Promulgué en 1884

Exorcisme contre Satan et les anges apostats

Exorcisme de Léon XIII contre Satan et les anges apostats

Table des matières

Édité par ordre de Léon XIII, Pape. Edition com­plète – Desclée- Lefebvre de 1903

Au Nom du Père, et du Fils, et du Saint Esprit. Ainsi soit-il.

Psaume LXVII


Que Dieu Se lève, et que Ses enne­mis soient dis­per­sés ; et que fuient devant Sa face ceux qui le haïssent.
Comme se dis­sipe la fumée, dissipez-​les ; comme la cire se fond au feu, que les pécheurs dis­pa­raissent devant Dieu.

Psaume XXIV

Seigneur, jugez ceux qui me veulent du mal, triom­phez de ceux qui m’as­saillent.
Qu’ils soient confon­dus et rou­gissent de honte ceux qui en veulent à ma vie,
Qu’ils reculent et soient confon­dus ceux qui­mé­ditent ma perte.
Qu’ils soient comme la pous­sière au souffle du vent, et que l’Ange du Seigneur les chasse devantlui,

Que leur voie soit téné­breuse et glis­sante, et que l’Ange du Seigneur les pour­suive.
Car, sans cause, ils ont caché leur filet pour ma ruine, c’est sans fon­de­ment qu’ils ont por­té blâ­me­contre moi.
Que la ruine tombe sur lui à l’im­pro­viste, que le filet qu’il a caché le sai­sisse ; qu’il y tombe et périsse.
Et mon âme exul­te­ra dans le Seigneur, elle goû­te­ra l’al­lé­gresse dans Son salut.
Gloire soit au Père, au Fils et au Saint Esprit,
Comme il était au com­men­ce­ment, main­te­nan­tet tou­jours et dans tous les siècles des siècles.Ainsi soit-il.

Supplique à Saint Michel Archange

Très glo­rieux prince de la milice céleste, saint Michel Archange, défendez-​nous dans la lutte et le com­bat que nous devons affron­ter contre les prin­cipes et les puis­sances qui our­dissent dans ce monde de ténèbres, contre tous les esprits per­vers « qui errent dans l’at­mo­sphère » [1]. Venez en aide aux hommes que Dieu avait créés vierges de toute errance, « for­gés à l’i­mage de sa propre nature » [2], et rache­tés « à si grand prix » [3] de la tyran­nie exer­cée par le démon.

Maintenant encore, vous-​même saint Michel et toute l’ar­mée des Anges bien­heu­reux, com­bat­tez le com­bat du Seigneur, tout comme antan, vous avez lut­té contre Lucifer, le cho­ry­phée de la superbe, et contre ses anges apos­tats. « Et voi­ci, ils ne purent vaincre, et leur lieu même ne se trou­va plus dans le ciel. Et il fut pré­ci­pi­té, le grand dra­gon, l’an­tique ser­pent, celui qui est appe­lé le diable ou Satan,le séduc­teur du monde entier, il fut pré­ci­pi­té sur la terre, et ses anges furent pré­ci­pi­tés avec lui » [4]

Or, voi­ci que cet antique enne­mi, « homi­cide dès le prin­cipe » [5], s’est dres­sé avec véhé­mence, « dégui­sé en ange de lumière » [6], ayant pour escorte la horde des esprits per­vers, c’est en tout sens qu’il par­court la terre, et par­tout s’y insère : en vue d’y abo­lir le nom de Dieu et de Son Christ, en vue de déro­ber, de faire périr et de perdre dans la dam­na­tion sans fin, les âmes que devait cou­ron­ner la gloire éter­nelle. Le dra­gon malé­fique trans­fuse, dans les hommes men­ta­le­ment dépra­vés et cor­rom­pus par le cœur, un flot d’ab­jec­tion : le virus de sa malice, l’es­prit de men­songe, d’im­pié­té et de blas­phème, le souffle mor­tel du vice, de la luxure et de l’i­ni­qui­té universalisée.

L’Eglise, épouse de l’Agneau Immaculé, la voi­ci satu­rée d’a­mer­tume et abreu­vée de poi­son, par des enne­mis très rusés ; ils ont por­té leurs mains impies sur tout ce qu’elle désire de plus sacré. Là où fut ins­ti­tué le siège du bien­heu­reux Pierre, et la chaire de la Vérité, là ils ont posé le trône de leur abo­mi­na­tion dans l’im­pié­té ; en sorte que le pas­teur étant frap­pé, le trou­peau puisse être dis­per­sé. O saint Michel, chef invin­cible, rendez-​vous donc pré­sent au peuple de Dieu qui est aux prises avec l’es­prit d’i­ni­qui­té, donnez-​lui la vic­toire et faites le triompher.

