Faut-​il faire du prosélytisme ?

Le "prêtre" hindou sri-lankais Kurakkal Somasundaram, présente un châle au pape François lors d'une réunion interreligieuse à Colombo, Sri Lanka, le mardi 13 janvier 2015.

Le pape François condamne fré­quem­ment et éner­gi­que­ment le pro­sé­ly­tisme des catho­liques. Ce thème revient très sou­vent dans ses com­mu­ni­ca­tions orales et écrites.

Pourquoi une telle insis­tance ? Quelle est la doc­trine catho­lique en la matière ? 

  1. Le sens du mot pro­sé­ly­tisme

Ce terme dérive de « pro­sé­lyte », qui signi­fie éty­mo­lo­gi­que­ment « nou­veau venu dans un pays étran­ger ». Ce mot est uti­li­sé dans la Bible pour dési­gner les gen­tils, ou non-​juifs, qui vivaient de manière stable avec le peuple d’Israël et qui se pro­po­saient d’entrer dans l’Alliance et d’observer la loi de Moïse. De là, il est pas­sé au lan­gage chré­tien. Le pro­sé­ly­tisme est l’at­ti­tude de per­sonnes cher­chant à conver­tir d’autres per­sonnes à leur foi. De nos jours, le terme a une conno­ta­tion néga­tive et désigne un com­por­te­ment sou­vent agres­sif, dénué de tout res­pect d’au­trui. Il est assi­mi­lé à une pro­pa­gande intem­pes­tive et même à une cer­taine vio­lence des­ti­nées à faire de nou­veaux adeptes. L’usage cou­rant du mot demande de faire les dis­tinc­tions suivantes.Quant au mode, il faut dis­tin­guer un bon pro­sé­ly­tisme, qui use de dou­ceur et cherche à convaincre en res­pec­tant la liber­té de l’interlocuteur ; et le mau­vais pro­sé­ly­tisme, qui est agres­sif violent et menaçant.

Quant au but recher­ché, il faut dis­tin­guer le pro­sé­ly­tisme louable, qui vise le bien de la per­sonne ; et le condam­nable, qui cherche à exploi­ter le pro­chain au pro­fit d’une secte.

Il est évident que les deux signi­fi­ca­tions néga­tives du mot (quant au mode et quant au but) ne cor­res­pondent pas à l’esprit catho­lique. Tout catho­lique doit reje­ter ces prosélytismes-​là. L’esprit mis­sion­naire s’inspire de la cha­ri­té théo­lo­gale et rejette l’agressivité sectaire.

Mais si l’on entend pro­sé­ly­tisme sans conno­ta­tion péjo­ra­tive, comme simple ten­ta­tive de convaincre autrui de se conver­tir au catho­li­cisme, grâce à des argu­ments ration­nels, ce com­por­te­ment est-​il catho­lique ? Le pape François répond par la néga­tive, comme les cita­tions ci-​dessous le montrent.

  1. Ce que dit François

Dans l’avion du retour du Bangladesh, le 2 décembre 2017, le pape François dit : « La paix se brise quand com­mence le pro­sé­ly­tisme. Il y a dif­fé­rentes manières de faire du pro­sé­ly­tisme, mais ce n’est pas l’Évangile ».
Lors des Journées mon­diales de la jeu­nesse, à Cracovie, un jeune l’a inter­ro­gé sur la conduite à tenir avec « un ami athée pour qu’il se conver­tisse ». « La der­nière chose à faire est de dire quelque chose ! », lui a répon­du le pape du tac-​au-​tac. « Tu vis l’Évangile, et s’il te demande pour­quoi tu agis comme cela, alors tu lui expliques et tu laisses l’Esprit Saint l’activer » [1]. La conver­sion ne peut venir que « de la force et de la dou­ceur de l’Esprit Saint » ; non d’une ten­ta­tive de « convaincre l’autre men­ta­le­ment, par l’apologétique ou la rai­son » [2].
Le pape François déclare aus­si dans sa confé­rence de presse du 21 juin 2018 : « Dans le mou­ve­ment œcu­mé­nique, nous devons ôter du dic­tion­naire un mot : pro­sé­ly­tisme. C’est clair ? Il ne peut y avoir d’œcuménisme s’il y a du pro­sé­ly­tisme, il faut choi­sir : ou tu as un esprit œcu­mé­nique, ou tu es “pro­sé­lyte”». Il dit de même au Maroc le 31 mars 2019 : « Les che­mins de la mis­sion ne passent pas par le pro­sé­ly­tisme, qui conduit tou­jours à une impasse. (…) S’il vous plaît, pas de pro­sé­ly­tisme ! L’Église croît non par pro­sé­ly­tisme mais par le témoi­gnage ».
Dans son dis­cours du 20 mai 2019, le pape a mis en garde contre une confu­sion pos­sible entre évan­gé­li­sa­tion et pro­sé­ly­tisme. « L’évangélisation est le témoi­gnage de Jésus-​Christ, mort et res­sus­ci­té. C’est lui qui attire. (…) Il ne s’agit pas de cher­cher de nou­veaux membres pour cette “socié­té catho­lique”, non ; c’est faire voir Jésus : qu’il se fasse voir dans ma per­sonne, dans mon com­por­te­ment ; et ouvrir à tra­vers ma vie des espaces à Jésus ».
L’évangélisation libère alors que le pro­sé­ly­tisme assu­jet­tit, a‑t-​il pré­ci­sé en sep­tembre 2019 [3].

