Mgr Negri condamne la participation des musulmans aux messes catholiques

Contrairement au pape François qui a décla­ré « si je parle de vio­lence isla­mique, je dois par­ler de vio­lence catho­lique », et a ain­si don­ner un blang seing à tous les fos­soyeurs de l’Eglise catho­lique, Mgr Luigi Negri, arche­vêque de Ferrare en Italie, s’est mis en colère et a condam­né la pré­sence des musul­mans aux messes catho­liques !

Après Mgr Antonio Livi [1] décla­rant que « la par­ti­ci­pa­tion des musul­mans aux céré­mo­nies litur­giques, en Italie et en France, a consti­tué un acte à la fois sacri­lège et insen­sé », c’est main­te­nant un arche­vêque qui rap­pelle la doctrine.

Il faut dire que les scan­dales se sont muli­ti­pliés ces der­niers jours un peu par­tout en Europe.

Le 15 août der­nier, jour de l’Assomption de la Sainte Vierge, Mgr Mario Grech, évêque de Gozo dans la très catho­lique île de Malte, a invi­té dans la cathé­drale Mohamed El Sadi, l’imam de la com­mu­nau­té musul­mane. Lors de son homé­lie il a ten­té de jus­ti­fier son invi­ta­tion par une for­mule issue de la ligne ber­go­lienne en décla­rant : « j’ai invi­té l’imam El Sadi à se joindre à nous, nous prions Dieu pour la paix. Les musul­mans ont un grand res­pect de Dieu. » Inutile de pré­ci­ser que l’i­mam en ques­tion en a rajou­té dans l’hy­po­cri­sie ins­ti­tu­tion­nelle en terre non isla­miste en usant de la tâqiya [2] par ces mots : « l’islam et la chré­tien­té sont pour la tolé­rance, la paix et le res­pect mutuel. »

Quant au curé de Notre-​Dame d’Afrique [3] de la paroisse de Carnoux-​en-​Provence, le père Bernard Lucchesi, il a par­ti­ci­pé à cette mas­ca­rade de faux oecu­mé­nisme et s’est ali­gné sur l’archevêque de Marseille, Mgr Georges Pontier, pré­sident de la Conférence des évêques de France, qui a pla­cé la messe du 15 août « sous le signe de la fra­ter­ni­té islamo-​chrétienne » (sic).

On aurait pu s’at­tendre à un cer­tain una­ni­misme ecclé­sial conci­liaire : pas du tout ! Comme nous l’é­cri­vons supra, un arche­vêque, ita­lien de sur­croit, a éle­vé une forte pro­tes­ta­tion ex cathe­dra, puis­qu’il a ful­mi­né depuis le siège de sa cathé­drale de Ferrare. En effet, avant la béné­dic­tion solen­nelle, Mgr Luigi Negri revient à l’am­bon et s’a­dresse à l’Assemblée en ces termes :

« Il est bon en effet que les catho­liques puissent à pré­sent vivre la messe de façon auto­nome comme c’est dans la nature de la célé­bra­tion litur­gique de ce sacre­ment, qui n’a pas été ins­ti­tué dans le but de faire dia­lo­guer les dif­fé­rentes reli­gions, mais pour faire par­ti­ci­per les bap­ti­sés au mys­tère de la pas­sion, de la mort et de la résur­rec­tion du Seigneur Jésus-​Christ, Fils de Dieu ».

Et, il tient à démon­ter les argu­ments de ceux qui ont sai­si l’oc­ca­sion pour sou­li­gner la pré­ten­due dévo­tion mariale des musul­mans, ou tout au moins la pré­sence signi­fi­ca­tive de la Vierge Marie dans une sou­rate du Coran en précisant :

« nous ne pou­vons pas accep­ter le fait que, même par plai­san­te­rie, on puisse par­ler de Marie en met­tant l’ac­cent uni­que­ment sur l’angle his­to­rique ou his­to­ri­ciste. Nous ne pou­vons pas accep­ter de réduire le mys­tère de la Mère du Seigneur à une réa­li­té secon­daire, qui ne tou­che­rait pas la sub­stance du dogme du Christ. Ceux qui réduisent l’im­por­tance du mys­tère de la mater­ni­té divine de la Vierge Marie attaquent réso­lu­ment la sub­stance de la foi ».

Même s’il n’a pas cité expres­sé­ment les musul­mans, compte tenu des évé­ne­ments récents, cha­cun aura com­pris de qui Mgr Negri dénon­çait la pré­sence pour le moins inopportune…

Espérons que les mas­sacres de prêtres et de chré­tiens par les sec­ta­teurs de Mahomet inci­te­ront les diri­geants de l’Eglise à retrou­ver le che­min de l’Unique Vérité et à dénon­cer urbi et orbi une « reli­gion » mor­ti­fère avec laquelle il est sacri­lège de composer.

En atten­dant, nous leur conseillons vive­ment de relire « Le camp des saints » de Jean Raspail ou de deman­der aux chré­tiens d’Orient ce qu’ils pensent de la reli­gion d’a­mour musul­mane

Sources : Liberoquotidiano.it /​Benoit-​et-​Moi /​Présent

Notes de bas de page

  1. Prélat, phi­lo­sophe et édi­teur. Disciple d’Étienne Gilson. Directeur du site « La nuo­va Bussola quo­ti­dia­na ».[]
  2. Tâqiya : action de dis­si­mu­ler, de voi­ler ses véri­tables inten­tions dans cer­taines cir­cons­tances de force majeure, dans un milieu glo­ba­le­ment hos­tile ou lorsque les musul­mans sont encore en mino­ri­té quelque part. C’est un prin­cipe de dis­si­mu­la­tion stra­té­gique dans un contexte de conquête.[]
  3. L’église Notre-​Dame d’Afrique de Carnoux-​en-​Provence a été éri­gée dans une ville créée ex nihi­lo par des rapa­triés chas­sés du Maroc et d’Algérie dans les années cinquante-​soixante.[]