logos-lpl-separator-blc

Tiers-​Ordre du Carmel – Fraternité Saint-Jean-de-la-Croix

“Ordre de Notre-​Dame du Mont-​Carmel connaît un bel essor par­mi les Catholiques fidèles à la Tradition puisque, à par­tir du Carmel de Quiévrain, long­temps diri­gé par la regret­tée Révérende Mère Marie-​Christiane du Saint-​Esprit, sœur de Mgr Lefebvre, les fon­da­tions se sont mul­ti­pliées en divers pays du monde, à tel point qu’il y a désor­mais 4 Carmels.

Il est vrai que celui que Notre-​Seigneur appelle « l’Ordre de ma Mère » cor­res­pond à un besoin constant de l’Église et notam­ment dans les périodes de crise. A la voca­tion contem­pla­tive du Carmel s’a­joute une voca­tion apos­to­lique. A la vie éré­mi­tique, son « fon­da­teur », le pro­phète Élie, joi­gnait la prière d’in­ter­ces­sion qui valut à Israël son salut au moment où tout sem­blait per­du. De même « ayant appris de quelles ter­ribles épreuves souf­frait la France, les ravages qu’y avaient déjà faits les Luthériens, et les déve­lop­pe­ments que pre­nait leur mal­heu­reuse secte », sainte Thérèse de Jésus « répan­dait des larmes auprès du Seigneur et le sup­pliait d’ap­por­ter un remède à un tel mal ». Le paral­lèle n’est que trop facile à faire entre la situa­tion de l’Église aujourd’­hui et celle de la chré­tien­té d’a­lors ou celle d’Israël enfon­cé dans l’i­do­lâ­trie et le péché au temps d’Élie.

L’ORDRE DE LA VIERGE

Vers 1150, à l’ins­tar de saint Élie et des soli­taires qui avaient habi­té la Sainte Montagne, saint Berthold et des Latins des croi­sades embras­sèrent la vie éré­mi­tique dans la tra­di­tion des Pères du désert et des Moines d’Orient. En 1209 vrai­sem­bla­ble­ment, saint Albert, patriarche de Jérusalem, leur don­nait une Règle. La pre­mière fon­da­tion en Occident se fit à Valenciennes vers 1224, mais le « pas­sage » n’eut lieu qu’en 1238 à la suite des pro­grès des Sarrasins, qui devaient mas­sa­crer les der­niers Carmes d’Orient après la chute de St-​Jean-​d’Acre en 1291. Chassé de Terre Sainte et mal accueilli en Terre Chrétienne, « l’Ordre de Sainte Marie » faillit dis­pa­raître. C’est alors que vers 1251, la Reine du Carmel appa­rut à son prieur géné­ral, saint Simon Stock, accom­pa­gnée d’une mul­ti­tude d’anges, et tenant en sa main le sca­pu­laire de l’Ordre, Elle lui dit : « Reçois, mon cher fils, ce sca­pu­laire de ton Ordre, comme le signe dis­tinc­tif et la marque du pri­vi­lège que j’ai obte­nu pour toi et les enfants du Carmel ; c’est un signe de salut, une sau­ve­garde dans les périls et le gage d’une paix et d’une pro­tec­tion spé­ciale jus­qu’à la fin des siècles. Celui qui mour­ra revê­tu de cet habit sera pré­ser­vé des feux éter­nels ». Le saint prieur se leva récon­for­té, fit part à ses fils des pro­messes de Notre-​Dame, et à par­tir de ce temps, l’Ordre, déga­gé de tout péril, pros­pé­ra mer­veilleu­se­ment. En 1347, le pape Innocent IV avait fina­le­ment accor­dé aux « Frères de la Vierge » une adap­ta­tion de leur Règle qui leur per­met­tait de prendre place auprès des nou­veaux ordres men­diants, domi­ni­cain et fran­cis­cain. Le pres­tige de « l’ha­bit de la Vierge » devint tel que l’on prit l’ha­bi­tude de le confé­rer même à des laïcs.

De la guerre de Cent Ans et des nom­breuses misères qui l’ac­com­pa­gnèrent naquit une nou­velle adap­ta­tion, la miti­ga­tion de la Règle accor­dée par le Pape Eugène IV en 1432. C’est de l’ef­fort ten­dant à reve­nir à la Règle Primitive que devait sur­gir la Réforme de sainte Thérèse de Jésus avec la fon­da­tion du pre­mier monas­tère des Carmélites Déchaussées en 1562. Saint Jean de la Croix allait éta­blir simul­ta­né­ment des monas­tères de Carmes Déchaux. C’est qu’un siècle plus tôt, en 1451, le bien­heu­reux Jean Soreth, Général de l’Ordre, avait déci­dé l’a­gré­ga­tion de cou­vents de moniales – ce fut le second Ordre – et la créa­tion d’un Tiers-​Ordre, qui devait per­mettre aux laïcs eux-​mêmes de par­ti­ci­per à la vie de prière et de sacri­fice du Carmel, tout comme à sa spi­ri­tua­li­té et à ses privilèges.