La Sainte Eglise vous vénère comme étant son Gardien et son Protecteur ; elle vous rend gloire comme étant son Défenseur contre toutes les puis­sances nui­sibles, sur terre et dans les enfers ; à vous le Seigneur a confié de conduire les âmes des rache­tés dans le lieu de la suprême féli­ci­té. Priez le Dieu de la Paix qu’Il écrase Satan sous nos pieds, afin qu’il ne puisse plus, ni rete­nir les hommes cap­tifs, ni nuire à l’Eglise. Offrez nos prières en pré­sence du Très-​Haut, afin que « sur­viennent en nous au plus vite les misé­ri­cordes du Seigneur » [7], et que vous sai­sis­siez le dra­gon, l’an­tique ser­pent qui est le diable ou Satan, et que, lié dans l’a­bîme, il ne séduise plus les nations » [8]

Ainsi nous fiant à votre pro­tec­tion et à votre patro­nage, de par l’au­to­ri­té sacrée de notre mère la Sainte Eglise, c’est en toute confiance que nous entre­pre­nons de refou­ler, au nom de Jésus-​Christ, notre Dieu et Seigneur, les infes­ta­tions de l’as­tuce diabolique.

V. Voici la Croix du Seigneur, fuyez, puis­sances enne­mies.
R. Il a vain­cu le lion de la tri­bu de Juda, le reje­ton de David.

V. Que votre misé­ri­corde, Seigneur, soit sur nous.
R. Selon la mesure même où nous espé­rons en Vous.

V. Seigneur, exau­cez ma prière.
R. Et que mon cri monte jus­qu’à Vous. (Les laïcs omettent le ver­set et le répons suivants)

V. Le Seigneur soit avec vous.
R. Et avec votre esprit.

Oraison.

Dieu et Père de Notre Seigneur Jésus Christ, nous invo­quons Votre Saint Nom ; et, sup­pliants, nous récla­mons très ins­tam­ment Votre clémence,par l’in­ter­ces­sion de la Vierge imma­cu­lée, Mère de Dieu, de saint Michel Archange, de saint Joseph, époux de Marie, des saints Apôtres Pierre et Paul et de tous les Saints, dai­gnez nous octroyer secours contre Satan et tous les autres esprits impurs, qui par­courent le monde en vue de nuire au genre humain et de perdre les âmes.

Ainsi-​soit-​il.

Exorcisme

Nous t’exor­ci­sons, qui que tu sois, esprit immonde, puis­sance sata­nique, horde de l’in­fer­nal enne­mi, légion démo­niaque, toute assem­blée et secte dia­bo­lique ; au nom et par la « Vertu » [9] de Jésus-​Christ + Notre Seigneur, sois extir­pé et chas­sé par l’Eglise de Dieu, des âmes [10] créées à l’i­mage de Dieu et rache­tées par le pré­cieux Sang du Divin Agneau +. Désormais, n’aies plus l’au­dace, per­fide ser­pent, de trom­per le genre humain, de per­sé­cu­ter l’Eglise de Dieu, de secouer et de « cri­bler comme le fro­ment » [11] les élus de Dieu + .

