logos-lpl-separator-blc

Confrérie pour la délivrance des âmes délaissées du purgatoire

Objectif

L’objectif de la « Confrérie des Âmes Bénites » est très simple : Promouvoir et cana­li­ser la dévo­tion aux âmes du pur­ga­toire, en acqué­rant des obli­ga­tions très faciles à faire, pour for­mer une com­mu­nau­té de prières pour les âmes bénites, en par­ti­cu­lier pour :

  • Nos familles
  • Les prêtres, reli­gieux et religieuses
  • Les âmes « perdues »

Sans oublier que la pro­messe est faite à Dieu, à nos âmes et à notre conscience ! (Il est évident que si on est en voyage, on n’a pas les prières sur nous, et pas Internet pour les voir sur ce site, ce n’est pas grave. Par contre, si vous savez posi­ti­ve­ment que vous ne pou­vez ou vou­lez plus appar­te­nir à la confré­rie, faites-​le savoir).

Souvenez-​vous que le retour est au cen­tuple ! Il faut savoir que les prières faites pour une âme qui se trouve déjà au Paradis, seront tou­jours appli­quées à une âme choi­sie de Dieu. Dans le mal­heu­reux cas d’une prière pour une âme dam­née, les prières pro­fitent à l’émetteur.

Statut

Article 1º : Chaque membre de cette Confrérie fait la pro­messe de :

  • 1.1. Réciter, pen­dant le mois de Novembre, trois neu­vaines aux inten­tions des âmes « perdues ».
  • 1.2. Réciter, chaque jour du mois de Mai, une dizaine du cha­pe­let pour la déli­vrance des prêtres, reli­gieux et reli­gieuses du purgatoire..
  • 1.3. Réciter chaque lun­di les lita­nies pour les âmes du pur­ga­toire.
  • 1.4. Réciter chaque jour (sauf pen­dant les mois de mai et novembre) la prière « pour chaque jour de la semaine” :

Je Vous offre, ô mon Dieu, tout ce que j’ai fait ou ferai et tout ce que j’ai obte­nu ou obtien­drais, aujourd’­hui de mérites devant Vous, pour le sou­la­ge­ment des âmes du pur­ga­toire, par­ti­cu­liè­re­ment aux inten­tions de ce jour.

  • 1.5. Réciter chaque jour la prière à Notre Dame auxi­lia­trice des âmes du purgatoire :

« Ô GLORIEUSE Vierge Marie, nous croyons que Dieu vous a don­né toutes grâces pour adou­cir les peines des âmes du pur­ga­toire et même pour les déli­vrer, c’est pour­quoi nous nous tour­nons vers vous avec confiance.

Ô VIERGE Marie, c’est à la porte de votre Cœur mater­nel que nous venons frap­per. Voyez les peines immenses qu’en­durent les âmes plon­gées dans le feu puri­fi­ca­teur, voyez les tour­ments des âmes pri­vées de la jouis­sance de Dieu qu’elles ont entre­vu un court ins­tant, voyez leur impuis­sance à se pro­cu­rer le moindre sou­la­ge­ment, voyez leur rési­gna­tion et leur sou­mis­sion à la jus­tice divine.

Ô MÈRE de misé­ri­corde, nous vous en sup­plions, visi­tez les pauvres âmes et apportez-​leur récon­fort, sou­la­ge­ment et consolation.

Ô VIERGE puis­sante, vous dont les mérites sont immenses, abré­gez le temps de leur expiation.

Ô REINE du ciel, nous osons enfin vous deman­der de déli­vrer le plus d’âmes pos­sible, lors de cha­cune de vos visites.

Ô MÈRE de bon­té, nous vous prions plus par­ti­cu­liè­re­ment pour les âmes délais­sées du purgatoire.

Ainsi soit-​il

Lettre d’approbation du Supérieur Général

Approuvée le 10 jan­vier 1987 par l’ab­bé Frantz Schmitberger (FSSPX)

« Cher Monsieur l’Abbé, »

« Je ne peux que vous féli­ci­ter de tout cœur pour l’i­ni­tia­tive de fon­der la Confrérie pour la déli­vrance de âmes délais­sées du pur­ga­toire, et j’ap­prouve par­fai­te­ment les sta­tuts que vous m’a­vez sou­mis pour examen. »

« Cette ouvre de cha­ri­té toute dés­in­té­res­sée, de misé­ri­corde la plus pure, sera un moyen puis­sant de glo­ri­fier Dieu dans ses grâces dis­pen­sées à tra­vers son église rédemp­trice, et de louer sans cesse Notre Seigneur Jésus-​Christ pour les bien­faits de son Sacrifice de la croix conti­nué sur nos autels. Que donc la Très Sainte Vierge vous aide à étendre lar­ge­ment cette Confrérie, et que toutes les âmes déli­vrées, dans le com­bat pour l’é­glise aujourd’­hui, nous soient des inter­ces­seurs puis­sants auprès du Trône de la Grâce ! »

« Requiem aeter­nam dona eis Domine et lux per­pe­tua luceat eis. »

Rickenbach, le 10 jan­vier 1987.
Abbé Franz SCHMITBERGER, Supérieur Général