27 juin 1906

Réponse de la Commission Biblique Sur l’authenticité mosaïque du Pentateuque

Question 1 : Les argu­ments accu­mu­lés par les cri­tiques pour atta­quer l’authenticité mosaïque des livres saints dési­gnés sous le nom de Pentateuque sont-​ils d’un tel poids que – en dépit des très nom­breux témoi­gnages, pris dans leur ensemble, des deux Testaments, de la per­sua­sion constante du peuple juif et de la tra­di­tion inin­ter­rom­pue de l’Église, et mal­gré les preuves internes tirées du texte même – on ait le droit d’affirmer que ces livres n’ont pas Moïse pour auteur, mais ont été com­po­sés d’éléments pour la plus grande par­tie pos­té­rieurs au temps de Moïse ? 

Réponse : Non.

Question 2 : L’authenticité mosaïque du Pentateuque réclame-​t-​elle néces­sai­re­ment que tout l’ouvrage ait été rédi­gé de telle sorte que l’on doive tenir pour cer­tain que Moïse a écrit de sa propre main ou dic­té à des secré­taires tout l’ouvrage et cha­cune de ses par­ties ? Ou encore peut-​on admettre l’hypothèse de ceux qui estiment que Moïse, après avoir conçu lui-​même son œuvre sous l’inspiration divine, en aurait confié la rédac­tion à un ou plu­sieurs secré­taires qui, tou­te­fois, auraient fidè­le­ment ren­du sa pen­sée et n’auraient rien écrit contre sa volon­té, ni rien omis ; et qu’enfin cet ouvrage ain­si com­po­sé et approu­vé par le même Moïse, auteur prin­ci­pal et ins­pi­ré, aurait été publié sous son nom ? 

Réponse : Non, pour la pre­mière par­tie ; oui, pour la seconde 

Question 3 : Peut-​on admettre, sans por­ter atteinte à l’authenticité mosaïque du Pentateuque, que Moïse, pour com­po­ser son ouvrage, s’est ser­vi de sources, docu­ments écrits ou tra­di­tions orales, aux­quels, sui­vant le but par­ti­cu­lier qu’il se pro­po­sait et sous l’inspiration divine, il a fait quelques emprunts, pre­nant tan­tôt les mots eux-​mêmes, et tan­tôt le sens, résu­mant ou ampli­fiant, et les insé­rant dans son ouvrage ? 

Réponse : Oui.

Question 4 : Peut-​on admettre – l’authenticité mosaïque et l’intégrité du Pentateuque étant sau­ve­gar­dées quant à la sub­stance – que cet ouvrage, à tra­vers de si longs siècles, a subi quelques modi­fi­ca­tions, par exemple : des addi­tions faites après la mort de Moïse par un auteur ins­pi­ré, des gloses des expli­ca­tions inter­ca­lées dans le texte ; des mots et des tour­nures vieillis, tra­duits en un lan­gage plus moderne ; enfin des leçons fau­tives impu­tables à des erreurs de copistes, et qu’il appar­tient à la cri­tique d’examiner et d’apprécier confor­mé­ment à ses principes ? 

Réponse : Oui, le juge­ment de l’Église étant réservé.

fraternité sainte pie X