Il te le com­mande, le Dieu Très Haut + à qui, en ton grand orgueil, tu pré­tends encore être sem­blable, Lui qui veut que « tous les hommes soient sau­vés et par­viennent à la connais­sance de la Vérité » [12].
Il te le com­mande, Dieu le Père + .
Il te le com­mande, Dieu le Fils + .
Il te le com­mande, Dieu le Saint Esprit + .
Il te le com­mande, le Christ en majes­té, Verbe éter­nel de Dieu fait chair + , qui, pour le salut de notre race, per­due par ta jalou­sie, « s’est humi­lié lui-​même et s’est fait obéis­sant jus­qu’à la mort » [13], qui a édi­fié son Eglise, sur le « Roc » [14], et pro­mis que « les portes de l’en­fer ne pré­vau­dront pas contre elle » [15], puisq’Il demeu­re­ra avec Elle jus­qu’à la consom­ma­tion des siècles » [16].
Il te le com­mande, le signe sacré de la Croix † , et la ver­tu inhé­rente à tous les mys­tères de la foi chré­tienne + .
Elle te le com­mande, la très auguste Mère de Dieu, la Vierge Marie + qui, dès le pre­mier ins­tant de son Immaculée Conception, a, par son humi­li­té, écra­sé ta tête trop orgueilleuse.
Elle te le com­mande la Foi des saints Apôtres Pierre et Paul et des autres Apôtres + .
Il te le com­mande le sang des mar­tyrs et la pieuse inter­ces­sion de tous les Saints et les Saintes + . Ainsi donc, mau­dit dra­gon et toute légion dia­bo­lique, nous t’ad­ju­rons par le Dieu + vivant, par le Dieu + vrai, par le Dieu + Saint, par ce Dieu qui a tant aimé le monde au point de lui don­ner Son Fils unique, afin que qui­conque croit en Lui ne périsse pas, mais ait la vie éter­nelle [17].
Cesse de trom­per les humaines créa­tures et de leur ver­ser le poi­son de la dam­na­tion éter­nelle. Cesse de nuire à l’Eglise et d’en­tra­ver sa liber­té. Arrière Satan, inven­teur et maître de toute trom­pe­rie, enne­mi du salut des hommes. Cède ta place au Christ en qui tu n’as rien trou­vé de tes œuvres. Cède la place à l’Eglise, une, sainte, catho­lique et apos­to­lique, que le Christ a acquise au prix de Son Sang. Incline toi sous la main puis­sante de Dieu, tremble et fuis à l’in­vo­ca­tion que nous fai­sons du saint et redou­table Nom de ce Jésus qui fait trem­bler les enfers, à qui sont sou­mises les ver­tus des Cieux et les Puissances et les Dominations, que les Chérubins et les Séraphins louent dans un concert sans fin, disant : Saint, Saint, Saint est le Seigneur, Dieu des armées.

V. Seigneur, exau­cez ma prière.
R. Et que mon cri s’é­lève jus­qu’à vous. (Les laïcs omettent le ver­set et le répons sui­vants)
V. Le Seigneur soit avec vous.
R. Et avec votre esprit.

Oraison.

Dieu du ciel, Dieu de la terre, Dieu des Anges, Dieu des Archanges, Dieu des Patriarches, Dieu des Prophètes, Dieu des Apôtres, Dieu des Martyrs, Dieu des Confesseurs, Dieu des Vierges, Dieu qui avez le pou­voir de don­ner la vie après la mort, le repos après le tra­vail, parce qu’il n’y a pas d’autre Dieu que Vous, et qu’il ne peut y en avoir si ce n’est Vous, le Créateur de toutes choses visibles et invi­sibles, Vous dont le règne n’au­ra point de fin : nous sup­plions hum­ble­ment Votre Glorieuse Majesté d’u­ser de Sa Puissance pour nous déli­vrer de toute tyran­nie des esprits infer­naux, de leurs pièges, trom­pe­ries, méchan­ce­tés, et de nous conser­ver indemnes de tout mal.

Par Jésus-​Christ Notre-​Seigneur. Ainsi soit-il.

V. Des embûches du démon.
R. Délivrez-​nous, Seigneur.

V. Que Votre Eglise Vous serve dans la liber­té, l’ordre et la paix ;
R. Nous Vous en prions, écoutez-​nous, Seigneur.

V. Que les enne­mis de Votre Sainte Eglise soient humi­liés et conver­tis ;
R. Nous Vous en sup­plions, Seigneur, exaucez-nous.

Seigneur, ne Vous sou­ve­nez pas de nos fautes, ni de celles de nos parents, et ne tirez point ven­geance de nos péchés ; ne nous lais­sez pas suc­com­ber à la ten­ta­tion, mais délivrez-​nous du mal. Ainsi soit-​il [18].

Notre Père…
Asperger d’eau bénite les per­sonnes pré­sentes et les quatre coins de la salle. Remercier aus­si­tôt des grâces obte­nues en réci­tant le MAGNIFICAT.

Texte latin

Jussu Leonis XIII, Pont. Max. Editus

In nomine Patris, et Filii, et Spiritus Sancti.Amen.

Psalmus LXVII
Exsurgat Deus et dis­si­pen­tur inimi­ci ejus :et fugiant qui ode­runt eum a facie ejus.

