Le premier geste œcuménique du pape


Déjà, alors qu’il était car­di­nal, au cours d’une réunion œcu­mé­nique le futur pape François
s’agenouilla
pour rece­voir la béné­dic­tion de deux pas­teurs en Argentine

Le pre­mier geste oecu­mé­nique du pape Paul VI avait créé l’é­vé­ne­ment le 23 mars 1966 en deman­dant et en rece­vant la béné­dic­tion de Ramsey, de « l’ar­che­vêque » angli­can de Cantorbéry (en réa­li­té laïc et franc-​maçon). C’est dans une rela­tive indif­fé­rence géné­rale que le nou­veau pape François a reçu le 10 mai 2013 la béné­dic­tion du patriarche ortho­doxe Tawadros II, « pape d’Alexandrie et patriarche du siège de Saint-​Marc ». C’est le pape François qui a invi­té lui-​même le patriarche à don­ner sa bénédiction.

Pourtant, ce geste de com­mu­ni­ca­tio in sacris (par­ti­ci­pa­tion à un rite ou une prière aca­tho­lique) rend d’or­di­naire son auteur sus­pect d’hé­ré­sie, si l’on en croit le canon 2316 (code de 1917) : « Est sus­pect d’hé­ré­sie celui qui spon­ta­né­ment et sciem­ment aide de quelque manière que ce soit la pro­pa­ga­tion de l’hé­ré­sie, ou com­mu­nique in divi­nis avec des héré­tiques, contre ce qui est pres­crit au Canon 1258 [1]

Dans son dis­cours pré­cé­dant ce geste, le sou­ve­rain pon­tife n’a pas hési­té à par­ler du « Siège de Marc, qui a reçu un ines­ti­mable héri­tage de mar­tyrs, théo­lo­giens, saints moines, et fidèles du Christ [2] », sans pré­ci­ser si ces saints avaient vécu avant ou après le schisme, lais­sant ain­si croire que l’on peut être « fidèle » et saint moine du Christ tout en vivant dans le schisme.

« Notule romaine » extraite du Chardonnet du mois de juin 2013, sous la plume de l’ab­bé François-​Marie Chautard

Extraits du Sel de la Terre n° 86 – Automne 2013

Notes de bas de page

  1. Canon 1258, § 1 : « Il n’est pas per­mis aux fidèles d’as­sis­ter acti­ve­ment ou de prendre part, sous quelque forme que ce soit, aux rites sacrés non-​catholiques. »[]
  2. — ORLF, jeu­di 16 mai 2013, p. 8.[]