La messe de Luther (2) – La tactique de Luther

Nous avons pré­sen­té dans ses grandes lignes la doc­trine pro­tes­tante sur la messe. Comment Luther diffusa-​t-​il ses idées ?

La tactique de Luther

Voulant déra­ci­ner dans l’âme des Allemands le sens de la messe, Luther com­prit qu’il fal­lait pro­cé­der avec habi­le­té. « Pour arri­ver plus sûre­ment au but, disait-​il, il faut conser­ver cer­taines céré­mo­nies de l’ancienne messe pour les faibles qui pour­raient être scan­da­li­sés par le chan­ge­ment trop brusque ». Par voie de consé­quence, Luther conser­va cer­taines prières, cer­tains chants (le Kyriale) pour faire bas­cu­ler en dou­ceur les fidèles vers l’hérésie.

Conseil qui ne fut pas oublié du père Mortimart, une des che­villes ouvrières du pré­ten­du pro­grès litur­gique : « Si l’on décide des modi­fi­ca­tions plus radi­cales, on pour­rait conser­ver les vieux usages, les anciens chants, les for­mules qui ont char­mé notre sacer­doce, dans les monas­tères et dans cer­taines églises, qui, par leur carac­tère ne sont pas fré­quen­tées par un public popu­laire ; la cha­pelle Sixtine, les abbayes n’attireront jamais qu’une élite acces­sible aux chefs d’œuvre de la prière et de l’art » [1].

En somme, une messe pour les esthètes et une autre pour le peuple !

Pour y arri­ver, il fal­lait pro­cé­der avec méthode, en dosant un cer­tain nombre de sup­pres­sions et d’ajouts, que l’on retrouve jus­te­ment dans la messe de Paul VI.

Nous allons main­te­nant énu­mé­rer les sup­pres­sions de la messe pro­tes­tantes iden­tiques à celles opé­rées dans la nou­velle messe.

Source : Le Chardonnet /​ La Porte Latine du 10 juillet 2019

Notes de bas de page

  1. Cité dans La messe a‑t-​elle une his­toire ? , éd. du MJCF, p.84.[]