Vincent Lambert sera-​t-​il condamné à mort ?

Ce 29 mars 2019, le Conseil d’Etat sta­tue­ra sur la déci­sion du tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Chalons-​en-​Champagne (31 jan­vier 2019) d’arrêter l’alimentation et l’hydratation de Vincent Lambert. Cette condam­na­tion à mort de Monsieur Lambert serait un pré­cé­dent juri­dique sur le droit de faire mou­rir un han­di­ca­pé, de sup­pri­mer une vie jugée inutile. Peut-​on en effet par­ler d’acharnement thé­ra­peu­tique lorsque le patient res­pire sans machine et qu’il ne prend pas de médicament ?

Le 29 sep­tembre 2008, Vincent Lambert, 32 ans, est vic­time d’un acci­dent. Après un temps de coma, il se retrouve en « état-​pauci-​relationnel », ou « conscience mini­male plus », ain­si que le pré­ci­se­ra en 2011 l’un des experts mon­diaux des méca­nismes et degrés de la conscience. Ce rap­port pré­co­nise d’essayer d’établir un code de com­mu­ni­ca­tion avec Vincent, preuve qu’il est bien vivant et qu’il a une conscience.

Lors d’une visite, un parent découvre le 20 avril 2013 que Vincent n’est plus nour­ri depuis 16 jours, l’équipe médi­cale ayant déci­dé avec l’accord de l’épouse d’engager une pro­cé­dure d’euthanasie. Suite à une bataille judi­ciaire, le 11 mai, après 31 jours d’arrêt d’alimentation et d’hydratation réduite, le tri­bu­nal désa­voue le méde­cin sur la forme, car il a « oublié » d’informer les parents de la mise en œuvre de la pro­cé­dure. Depuis cette date, les déci­sions de jus­tice se suc­cèdent ; le recours au Conseil d’Etat est l’ultime démarche.

Vincent n’est pas malade, mais il est atteint d’un han­di­cap très sévère, sta­bi­li­sé mais sans réel espoir de réver­si­bi­li­té, com­pa­tible avec une durée de vie de plu­sieurs années. Il n’est abso­lu­ment pas en fin de vie, il n’est pas dans le coma, il res­pire sans machine. Il ouvre les yeux, tourne la tête. Etant capable de déglu­tir, il peut man­ger par la bouche, tel un petit enfant. Mais il ne parle pas, et il n’a pas été pos­sible d’établir de code de com­mu­ni­ca­tion fiable, car il ne donne aucun signe de réac­tion immé­dia­te­ment inter­pré­table. Il par­vient cepen­dant à atti­rer l’attention sur lui en agi­tant sa jambe gauche pour signa­ler un inconfort.

Mais cette bataille n’est pas d’aujourd’hui. Le 15 décembre 1940, Pie XII condam­nait les meurtres par une cer­taine dic­ta­ture des vies jugées inutiles… Prions.

Pour en savoir plus : http://www.jesoutiensvincent.com/chronologie-complete-de-laffaire-vincent-lambert/

Sources : La Porte Latine du 27 mars 2019

A lire aussi

L’euthanasie en ques­tion, par Mgr Bernard Tissier de Mallerais
Le pro­jet scé­lé­rat de la loi Claeys-​Léonetti – Abbés Christian Bouchacourt et Denis Puga
L’Eglise catho­lique et l’eu­tha­na­sie, abbé F. Castel
Qu’est-​ce que l’eu­tha­na­sie ?, par M. l’ab­bé Denis Quigley

Les vidéos qui donnent une toute autre vision que celle des « euthanasistes » dans l’affaire Lambert

04 mars 2014 – Vincent Lambert, un sort sus­pen­du à la Loi [09′ 26″]
24 juin 2014 – Lambert : les révé­la­tions de sa maman [03′ 24″]
24 juin 2014 – Entretien avec le Professeur X. Ducrocq, l’un des experts qui ont exa­mi­né Vincen [02′ 18″]
24 juin 2014 – M° Jérome Triomphe : Vincent n” a pas deman­dé à mou­rir [01′ 51″]