Léon XIII

Décret de la Congrégation des Rites

11 septembre 1887

Extension de la fête de Notre-Dame du Rosaire à l'Église Universelle

Notre très Saint-​Père, tout heu­reux de cet empres­se­ment una­nime, renou­velle ses ins­tances auprès de tous les Pasteurs de l’Eglise et de tous les fidèles du monde, et les exhorte à redou­bler de fer­veur et de confiance filiale en per­sé­vé­rant dans ces saints exer­cices, et à sup­plier la très auguste Reine de la paix, d’user de son cré­dit auprès de Dieu, pour détour­ner l’horrible tem­pête des temps pré­sents, par la ruine de l’empire de Satan et la défaite des enne­mis de la reli­gion, et pour rendre le calme si dési­ré à la barque mys­tique de Pierre, bal­lot­tée par les flots. C’est pour­quoi tout ce qui a été décré­té, accor­dé et ordon­né les années pré­cé­dentes, et der­niè­re­ment par le décret de la Sacrée Congrégation des rites, pres­cri­vant de consa­crer le mois d’octobre à la céleste Reine du Rosaire, de nou­veau il le décrète, l’accorde et l’ordonne.

La fête de la solen­ni­té du Saint-​Rosaire est déjà en hon­neur chez les peuples chré­tiens, et l’objet d’un culte tout par­ti­cu­lier, qui se rap­porte à tous les mys­tères de la vie, de la pas­sion, de la gloire de N.-S. Jésus-​Christ, notre rédemp­teur, et de son Immaculée Mère. Afin donc de favo­ri­ser cette dévo­tion qui va tou­jours crois­sant, afin aus­si d’ajouter aux hon­neurs publics ren­dus à Marie, Sa Sainteté Léon XIII, par un pri­vi­lège dont jouissent déjà plu­sieurs églises par­ti­cu­lières, ordonne de célé­brer désor­mais dans toute l’Eglise, sous le rite de seconde classe, ladite solen­ni­té et l’office de Notre-​Dame du Rosaire fixé au pre­mier dimanche d’octobre, en sorte que cette fête ne puisse être trans­fé­rée à un autre jour, si ce n’est en cas d’occurrence d’un office de rite supé­rieur ; sauf les rubriques et non­obs­tant toute dis­po­si­tion contraire.

fraternité sainte pie X