Communiqué de Credo de Février-​Mars 2006

CREDO n° 173 (Février-​Mars 2006)

« i héré­tique, ni schis­ma­tique » : tel est le titre d’un dépliant que la Fraternité Sacerdotale Saint-​Pie X a mis à notre dis­po­si­tion depuis quelques années déjà pour don­ner à nos parents, amis, etc. pour leur faire com­prendre et accep­ter, si pos­sible, notre situa­tion dans l’Eglise, Une, Sainte, Catholique et Apostolique. Malgré cela et beau­coup d’autres essais, nous sommes tou­jours des parias.

Mais voi­là que le 13 novembre der­nier, le car­di­nal Castrillon Hoyos, lors d’un entre­tien don­né à la chaîne de TV Canal5, fait la décla­ra­tion sui­vante en par­lant de la FSSPX et de ses fidèles, c’est-​à-​dire de nous-mêmes :

« Nous ne sommes pas face à une héré­sie. On ne peut pas dire en termes cor­rects, exacts, pré­cis qu’il y ait un schisme. Il y a, dans le fait de consa­crer des évêques sans le man­dat pon­ti­fi­cal, une atti­tude schis­ma­tique. Ils sont à l’in­té­rieur de l’Eglise. Il y a seule­ment ce fait qu’il manque une pleine, une plus par­faite – comme cela a été dit durant la ren­contre avec Mgr Fellay – une plus pleine com­mu­nion, parce que la com­mu­nion existe ». 

Ce n’est que durant la der­nière semaine de 2005 que j’ai pris connais­sance sur inter­net dans le site de la FSSPX de cet évé­ne­ment, grâce à l’é­di­to­rial du Supérieur du dis­trict de France qui en a fait une très large ana­lyse, comme il se devait. Car dans la presse quo­ti­dienne ou pério­dique, dite amie, ou de la droite catho­lique et fran­çaise, c’é­tait le silence, comme furent pas­sés sous silence les 2000 pèle­rins qui se ren­dirent à Fatima au Portugal en août der­nier, ain­si que les 7000 qui se retrou­vèrent à Lourdes les 22,23 et 24 octobre. Pensez-​donc, Rome recon­naît offi­ciel­le­ment que la FSSPX non seule­ment n’est ni héré­tique, ni schis­ma­tique, mais que sans être en par­faite com­mu­nion, elle est dans l’Eglise Catholique.

Mais que faudra-​il pour que la FSSPX et les fidèles qui fré­quentent ses cha­pelles soient en pleine com­mu­nion avec la Rome actuelle ? Il fau­dra que la Rome actuelle, cette Rome moder­niste, comme la nom­mait Mgr Lefebvre, fasse sa contre-​Révolution, c’est-​à-​dire un anti-​Vatican II, se « déral­lie » de la Révolution Conciliaire qui la dévore à petits feux.

L’origine de ces maux, c’est 1789, bien sûr et sa conti­nui­té inin­ter­rom­pue : Le ral­lie­ment des catho­liques à la démo­cra­tie répu­bli­caine, impo­sé par Léon XIII, a ame­né inévi­ta­ble­ment la sépa­ra­tion de l’Eglise et de l’Etat de 1905, etc . . Il paraît que Léon XIII, à la fin de sa vie aurait dit, en voyant les consé­quences de sa décision :

« Ils nous ont bien eus ! ».

Aujourd’hui la Révolution, s’é­tant empa­rée de l’Eglise lors du der­nier Concile, sou­hai­te­rait que nous nous ral­liions à toutes les erreurs que son Modernisme entraîne. Cela nous est impos­sible et les auto­ri­tés qui dirigent le FSSPX en sont bien conscientes. Elles savent que, aus­si long­temps que la Rome Moderniste véhi­cu­le­ra ses erreurs, nous ne pour­rons être en com­mu­nion pleine, entière et par­faite avec cette der­nière. Rappelons-​nous ce que disait Mgr Lefebvre à Ecône en mars 1975 :

« Nous ne vou­lons pas nous sépa­rer de l’Eglise ; au contraire, nous vou­lons que l’Eglise conti­nue ! Une Eglise qui rompt avec son pas­sé, ce n’est plus l’Eglise catho­lique. Il n’y a qu’une Eglise catho­lique, c’est celle qui conti­nue la Tradition ; c’est pour­quoi je n’hé­site pas à dire : vous êtes l’Eglise catho­lique ! Pourquoi ? Parce que vous conti­nuez ce que l’Eglise a tou­jours fait ».

Il nous faut, nous autres laïcs, tenir fer­me­ment mais sur­tout prier et faire des sacri­fices afin que les auto­ri­tés et tous les prêtres de la Fraternité n’aient pas à connaître les affres qu’a connues Mgr Lefebvre en 1987–1988 durant les négo­cia­tions avec Rome pour le sacre des évêques. Il serait catas­tro­phique pour l’Eglise catho­lique qu’un jour le Supérieur de la FSSPX en soit à redire les paroles Léon XIII : « Ils nous ont bien eus!.

Soutenons la FSSPX ; sans elle, la Révolution anti-​catholique aurait gagné sur tous les fronts. Faisons fi des can­cans, des rumeurs et des méchan­ce­tés sou­vent pro­fé­rées à son encontre. Ce n’est pas pour nous que nous menons le bon com­bat, mais pour l’Eglise, fon­dée par Notre Seigneur Jésus-​Christ et confiée par Lui à saint Pierre, afin qu’Elle reprenne le che­min qui fût le sien depuis la Pentecôte jus­qu’à ce funeste concile Vatican II.

L’ouvre, éta­blie par Mgr Lefebvre, ne peut périr. En reli­sant les textes, articles et autres docu­ments, parus dans les années 1970–1990, nous nous aper­ce­vons que Mgr, avec sa pru­dence, son cou­rage, son calme et sa foi, a vrai­ment été ins­pi­ré par le Saint-​Esprit pour nous gar­der sur les rails de la Révélation et de la Tradition catholique.

Le 28 décembre 2005

Jean BOJO

Pour plus de renseignements

Credo

Revue bimes­trielle de l’as­so­cia­tion « Credo » :

« « Le bul­le­tin bimes­triel CREDO est le bul­le­tin de l’Association du même nom. Cette Association catho­lique se veut être, tant dans le domaine spi­ri­tuel que tem­po­rel, un sti­mu­lant pour les fidèles, un ciment pour pré­ser­ver la foi catho­lique, main­te­nir la Messe de tou­jours et trans­mettre toute la Révélation et la Tradition de l’Eglise Catholique, dans le sillage de la Fraternité Sacerdotale Saint-​Pie‑X.»»

Président de l’as­so­cia­tion : Jean BOJO

11, rue du Bel air
95300 ENNERY

33 (0)1 30 38 71 07
credocath@aol.com

Secrétariat admi­nis­tra­tif :

Chez le Président, voir ci-​dessus. C.C.P. 34 644–75 Z – La Source.

Abonnement et ventes

Abonnement simple : 15 euros par an pour 6 numéros
Abonnement et cotisation :
– Membre actif : 30 euros.
– Membre dona­teur : 40 euros.
– Membre bien­fai­teur : 80 euros.

CREDO est en vente dans les cha­pelles ou à défaut au Secrétariat.