Pie XII

Discours

3 mai 1939

Le sens de l'attitude de Jésus aux noces de Cana

Donné à Rome, près Saint-​Pierre, le 3 mai 1939

Votre pré­sence, très chers époux, rap­pelle à votre mémoire et à la Nôtre le geste à la fois si déli­cat et si puis­sant rela­té dans le saint Évangile : le geste de Notre Seigneur Jésus-​Christ qui assiste aux noces de Cana en Galilée et qui opère en cette occa­sion son pre­mier miracle. Jésus pré­sent à un repas de noces avec sa très sainte Mère et ses pre­miers dis­ciples : ce n’est certes pas sans de pro­fondes rai­sons que le divin Maître daigne accep­ter, avec bien­veillance pareille invi­ta­tion. C’est là qu’il don­na, pour confir­mer sa divine mis­sion et sou­te­nir la foi de ses pre­miers dis­ciples, le pre­mier signe de sa toute-​puissance, et c’est là que com­men­ça à se mani­fes­ter la puis­sante média­tion de Marie auprès de Dieu en faveur des hommes.

Mais lui, le bon Maître, vou­lut par sa pré­sence appor­ter une béné­dic­tion toute par­ti­cu­lière à ces heu­reux époux, et comme sanc­ti­fier et consa­crer cette union nup­tiale, de même que lors de la Création le Seigneur avait béni les pre­miers parents du genre humain. En ce jour des noces de Cana, le Christ embras­sait de son divin regard les hommes de tous les temps à venir et en par­ti­cu­lier tous les enfants de sa future Eglise ; il bénis­sait leurs noces et accu­mu­lait les tré­sors de grâces que par le grand sacre­ment de mariage il allait déver­ser avec une lar­gesse toute divine sur les époux chrétiens.

Jésus-​Christ a béni et consa­cré aus­si vos noces, chers époux, et la béné­dic­tion que vous avez reçue à l’autel, vous vou­lez la voir confir­mée et comme rati­fiée aux pieds de son Vicaire sur terre ; c’est à cette inten­tion que vous êtes venus à lui.

Nous vous don­nons de tout cœur cette béné­dic­tion, et Nous dési­rons qu’elle demeure tou­jours avec vous et qu’elle vous accom­pagne tout au cours de votre vie. Elle res­te­ra avec vous, si à votre foyer vous faites régner Jésus-​Christ, sa doc­trine, ses exemples, ses pré­ceptes, son esprit ; si, invo­quée, véné­rée, aimée, la Vierge Marie devient la Reine, l’Avocate, la Mère de la nou­velle famille que vous êtes appe­lés à fon­der et si, sous le doux regard de Jésus et de Marie, vous vivez en époux chré­tiens, dignes d’un tel nom et d’une telle profession.

PIE XII, Pape.

fraternité sainte pie X