une obli­ga­tion com­mune. Le com­man­de­ment est très clair : tuez les mécréants, comme Allah l’a dit, « tuez les mécréants par­tout où vous les trou­ve­rez ». »

L’État isla­mique a éga­le­ment réagi à la des­crip­tion par le pape François des récents actes de ter­ro­risme isla­mique comme étant une « vio­lence insen­sée », et insiste sur le fait qu’il n’y a là rien d’insensé. « L’essentiel de la ques­tion est qu’il y a une rime à notre ter­ro­risme, à notre guerre, à notre cruau­té, à notre bru­ta­li­té », affirment-​ils, ajou­tant que leur haine de l’Occident chré­tien est abso­lue et implacable.

Et de conclure, en oppo­si­tion totale et fron­tale avec le pape, « même si vous (les pays occi­den­taux) arrê­tiez de nous bom­bar­der, de nous jeter en pri­son, de nous tor­tu­rer, de nous humi­lier et de vous empa­rer de nos terres, nous conti­nue­rions de vous haïr, parce que le motif pre­mier de notre haine ne dis­pa­raî­tra pas tant que vous n’aurez pas embras­sé l’islam. Même si vous deviez payer le jizyah [impôt pour les infi­dèles] et vivre sous l’autorité de l’islam dans l’humiliation, nous conti­nue­rions à vous haïr ». »

L’interrogation la plus cruelle, et la plus per­ti­nente, revient sans doute à Jean-​Pierre Dickès qui écrit dans MPI de ce jour :

« Miséricorde ou dis­corde ? À quoi mènent les décla­ra­tions du pape contre le « fon­da­men­ta­lisme » ? Rassurez-​vous en uti­li­sant ce mot ce ne sont pas les isla­mistes qui sont visés par le pape François ; eux qui comme cha­cun sait œuvrent pour la paix (selon les décla­ra­tions papales). Il s’a­git des catho­liques « tra­di­tio­na­listes ».[…] Le pape de la « misé­ri­corde » n’a pas de mots trop durs contre ceux qui veulent défendre la foi catho­lique telle qu’ils l’ont apprise de leurs parents et grands- parents. « Obsédés », « doc­teurs de la loi » « néo-​pélagiens » « repliés sur eux-​mêmes », « rigides » « hypo­crites ». « Ils avancent en en nui­sant aux autres par la calom­nie et la dif­fa­ma­tion ».[…] Le pape semble oublier les mots de saint Paul « Frères, tenez-​vous debout et main­te­nez les tra­di­tions ». Le canon de la messe tra­di­tion­nelle mil­lé­naire men­tionne « tous les croyants ortho­doxes de la foi catho­lique et apos­to­lique ». Par exemple le car­di­nal Ratzinger avant d’être élu pape avait fait un dis­cours dans lequel on trouve cette phrase : « Aujourd’hui, avoir une foi claire basée sur le Credo de l’Église est sou­vent éti­que­té de fon­da­men­ta­lisme ». Devenu le pape Benoît XVI, il a fait de mul­tiples décla­ra­tions deman­dant de défendre la foi par la « pure­té de la doc­trine ». Au lieu de s’en prendre à ceux suivent ces demandes vieilles comme l’Église, le pape serait mieux ins­pi­ré de dénon­cer l’islam conqué­rant. Où est donc l’hypocrisie qu’il dénonce ?. »

Sources : aleteia.org/FidesPress/Imedia-info.org/Le Salon Beige/http://reinformation.tv/MPI/La Porte Latine du 21 août 2016

Notes

(1) Réponse reprise dans aleteia.org du 18 août 2016 : L’État isla­mique au pape François : « Nous fai­sons une guerre de reli­gion et nous vous haïssons »
(2) Dabiq (arabe : دابق) est un maga­zine publié sur Internet par le groupe ter­ro­riste État isla­mique. Ce maga­zine de pro­pa­gande pré­tend jus­ti­fier les actes com­mis par le groupe comme l’es­cla­vage et les déca­pi­ta­tions avec des rhé­to­riques vio­lentes et apo­ca­lyp­tiques. Le nom du maga­zine vient de la ville de Dabiq, au nord de la Syrie. D’après l’es­cha­to­lo­gie isla­mique, c’est là où les armées de l’is­lam affron­te­ront les forces anti-​islamiques lors de l’apocalypse.
(3) In Imedia-info.org du 31/​07/​2016 : « Je n’aime pas par­ler de vio­lence isla­mique, parce qu’en feuille­tant les jour­naux je vois tous les jours que des vio­lences, même en Italie : celui-​là qui tue sa fian­cée, tel autre qui tue sa belle-​mère, et un autre… et ce sont des catho­liques bap­ti­sés, hein ! Ce sont des catho­liques vio­lents. Si je parle de vio­lence isla­mique, je dois par­ler de vio­lence catho­lique.[…] Je crois qu’il n’est pas juste d’identifier l’islam avec la vio­lence, ce n’est pas juste et ce n’est pas vrai. J’ai eu un long dia­logue avec le grand iman de l’université Al-​Azhar et je sais ce qu’ils pensent. Ils cherchent la paix, la ren­contre. »