Providentiellement munie de tous les pou­voirs requis et de l’as­su­rance du sou­tien le plus dévoué, Mère Marie-​Christiane du Saint-​Esprit fon­da un Carmel en 1977 et le trans­fé­ra à Quiévrain en 1978. C’est Mgr Lefebvre qui pro­cé­da cette année-​là à la béné­dic­tion de sa cha­pelle. Le Tiers-​Ordre devait être lui aus­si ins­tau­ré selon les mêmes prin­cipes de fidé­li­té à l’Église et à sa Tradition.

LE TIERS-​ORDRE

n Tiers-​Ordre est le troi­sième Ordre d’une grande famille reli­gieuse, le pre­mier Ordre grou­pant les reli­gieux, le second Ordre les reli­gieuses. Un Tiers-​Ordre sécu­lier (à la dif­fé­rence d’un Tiers-​Ordre régu­lier com­po­sé de membres vivant en com­mu­nau­té) est « une asso­cia­tion de per­sonnes qui, tout en res­tant dans le monde, se pro­posent de tendre à la per­fec­tion chré­tienne, dans la mesure la plus com­pa­tible avec leur état », en étant unies à un Ordre reli­gieux. Ainsi le Tiers-​Ordre sécu­lier car­mé­li­tain se rattache-​t-​il à l’Ordre du Carmel en sui­vant son esprit. L’admission se fait après trois mois de pré­pos­tu­lat, un an de pos­tu­lat, et un an – voire un an et demi – de novi­ciat. Les frères et sœurs ter­tiaires – le Tiers-​Ordre est mixte – font alors les vœux d’o­béis­sance (« uni­que­ment sur ce qui leur est com­man­dé par les Supérieurs selon la teneur de la Règle ») et de chas­te­té selon leur état.

L’esprit du Tiers-​Ordre est avant tout un esprit de prière et de contem­pla­tion. La prière doit être fon­dée sur celle de l’Église ; aus­si les ter­tiaires sont-​ils tenus à la réci­ta­tion du Petit Office de la Sainte Vierge (à moins qu’ils ne récitent déjà inté­gra­le­ment le Grand Office), ou, s’ils ne peuvent pas lire, à vingt-​cinq « Pater » et « Ave ». L’oraison men­tale a une place toute par­ti­cu­lière au Carmel comme l’a notam­ment sou­li­gné sainte Thérèse ; aus­si les ter­tiaires y consacrent-​ils une demi-​heure chaque jour (ou une heure pour les prêtres). Prolongée par l’exer­cice de la pré­sence de Dieu, elle leur per­met de s’u­nir inti­me­ment à Lui. Ils s’a­donnent éga­le­ment à la lec­ture spi­ri­tuelle, qui les nour­rit de Sa doc­trine, et à l’exa­men de conscience, qui les aide à mieux se connaître et à se réformer.

Ils s’ap­puient sur les sacre­ments. C’est pour­quoi il leur est deman­dé, si pos­sible, d’as­sis­ter tous les jours à la messe (tra­di­tion­nelle, cela va sans dire) et d’y com­mu­nier. Ils s’aident de la péni­tence par les jeûnes et abs­ti­nences pres­crits par l’Église, et par la Règle.

Enfin toutes ces obli­ga­tions doivent mener à une véri­table pié­té, pro­fonde et éclai­rée, à une cha­ri­té qui rayonne par les ver­tus de patience et de dou­ceur, et à un esprit de dis­cré­tion et de fidé­li­té dans l’ac­com­plis­se­ment du devoir d’état.

Les ter­tiaires sécu­liers car­mé­li­tains doivent res­ter unis aux monas­tères du Carmel pour en gar­der l’es­prit. Ils essaient donc de s’y rendre de temps à autre. Ils reçoivent le bul­le­tin men­suel du Carmel de Quiévrain, où ils trouvent une aide spirituelle.


Abbé Louis-​Paul Dubroeucq †
, Octobre 2022

Pour tout renseignement

Directeur du Tiers Ordre

M. l’ab­bé Dubroeucq au sémi­naire de Flavigny tél : 03 80 96 20 74

Adresse pos­tale :

M. l’ab­bé Dubroeucq
Séminaire Saint-Curé-d’Ars 
Maison Lacordaire
rue Saint Dominique
21150 Flavigny-sur-Ozerain

Monastères de langue française

Belgique

Carmel du Sacré-Cœur
Rue des Wagons, 16
7380 Quievrain
BELGIQUE
00 32 65 45 79 22
00 32 65 45 86 37

France

Carmel du
Cœur Immaculé de Marie
1105 route du Barrail
33220 EYNESSE FRANCE
05 57 41 07 67
05 57 41 00 16

Suisse

Carmel Marie Reine des Anges
Cremières
1071 Chexbres
SUISSE
00 41 21 946 29 10

Autre monastère

USA – Aumônerie assu­ré par le prieu­ré de Post Falls

Carmel of the Holy Trinity
4027 S. Wilbur Road
Spokane, WA 99206 – 9407
U.S.A
00 1 208 773 74 42