Cet ensei­gne­ment n’est pas nou­veau. Benoît XVI, dans une homé­lie du 13 mars 2007 au Brésil, disait : « L’Église ne fait pas de pro­sé­ly­tisme. Elle se déve­loppe plu­tôt par « attrac­tion » : comme le Christ « attire cha­cun à lui » par la force de son amour, qui a culmi­né dans le sacri­fice de la Croix, de même, l’Église accom­plit sa mis­sion dans la mesure où, asso­ciée au Christ, elle accom­plit cha­cune de ses œuvres en confor­mi­té spi­ri­tuelle et concrète avec la cha­ri­té de son Seigneur ».

En 1986, Jean-​Paul II s’adressait en ces termes aux par­ti­ci­pants à un col­loque théo­lo­gique judéo-​chrétien : « Votre col­loque peut aider à évi­ter la méprise du syn­cré­tisme, la confu­sion de notre iden­ti­té réci­proque de croyants, l’ombre et la sus­pi­cion du pro­sé­ly­tisme. Vous met­tez effec­ti­ve­ment en œuvre les pers­pec­tives du concile Vatican II, qui ont été aus­si le thème des Documents pos­té­rieurs de la Commission du Saint-​Siège pour les rela­tions reli­gieuses avec le judaïsme » [4]. Il écri­vait aus­si le 28 juin 2003 : « En même temps, je veux une fois encore assu­rer les pas­teurs, ain­si que nos frères et sœurs des Églises ortho­doxes, que la nou­velle évan­gé­li­sa­tion ne peut en aucune manière être confon­due avec le pro­sé­ly­tisme, res­tant sauf le devoir de res­pec­ter la véri­té, la liber­té et la digni­té de toute per­sonne » [5].

Ces cita­tions montrent que le pape François, dans la ligne de ses deux pré­dé­ces­seurs, n’est pas oppo­sé à l’évangélisation. Il encou­rage même les catho­liques à être mis­sion­naires, comme on le lit dans Evangelii Gaudium (ch. 5), mais il entend le mot évan­gé­li­sa­tion dans un sens res­treint : mon­trer l’exemple d’une vie catho­lique, être un témoin de l’Évangile par son com­por­te­ment. En revanche, il ne veut pas que les catho­liques usent d’arguments pour convaincre, pour per­sua­der les non-​catholiques d’embrasser le catho­li­cisme. En d’autres termes, si quelqu’un veut se conver­tir au catho­li­cisme, sa démarche doit être spon­ta­née, sans qu’un catho­lique l’ait occa­sion­née par une dis­cus­sion. L’usage de l’apologétique pour favo­ri­ser une conver­sion est condamné.

Remarquons que le pape Jean-​Paul II est allé plus loin en condam­nant non seule­ment la ten­ta­tive de conver­sion par des argu­ments apo­lo­gé­tiques, mais même toute ten­ta­tive de conver­sion à l’égard des juifs : « Chacune de nos reli­gions [chré­tienne et juive], dans la pleine conscience des liens qui l’unissent à l’autre, et en pre­mier lieu de ce lien dont parle le Concile, veut être recon­nue et res­pec­tée dans son iden­ti­té propre, au-​delà de tout syn­cré­tisme et de toute appro­pria­tion équi­voque » [6]. Il dit aus­si aux juifs : « Oui, par ma voix, l’Église catho­lique […] recon­naît la valeur du témoi­gnage reli­gieux de votre peuple » [7]. « Est-​il besoin de pré­ci­ser, sur­tout pour ceux qui demeurent scep­tiques, voire même hos­tiles, que ce rap­pro­che­ment ne sau­rait se confondre avec un cer­tain rela­ti­visme reli­gieux et moins encore avec une perte d’identité ? […] Que Dieu donne aux chré­tiens et aux juifs de se ren­con­trer davan­tage, d’échanger en pro­fon­deur et à par­tir de leur propre iden­ti­té, sans jamais l’obscurcir d’un côté comme de l’autre, mais en cher­chant vrai­ment la volon­té de Dieu qui s’est révé­lé » [8].