Sicut defi­cit fumus, defi­ciant ; sicut fluit­ce­ra a facie ignis, sic per­eant pec­ca­tores afa­cie Dei.

Psalmus XXXIV
Judica Domine nocentes me expu­gna impu­gnantes me.
Confundantur et reve­rean­tur quæ­rentes ani­mam meam.
Avertantur retror­sum et confun­dan­tur cogi­tantes mihi mala.
Fiant tam­quam pul­vis ante faciem ven­ti : et Angelus Domini coarc­tans eos.

Fiat via illo­rum tene­bræ, et lubri­cum : et Angelus Domini per­se­quens eos.
Quoniam gra­tis abs­con­de­runt mihiin­te­ri­tum laquei sui : super­va­cue expro­bra­ve­runt ani­mam meam.
Veniat illi laqueus quem igno­rat ; et cap­tio quam abs­con­dit, appre­hen­dat eum : et in laqueum cadat in ipsum.
Anima autem mea exsul­ta­bit in Domino : et delec­ta­bi­tur super salu­ta­ri suo.
Gloria Patri, et Filio, et Spiritui Sancto,
Sicut erat in prin­ci­pio, et nunc et sem­per, et in sæcu­la sæcu­lo­rum. Amen.

AD S. MICHALEUM ARCHANGELUM PRECATIO

Princeps glo­rio­sis­sime cœles­tis mili­tiæ, sancte Michael Archangele, defende nos in prœ­lio et col­luc­ta­tione, quæ nobis est adver­sus prin­cipes et potes­tates, adver­sus mun­di rec­tores tene­bra­rum harum, contra spi­ri­tua­lia nequi­tiæ, in cœles­ti­bus (Ephes. VI,12). Veni in auxi­lium homi­num ; quos Deus crea­vit inex­ter­mi­na­biles, et ad ima­gi­nem simi­li­tu­di­nis suæ fecit, et a tyran­nide dia­bo­li emit pre­tio magno (Sap. II, 23 – I Cor. VI, 20).

Prœliare hodie cum bea­to­rum ange­lo­rum exer­ci­tu prœ­lia Domini, sicut pugnas­ti olim contra ducem super­biæ luci­fe­rum et ange­los ejus apos­ta­ti­cos ; et non value­runt, neque locus inven­tus est eorum amplius in cœlo. Sed pro­jec­tus est dra­co ille magnus, ser­pens anti­quus, qui voca­tur dia­bo­lus et sata­nas, qui­se­du­cit uni­ver­sum orbem ; et pro­jec­tus est in ter­ram, et ange­li ejus cum illo mis­si sunt (Apoc. XII, 8–9).

En anti­quus inimi­cus et homi­ci­da vehe­men­ter erec­tus est. Transfiguratus in ange­lum lucis, cum tota mali­gno­rum spi­ri­tuum cater­va, late cir­cuit et inva­dit ter­ram, ut in ea deleat nomen Dei et Christi ejus, ani­masque ad æter­na glo­riæ coro­nam des­ti­na­tas fure­tur, mac­tet ac per­dat in sem­pi­ter­num inter­itum. Virus nequi­tiæ suæ, tam­quam flu­men immun­dis­si­mum, dra­co­ma­le­fi­cus trans­fun­dit in homines depra­va­tos­mente et cor­rup­tos corde ; spi­ri­tum men­da­cii, impie­ta­tis et blas­phe­miæ ; hali­tumque mor­ti­fe­rum luxu­riæ, vitio­rum omnium et iniquitatum.

Ecclesiam, Agni imma­cu­la­ti spon­sam, vafer­ri­mi hostes reple­ve­runt ama­ri­tu­di­ni­bus, inebria­runt absin­thio ; ad omnia desi­de­ra­bi­lia ejus, impias mise­runt manus. Ubi sedes bea­tis­si­mi Petri et Cathedra veri­ta­tis ad lucem gen­tium consti­tu­ta est, ibi thro­num posue­runt abo­mi­na­tio­nis impie­ta­tis suæ ; ut per­cus­so pas­tore, et gre­gem dis­per­dere valeant. Adesto, itaque, Dux invic­tis­sime, popu­lo Dei contra irrum­pentes spi­ri­tales nequi­tias, et fac victoriam.

