Pie XI

Instruction sur les erreurs du racisme

13 avril 1938

Condamnations de plusieurs propositions racistes

Rome, le 13 avril 1938.

Révérendissime Seigneur [1],

L’année der­nière, à la veille de la Nativité de Notre-​Seigneur, l’auguste Pontife heu­reu­se­ment régnant, dans son allo­cu­tion aux émi­nents car­di­naux et aux pré­lats de la Curie romaine, par­la avec tris­tesse de la grave per­sé­cu­tion qui sévit, comme tout le monde le sait, contre l’Eglise catholique.

Mais la prin­ci­pale afflic­tion du Saint-​Père vient de ce que, pour excu­ser une si grande injus­tice, on fait inter­ve­nir des calom­nies impu­dentes et qu’on répand par­tout les doc­trines les plus per­ni­cieuses, faus­se­ment colo­rées du nom de scien­ti­fiques, dans le but de per­ver­tir les esprits et d’en arra­cher la vraie religion.En face de cette situa­tion, la S. Congr. des Études enjoint aux Universités et aux Facultés catho­liques d’appliquer tous leurs efforts et leur acti­vi­té à défendre la véri­té contre l’envahissement de ces doc­trines erronées.

Aussi les maîtres devront-​ils s’appliquer, de tous leurs moyens, à emprun­ter à la bio­lo­gie, à l’histoire, à la phi­lo­so­phie, à l’apo­logétique, aux sciences juri­diques et morales, des armes pour réfu­ter avec soli­di­té et com­pé­tence les asser­tions insou­te­nables qui suivent :

  1. Les races humaines, par leurs carac­tères natu­rels et immuables, sont tel­le­ment dif­fé­rentes que la plus humble d’entre elles est plus loin de la plus éle­vée que de l’espèce ani­male la plus haute.
  2. Il faut, par tous les moyens, conser­ver et culti­ver la vigueur de la race et la pure­té du sang ; tout ce qui conduit à ce résul­tat est, par le fait même, hon­nête et permis.
  3. C’est du sang, siège des carac­tères de la race, que toutes les qua­li­tés intel­lec­tuelles et morales de l’homme dérivent comme de leur source principale.
  4. Le but essen­tiel de l’éducation est de déve­lop­per les carac­tères de la race et d’enflammer les esprits d’un amour brû­lant de leur propre race comme du bien suprême.
  5. La reli­gion est sou­mise à la loi de la race et doit lui être adaptée.
  6. La source pre­mière et la règle suprême de tout l’ordre juri­dique est l’instinct racial.
  7. Il n’existe que le Kosmos, ou l’Univers, l’Être vivant ; toutes les choses, y com­pris l’homme, ne sont que des formes diverses s’amplifiant au cours des âges de l’Univers vivant.
  8. Chaque homme n’existe que par l’Etat et pour l’Etat. Tout ce qu’il pos­sède en fait de droit dérive uni­que­ment d’une con­cession de l’Etat.

A ces pro­po­si­tions si dan­ge­reuses, on pour­ra d’ailleurs en ajou­ter faci­le­ment d’autres.

Le Très Saint-​Père, pré­fet de cette Sacrée Congrégation, a l’assu­rance, Révérendissime Seigneur, que vous ne négli­ge­rez rien pour don­ner leur plein effet aux pres­crip­tions conte­nues dans cette lettre.

En m’acquittant du devoir de vous en faire part, je vous exprime mes sen­ti­ments très res­pec­tueux en bai­sant hum­ble­ment la pourpre sacrée.

De votre Excellence révé­ren­dis­sime le très dévoué ser­vi­teur in Christo.

Ernest Ruffini, secré­taire.

Source : Actes de S. S. Pie XI, Tome 18, La Bonne Presse

Notes de bas de page

  1. Cette Instruction sur les erreurs racistes a été envoyée aux rec­teurs des Universités et des Séminaires catho­liques. Pour la France, elle a été adres­sée spé­cia­le­ment à S. Em. le car­di­nal Baudrillart. rec­teur de l’Ins­titut catho­lique de Paris. (Cf. La Croix, 11 mai 1938.) []
fraternité sainte pie X
12 novembre 1923
À l’occasion du IIIe centenaire de la mort de saint Josaphat, martyr, archevêque de Polotsk, pour le rite oriental.
  • Pie XI