Benoît XVI dit exac­te­ment la même chose aux juifs : « Dans ce qui nous dis­tingue les uns des autres de par notre intime convic­tion de foi nous devons nous res­pec­ter et nous aimer mutuel­le­ment » [9].

3. En pra­tique

Cet ensei­gne­ment des papes récents ne reste pas pure­ment théo­rique. Il est mis en œuvre dans l’apostolat. Déjà en 1993, les repré­sen­tants de l’Église catho­lique s’étaient enga­gés à ne pas cher­cher à conver­tir les schis­ma­tiques ortho­doxes. Voici ce qu’a signé le Saint Siège dans les accords de Balamand (n°22) : « Nous le reje­tons [l’uniatisme] comme méthode de recherche d’unité. (…) L’action pas­to­rale de l’Église catho­lique tant latine qu’orientale ne tend plus à faire pas­ser les fidèles d’une Église à l’autre ; c’est-à-dire ne vise plus au pro­sé­ly­tisme par­mi les ortho­doxes. Elle vise à répondre aux besoins spi­ri­tuels de ses propres fidèles et n’a aucune volon­té d’expansion aux dépens de l’Église ortho­doxe » [10].

La même pra­tique est ensei­gnée à l’égard des juifs : il ne faut plus cher­cher à les conver­tir au catho­li­cisme. C’est ce qu’on lit dans le docu­ment de la Commission pour les rela­tions reli­gieuses avec le judaïsme, daté du 10 décembre 2015 : « L’Église catho­lique ne conduit et ne pro­meut aucune action mis­sion­naire ins­ti­tu­tion­nelle spé­ci­fique en direc­tion des juifs » [11].

C’est donc clair : même s’il y a un témoi­gnage, ce n’est pas pour convertir. 

4. Une insis­tance étonnante

Si le pro­sé­ly­tisme est très répan­du chez les musul­mans et dans les sectes, il ne l’est pas chez les catho­liques du 21e siècle, d’où une légi­time inter­ro­ga­tion sur la per­ti­nence des pro­pos du pape. Le vati­ca­niste Sandro Magister com­mente avec jus­tesse : « Si par “pro­sé­ly­tisme”, le pape François entend une acti­vi­té mis­sion­naire exer­cée à outrance, for­cée, qui se mesure au nombre de nou­veaux bap­ti­sés, où a‑t-​il donc été cher­cher qu’il s’agirait d’un réel “dan­ger” qui “refait sur­face” au sein de l’Église catho­lique ? Mystère. Parce que s’il y a bien une réa­li­té incon­tes­table dans l’Église de ces cin­quante der­nières années, ce n’est pas l’excès mais plu­tôt l’effondrement de l’élan mis­sion­naire » [12].