Te cus­to­dem et patro­num sanc­ta vene­ra­tur Ecclesia ; te glo­ria­tur defen­so­rem adver­sus ter­res­trium et infer­no­rum nefa­rias potes­tates ; tibi tra­di­dit Dominus ani­mas redemp­to­rum in super­na feli­ci­tate locan­das. Deprecare Deum pacis, ut conte­rat sata­nam sub pedi­bus nos­tris, ne ultra valeat cap­ti­vos tenere homines, et Ecclesiæ nocere. Offer nos­tras preces in conspec­tu Altissimi, ut cito anti­cipent nos mise­ri­cor­diæ Domini (Ps. LXXVIII, 8), et appre­hen­das dra­co­nem ser­pen­tem anti­quum, qui est dia­bo­lus et sata­nas, ac liga­tus mit­tas in abys­sum, ut non­se­du­cat amplius gentes (Apoc. XX, 3).

Hinc tuo confi­si præ­si­dio ac tute­la, sacra Sanctæ Matris Ecclesiæ auc­to­ri­tate, ad infes­ta­tiones dia­bo­licæ frau­dis repel­len­das in nomine Jesus-​Christi Dei et Domini nos­tri fidentes et secu­ri aggredimur.

V. Ecce Crucem Domini, fugite partes adversæ.
R. Vicit leo de tri­bu Juda, radix David.

V. Fiat mise­ri­cor­dia tua, Domine, super nos.
R. Quemadmodum spe­ra­vi­mus in te.

V. Domine, exau­di ora­tio­nem meam.
R. Et cla­mor meus ad te veniat.

V. Dominus vobis­cum.
R. Et cum spi­ri­tu tuo.

Oremus.
Deus et Pater Domini nos­tri Jesu Christi, invo­ca­mus nomen sanc­tum tuum, etcle­men­tiam tuam sup­plices expos­ci­mus : ut per inter­ces­sio­nem imma­cu­latæ sem­per Virginis Dei Genitricis Mariæ, bea­ti Michaelis Archangeli, bea­ti Joseph ejus­dem beatæ Virginis Sponsi, bea­to­rum Apostolorum Petriet Pauli et omnium sanc­to­rum, adver­sus sata­nam, omnesque alios alios irn­mun­dos spiritus,qui ad nocen­dum huma­no gene­ri ani­masque per­den­das per­va­gan­tur in mun­do, nobis auxi­lium præs­tare digne­ris. Per eum­dem Christum Dominum nos­trum.
R. Amen.

EXORCISMUS

Exorcizamus te, omnis immunde spi­ri­tus, omnis sata­ni­ca potes­tas, omnis incur­sio infer­na­lis adver­sa­rii, omnis legio, omnis congre­ga­tio et sec­ta dia­bo­li­ca, in nomine et vir­tute Domini nos­tri Jesu + Christi, era­di­care et effu­gare a Dei Ecclesia, ab ani­ma­bus ad ima­gi­nem Dei condi­tis ac pre­tio­so divi­ni Agnis san­guine redemp­tis + . Non ultra audeas, ser­pens cal­li­dis­sirne, deci­pere huma­num genus, Dei Ecclesiam per­se­qui, ac Dei elec­tos excu­tere et cri­brare sicut triticum + .

lmpe­rat tibi Deus altis­si­mus +, cui in magna tua super­bia te simi­lem habe­ri adhuc præ­su­mis ; qui omnes homines vult sal­vos fie­ri, et ad agni­tio­nem veri­ta­tis venire (I Tim. II, 4).
lmpe­rat tibi Deus Pater + ;
impe­rat tibi Deus Filius + ;
impe­rat tibi Deus Spiritus Sanctus +.
lmpe­rat tibi majes­tas Christi, æter­num Dei Verbum caro fac­tum + , qui pro salute gene­ris nos­tri tua invi­dia per­di­ti, humi­lia­vit seme­tip­sum fac­tus obe­diens usque ad mor­tem (Phil. II, 8) ; qui Ecclesiam suam edi­fi­ca­vit supra fir­mam petram, et por­tas infe­ri adver­sus eam num­quam esse præ­va­li­tu­ras edixit, cum ea ipse per­man­su­rus omni­bus die­bus usque ad consum­ma­tio­nem sæcu­li (Math. XXVIII, 20.).
Imperat tibi sacra­men­tum Crucis +, omniumque chris­tianæ fidei Mysteriorum vir­tus +.
Imperat tibi excel­sa Dei Genitrix Virgo Maria + quæ super­bis­si­mum caput tuum a pri­mo ins­tan­ti Immaculatæ suæ Conceptionisin sua humi­li­tate contri­vit.
Imperat tibi fides sanc­to­rum Apostolorum Petri et Pauli, et cete­ro­rum Apostolorum + .
lmpe­rat tibi Martyrum san­guis, ac pia Sanctorum et Sanctarum omnium inter­ces­sio + .
Ergo, dra­go male­dicte et omnis legio dia­bo­li­ca, adju­ra­mus te per Deum + vivum, per Deum + verum, per Deum + sanc­tum, per Deum qui sic dilexit mun­dum, ut Filium suum uni­ge­ni­tum daret, ut omnis qui cre­dit in eum­non per­eat, sed habeat vitam æter­nam (Jo.III, 15) :

