Gilly : l’église Saint-​Lambert accueille la communauté musulmane

Ni Rome, ni l’évêque de Tournai ne sont encore intervenus publiquement

Un article du « Quotidien d’Oran »

Des musul­mans accom­plis­sant la prière du ven­dre­di dans une église. Cela se passe en Belgique, pays qui a inter­dit dans les lieux publics le port du voile inté­gral, consi­dé­ré à tort comme une obli­ga­tion islamique.

Une église accueillant des dizaines de musul­mans pour la prière du ven­dre­di, voi­là une scène qui secoue depuis quelques semaines, en Belgique, les esprits adhé­rents au « choc des civi­li­sa­tions ». A Gilly, ville située à quelques kilo­mètres de Charleroi en Wallonie fran­co­phone et peu­plée de quelque 25.000 habi­tants, vit une com­mu­nau­té musul­mane com­po­sée, essen­tiel­le­ment, d’immigrés maghrébins.

Leur mos­quée (ils ont en une) n’est pas dis­po­nible en rai­son de tra­vaux de réno­va­tion et tra­cas­se­ries admi­nis­tra­tives. Ayant appris la nou­velle, le curé de l’église Saint-​Lambert de Gilly, le père Henry Rémy, a sai­si l’occasion pour nouer, à son niveau, un dia­logue sin­cère entre musul­mans et chré­tiens. Le curé a invi­té les musul­mans à accom­plir la prière col­lec­tive du ven­dre­di en son église. L’imam et les fidèles musul­mans ont sai­si à leur tour l’occasion pour répondre, à leur niveau, à cette invi­ta­tion au dia­logue, à la prière, à la com­mu­nion entre leurs com­mu­nau­tés reli­gieuses. Et c’est ain­si que les télé­vi­sions belges se sont pré­ci­pi­tées pour fil­mer la scène « étrange » qui se déroule, depuis le début du mois de mai, chaque ven­dre­di dans l’église Saint-​Lambert : les bom­beuses chaus­sures au seuil de l’église, le dérou­le­ment des tapis de prière, les fidèles ali­gnés en ordre de prière et l’imam usant de l’autel de l’église comme mih­rab pour son prêche et la voix du muez­zin jaillis­sant… du clo­cher de l’église.

Interrogé par les repor­ters de télé, l’imam a tenu à pré­ci­ser que le rite de la prière en islam inter­dit les repré­sen­ta­tions ido­lâtres ou objets de culte, et c’est avec l’accord du curé que ce genre de repré­sen­ta­tions (sta­tuettes) sont cou­vertes au regard durant la prière. Les camé­ras de télé n’ont pas man­qué de fixer leurs objec­tifs sur la croix chré­tienne, haut pla­cée à la limite de la voute de l’église, ain­si que la sta­tue de Jésus, toutes deux dif­fi­ciles à « cacher ». Puis le com­men­taire du jour­na­liste : « des musul­mans priant sous le regard de Jésus ». Le père Henry Rémy, 90 ans, quelque peu éton­né par l’intérêt des médias à son geste a expli­qué (rap­pe­lé) : « On prie le même dieu, mais dif­fé­rem­ment. Chacun a sa façon de prier » avant d’ajouter : « Cela a fait un petit boom pour les chré­tiens d’ici qui se disent : mais qu’est-ce que c’est ? C’est simple et c’est clair ! Maintenant, le tout est d’amorcer des dialogues. »

Un article de « Riposte catholique »

Charleroi : tous les ven­dre­di, l’église Saint-​Lambert devient une mos­quée le temps des tra­vaux de la mos­quée de Gilly et avec la béné­dic­tion du Père Henry Rémi qui juge que « c’est un geste natu­rel entre croyants et qu’il serait content de voir autant de gens à sa messe ».

Pas sûr que cau­tion­ner une fausse reli­gion puisse don­ner envie de deve­nir ou de res­ter catholique…

Chaque ven­dre­di, les objets de culte catho­lique sont mas­qués (il ne fau­drait pas cho­quer les croyants musul­mans !) et des tapis sont dérou­lés dans le choeur. Ce cirque dure depuis plus de deux semaines et doit ces­ser le 14 mai.

Le doyen André Friant approuve. Mais l’évêque de Tournai, Mgr Guy Harpigny, que nous avons eu au télé­phone, ne « cau­tionne abso­lu­ment pas ».

« Ce prêtre très âgé, mal­heu­reu­se­ment tou­jours en fonc­tion, n’en fait qu’à sa tête depuis tou­jours et il est sou­te­nu par son doyen… Que voulez-​vous que je fasse ? J’ai été mis devant le fait accom­pli à mon retour d’un voyage à Rome. Un accord avait été signé pour 3 ven­dre­di. Je ne peux quand même pas envoyer la police pour faire fer­mer les portes de l’église… »

Mgr Harpigny n’entretient aucun contact avec le Père Rémi. Il est conscient que ce prêt d’un lieu de culte catho­lique à des musul­mans, en plus d’être inter­dit par Rome, a cho­qué : « j’ai reçu des lettres de fidèles ».

Membre de la Commission inter­dio­cé­saine des rela­tions avec l’islam, il dénonce « ces gens qui se croient plus malins que le pape ou leur évêque et qui n’ont aucune idée des réper­cus­sions pour les chré­tiens dans les pays musul­mans. Quand en Egypte, des musul­mans au cou­rant du pré­cé­dent de Charleroi vont récla­mer le droit de prier dans les églises, qu’est-ce qu’on va leur répondre ? »

Mgr Harpigny n’a pas encore réagi publi­que­ment à ce véri­table scan­dale mais « lors d’une mani­fes­ta­tion publique, j’en par­le­rai ».

Vidéo du scandale de l’église de Gilly « prêtée » aux musulmans [02′ 11″]

Réalisé et pro­duit par la RTL-TVI