5. Un ensei­gne­ment qui n’est pas catholique

Le mot pro­sé­ly­tisme n’est habi­tuel­le­ment pas uti­li­sé dans l’Église. On parle plu­tôt d’esprit mis­sion­naire ou d’apostolat. Mais si l’on consi­dère la réa­li­té dési­gnée par ce mot, il est aisé de consta­ter que le pro­sé­ly­tisme a été pra­ti­qué par de nom­breux saints. Pensons par exemple, au 2e siècle après Jésus-​Christ, à saint Justin, esprit ouvert et bon connais­seur des phi­lo­sophes de son temps. Après sa conver­sion au chris­tia­nisme, il dépen­sa toute son éner­gie, par sa parole et par sa plume, à conver­tir les non-​chrétiens, et notam­ment les juifs, à la reli­gion du Christ. Il suf­fit de lire son Dialogue avec le juif Triphon pour consta­ter avec quelle ardeur il argu­mente pour convaincre que seule la reli­gion chré­tienne est la vraie. Il fut arrê­té à Rome pour pro­sé­ly­tisme et exé­cu­té en l’an 166 parce qu’il ne vou­lait pas renier sa foi. Mentionnons aus­si saint François de Sales qui, par son pro­sé­ly­tisme, conver­tit la quasi-​totalité du Chablais pro­tes­tant au catho­li­cisme. Et que dire des saints Martin, Boniface, François Xavier, Pierre Canisius, Josaphat, etc. ? On raconte que saint Dominique, en 1204, fut confron­té dans le Languedoc à l’hérésie des Albigeois. Il se sen­tait ému d’une pro­fonde com­pas­sion pour ces âmes abu­sées, mar­chant vers leur perte éter­nelle. Un soir, dans une auberge de Toulouse, il s’aperçut que son hôte était cathare. Il l’obligea alors à rendre rai­son de sa croyance. Toute la nuit, oublieux de la fatigue de la route qu’il repren­drait le len­de­main matin, Dominique le pres­sa de ses ques­tions brû­lantes. Le pauvre homme expo­sa la doc­trine cathare. « Dominique sut débrouiller ces incon­sé­quences et ces confu­sions. Avec force, il dis­cu­ta sans défaillance. Avec amour, il sut per­sua­der. L’homme ne put résis­ter à l’Esprit qui par­lait par cette bouche convain­cue. Lorsque le jour parut, il se ren­dit à la lumière. Dominique s’en alla joyeux d’avoir gagné son frère, bou­le­ver­sé du contact intime pris avec l’hérésie, tout ani­mé par ce pre­mier suc­cès apos­to­lique hors des fron­tières de sa Castille » [13]. Il est à craindre que le pape François condam­ne­rait ce zèle de saint Dominique pour conver­tir ses frères.

6. Que dit saint Thomas d’Aquin ?

S’interrogeant sur les débats publics entre catho­liques et héré­tiques, le Docteur angé­lique écrit : « Il ne faut pas dis­pu­ter dans les choses qui sont de foi comme si on avait des doutes à leur sujet, mais avec le des­sein de mani­fes­ter la véri­té et de réfu­ter les erreurs. Pour la confir­ma­tion de la foi, il faut en effet de temps en temps dis­pu­ter avec les infi­dèles. Tantôt c’est bien pour la défense même de la foi, selon le mot de saint Pierre “Toujours prêts à don­ner satis­fac­tion à toute per­sonne qui vous demande rai­son de l’espérance et de la foi qui est en vous”. Tantôt c’est pour convaincre ceux qui sont dans l’erreur, selon le mot de saint Paul : “Qu’il soit vaillant pour exhor­ter dans la saine doc­trine et pour réfu­ter les contra­dic­teurs” [14].

Saint Thomas, fidèle écho de la Tradition, recon­naît ici le bien-​fondé de la dis­cus­sion et du débat dans le but de convaincre l’hérétique de la véri­té du catholicisme.

7. Que dit le Magistère de l’Eglise ?

Le pape Pie IX, dans Mortalium ani­mas, a bien mon­tré que le seul œcu­mé­nisme catho­lique consiste non dans un dia­logue inter-​religieux mutuel­le­ment enri­chis­sant, mais dans le sou­ci du retour des éga­rés à l’unique ber­cail : « L’union des chré­tiens ne peut être pro­cu­rée autre­ment qu’en favo­ri­sant le retour des dis­si­dents à la seule véri­table Église du Christ, qu’ils ont eu jadis le mal­heur d’abandonner ». Et saint Pie X écrit dans la Lettre sur le Sillon en 1910 : « Si Jésus a été bon pour les éga­rés et les pécheurs, il n’a pas res­pec­té leurs convic­tions erro­nées, quelque sin­cères quelles parussent. Il les a tous aimés pour les ins­truire, les conver­tir et les sau­ver ». Cet ensei­gne­ment se fonde sur une véri­té que les papes ont sou­vent rap­pe­lée, et sur laquelle Pie IX est reve­nu à maintes reprises : « Nous connais­sons par­fai­te­ment le dogme catho­lique, à savoir qu’en dehors de l’Église catho­lique per­sonne ne peut être sau­vé » [15]. C’est cette convic­tion qui a pous­sé les apôtres et, après eux, des mil­liers de catho­liques, à évan­gé­li­ser les infi­dèles, à ris­quer leur vie et même à ver­ser leur sang pour détour­ner les éga­rés de leurs erreurs et leur trans­mettre l’enseignement de l’Église. Telle est la réponse à l’ordre du Christ : « Allez évan­gé­li­ser les nations, les bap­ti­sant au nom du Père et du Fils et du Saint-​Esprit, et leur ensei­gnant à obser­ver tout ce que je vous ai com­man­dé » [16].

