Mgr Fellay critique le pape et se félicite d’avoir refusé l’accord avec Rome


Note de la rédac­tion de La Porte Latine :
il est bien enten­du que les com­men­taires repris dans la presse exté­rieure
à la FSSPX [Ici La Vie] ne sont en aucun cas une quel­conque
adhé­sion à ce qui y est écrit par ailleurs.

Le site du jour­nal amé­ri­cain Catholic Family News, proche de la Fraternité Saint-​Pie‑X, publie de larges extraits d’une confé­rence et d’une homé­lie don­nées par Bernard Fellay, le supé­rieur de la FSSPX, lors d’un col­loque orga­ni­sé le week-​end du 11 au 13 octobre à Kansas City par Angelus Press, une mai­son d’é­di­tion dont l’ob­jec­tif est de « pro­mou­voir la Tradition immé­mo­riale de la foi catho­lique et la messe selon le rite tri­den­tin ». Durant son inter­ven­tion du same­di et la messe du dimanche, Mgr Fellay est reve­nu lon­gue­ment sur les négo­cia­tions avor­tées avec Rome, la situa­tion de l’Eglise et sa vision du pape François.

Evoquant l’é­chec l’an der­nier des négo­cia­tions ouvertes en 2009 avec la levée par Benoît XVI des excom­mu­ni­ca­tions pesant sur les évêques de la FSSPX, Mgr Fellay s’est féli­ci­té de ne pas avoir signé le « Préambule doc­tri­nal » pro­po­sé par Rome. « Quand on voit ce qui se passe main­te­nant, a‑t-​il affir­mé, nous remer­cions Dieu, nous remer­cions vrai­ment Dieu d’a­voir été pré­ser­vés de toute forme d’ac­cord l’an­née der­nière. Et nous pou­vons cer­tai­ne­ment dire que l’un des fruits de la »Croisade du Rosaire » que nous avons entre­prise est d’a­voir été sau­ve­gar­dés d’un tel mal­heur. Dieu mer­ci. (…) Imaginez que cer­taines per­sonnes conti­nuent de pré­tendre que nous cher­chons tou­jours à obte­nir un accord avec Rome… les pauvres ! Je les mets au défi de prou­ver ce qu’elles avancent. » 

Le supé­rieur de la FSSPX s’est éga­le­ment attar­dé sur la situa­tion actuelle de l’Eglise et le pape François, expli­quant à son audi­toire que la période actuelle serait « une époque vrai­ment effrayante » : « La situa­tion de l’Eglise est un vrai désastre, et ce pape est en train de la rendre 10.000 fois pire. »

« Si le pape actuel conti­nue comme il a com­men­cé, il va divi­ser l’Eglise. Il fait tout explo­ser. Les gens vont finir par dire : c’est impos­sible qu’il soit le pape, nous ne vou­lons pas de lui. D’autres diront : »Attendez ! Considérez-​le comme pape, mais ne le sui­vez pas. » Il pro­voque la colère. Bien des gens seront décou­ra­gés par ce que cer­tains membres de l’Eglise font et seront ten­tés de la reje­ter en bloc. » 

De vives cri­tiques sur les­quelles il est encore reve­nu lors de son ser­mon du dimanche : « Depuis le début nous avons le sen­ti­ment que quelque chose ne va pas avec ce pape. Depuis le début il cherche à se dis­tin­guer et à être dif­fé­rent de tout le monde. » Estimant avoir affaire à « un authen­tique moder­niste », Mgr Fellay a par ailleurs ajou­té, à pro­pos des confi­dences, inter­views et appels télé­pho­niques de François : « Nous n’a­vons peut-​être pas une vue d’en­semble à l’heure actuelle, mais nous en avons suf­fi­sam­ment pour être terrorisés. » 

Ces décla­ra­tions, peu sur­pre­nantes mais par­ti­cu­liè­re­ment tran­chées, s’ins­crivent dans un contexte qui voit les lefeb­vristes haus­ser le ton de plus en plus fort depuis plus d’un an. Fin juin, à l’oc­ca­sion des 25 ans de leur ordi­na­tion par Mgr Marcel Lefebvre sans l’au­to­ri­sa­tion de Rome, les évêques de la Fraternité Saint-​Pie‑X avaient ain­si publié dans laquelle ils réaf­fir­maient leurs fondamentaux. […]

Source : La Vie du 15 octobre 2013

FSSPX Premier conseiller général

De natio­na­li­té Suisse, il est né le 12 avril 1958 et a été sacré évêque par Mgr Lefebvre le 30 juin 1988. Mgr Bernard Fellay a exer­cé deux man­dats comme Supérieur Général de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X pour un total de 24 ans de supé­rio­rat de 1994 à 2018. Il est actuel­le­ment Premier Conseiller Général de la FSSPX.