Cessa deci­pere huma­nas crea­tu­ras, eisque æternæ per­di­tio­nis vene­num pro­pi­nare : desine Ecclesiæ nocere et ejus liber­ta­ti laqueos inji­cere. Vade sata­na, inven­tor et magis­ter omnis falIaciæ, hos­tis humanæ salu­tis. Da locum Christo, in quo nihil inve­nis­ti de ope­ri­bus tuis ; da locum Ecclesiæ uni, sanctæ, catho­licæ, eta­pos­to­licæ, quam Christus ipse acqui­si­vit san­guine suo. Humiliare sub poten­ti manu Dei ; contre­misce et effuge, invo­ca­to a nobis sanc­to et ter­ri­bi­li nomine Jesu, quem infe­ri tre­munt, cui Virtutes cœlo­rum et Potestateset Dominationes sub­jectæ sunt ; quem Cherubim et Seraphim inde­fes­sis voci­bus lau­dant dicentes : Sanctus, Sanctus, Sanctus Dominus Deus Sabaoth.

V. Domine, exau­di ora­tio­nem meam.
R. Et cla­mor meus ad te veniat.
V. Dominus vobis­cum.
R. Et cum spi­ri­tu tuo.

Oremus.
Deus cœli, Deus terræ, Deus Angelorum, Deus Archangelorum, Deus Patriarcharum, Deus Prophe-​tarum, Deus Apostolorum, Deus Martyrum, Deus Confessorum, Deus Virginum, Deus qui potes­ta­tem habes dona­re­vi­tam post mor­tem, requiem post labo­rem ; quia non est Deus præ­ter te, nec esse pos­set esse nisi tu crea­tor omnium visi­bi­lium et invi­si­bi­lium, cujus regni non erit finis : humi­li­ter majes­ta­ti glo­riæ tuæ sup­pli­ca­mus, ut ab omni infer­na­lium spi­ri­tuum potes­tate, laqueo, decep­tione et nequi­tia nos poten­ter libe­rare, et inco­lumes cus­to­dire digneris.

Per Christum Dominum nos­trum. Amen.

V. Ab insi­diis dia­bo­li,
R. Libera nos Domine.

V. Ut Ecclesiam tuam secu­ra tibi facias­li­ber­tate ser­vire ;
R. Te roga­mus, audi nos.

V. Ut inimi­cos sanctæ Ecclesiæ humi­liare digne­ris ;
R. Te roga­mus, audi nos.

Ne remi­nis­ca­ris Domine delic­ta nos­tra, vel paren­tum nos­tro­rum : neque vin­dic­tam sumas de pec­ca­tis nos­tris (Tob. III, 3).

Pater nos­ter…
Et asper­ga­tur locus aqua bene­dic­ta.
MAGNIFICAT.

LÉON XIII, Pape.

Notes de bas de page

  1. Eph. VI, 12[]
  2. Sag. II, 23[]
  3. I Cor. VI, 20[]
  4. Apoc. XII, 8–9[]
  5. Jn. VIII, 44[]
  6. IICor. XI, 14[]
  7. Ps. LXXVIII, 8[]
  8. Apoc. XX, 3[]
  9. Luc. VIII, 46[]
  10. Math. XII, 43[]
  11. Luc. XXII, 31[]
  12. I Tim II, 4[]
  13. Philip. II, 8[]
  14. Math. VII, 24[]
  15. Math. XVI, 18[]
  16. Math. XXVIII, 20[]
  17. Jean III, 15[]
  18. Tob. III, 3 – Math. VI, 13[]
fraternité sainte pie X