8. La source de cette erreur

Le refus de toute forme de pro­sé­ly­tisme a sa source dans les erreurs ecclé­sio­lo­giques du concile Vatican II. Refusant le dogme « Hors de l’Église point de salut », les moder­nistes pré­tendent que « par son incar­na­tion, le Fils de Dieu s’est en quelque sorte uni lui-​même à tout homme » [17]. Jean-​Paul II en conclut : « Dans l’Esprit-Saint, chaque per­sonne et chaque peuple sont deve­nus, par la croix et la résur­rec­tion du Christ, des enfants de Dieu, des par­ti­ci­pants de la nature divine et des héri­tiers de la vie éter­nelle » [18]. Au lieu de dire que l’Église du Christ est l’Église catho­lique, le Concile écrit que l’Église du Christ « sub­siste dans l’Église catho­lique » [19], lais­sant entendre que l’Église du Christ s’étendrait en dehors de l’Église catho­lique, de manière impar­faite, grâce aux élé­ments d’Église pré­sents dans les autres confes­sions chré­tiennes. Mentionnons enfin cette affir­ma­tion inac­cep­table du Concile : « L’esprit du Christ ne refuse pas de se ser­vir d’elles [les Églises et com­mu­nau­tés sépa­rées] comme de moyens de salut » [20].

Ces erreurs ont détruit l’esprit mis­sion­naire. Si l’on peut se sau­ver sans être catho­lique, à quoi bon se fati­guer pour essayer de conver­tir les infi­dèles ? Tout au plus à aider l’homme à prendre conscience de sa digni­té divine.

9. Conclusion

Si l’on entend par pro­sé­ly­tisme un zèle ardent pour conver­tir les âmes au catho­li­cisme, le pro­sé­ly­tisme est catho­lique. C’est l’esprit mis­sion­naire. C’est l’esprit des apôtres. Il est un effet de la cha­ri­té envers le pro­chain. Si mon pro­chain est dans l’erreur et sur le che­min de la dam­na­tion, je vais faire tout ce qui dépend de moi pour l’éclairer et le mettre sur le droit che­min. Pour cela, je vais prier pour lui, lui mon­trer le bon exemple et même, n’en déplaise au pape François, lui par­ler et ten­ter de le convaincre, avec déli­ca­tesse et pru­dence, que le Christ n’a fon­dé qu’une seule reli­gion, hors de laquelle il n’y a pas de salut.

Source : Courrier de Rome n° 647

Notes de bas de page

  1. Conférence de presse du 2 décembre 2017 dans l’avion citée par le jour­nal La Croix[]
  2. Ibidem.[]
  3. La Civiltà Cattolica du 26 sep­tembre 2019.[]
  4. « Allocution du 6 novembre 1986 au col­loque inter­na­tio­nal judéo-​chrétien » dans DC n° 1931 (4 jan­vier 1987), p. 34[]
  5. Ecclesia in Europa, n° 20.[]
  6. Jean-​Paul II, « Discours du 13 avril 1986 lors de sa visite à la syna­gogue de Rome » dans DC n° 1917, p. 438.[]
  7. Jean-​Paul II, « Discours du 9 octobre 1998 à la com­mu­nau­té juive d’Alsace » dans DC n° 1971, p. 1027[]
  8. Jean-​Paul II, « Discours du 6 mars 1982 aux délé­gués des confé­rences épis­co­pales pour les rela­tions avec le judaïsme » dans DC n° 1827, p. 34[]
  9. Benoît XVI, « Allocution lors de la visite à la syna­gogue de Cologne, le 19 août 2005 » dans DC n° 2343, p. 892[]
  10. La Documentation catho­lique du 1er août 1993, page 711.[]
  11. La Documentation catho­lique d’avril 2016, page 35[]
  12. Article publié sur le site www.diakonos.be le 22 mai 2019.[]
  13. M. H. Vicaire, Histoire de saint Dominique.[]
  14. Somme théo­lo­gique, IIa IIae, q. 10 art. 7 ad 3.[]
  15. Encyclique Quanto confi­cia­mur du 10 août 1863 aux évêques d’Italie, Dz 2867.[]
  16. Mat. XXVIII, 19.[]
  17. Gaudium et spes n° 22.[]
  18. Jean-​Paul II, Message aux peuples d’Asie du 21 février 1981, La Documentation catho­lique du 15 mars 1981 page 281.[]
  19. Lumen Gentium n° 8.[]
  20. Unitatis redin­te­gra­tio n° 3.[]

FSSPX

M. l’ab­bé Bernard de Lacoste est direc­teur du Séminaire International Saint Pie X d’Écône (Suisse). Il est éga­le­ment le direc­teur du Courrier de Rome.