Credo n° 178

Le mot du Président

CREDO n° 178 (novembre-​décembre 2006)

hers amis,

« … je te mon­tre­rai le che­min du Ciel » :

Nous connais­sons ces paroles du jeune prêtre arri­vant le 13 février 1818 dans la paroisse dont il venait d’être nom­mé curé et dans laquelle il res­ta jus­qu’à sa mort le 4 août 1859, l’âge de 73 ans.

Notre jeune abbé avait du mal à étu­dier, mais sa pié­té et sa vie spi­ri­tuelle pro­fonde déci­dèrent ses Supérieurs à lui confé­rer le sacre­ment de l’Ordre. Que fit le nou­veau curé de ce vil­lage per­du et incon­nu dans les Dombes ? Des céré­mo­nies péni­ten­tielles ? Non, Il pas­sa sa vie au confes­sion­nal. Les pécheurs accou­rurent de la France et même de l’Europe entière pour être absout par ce curé. Pour lui, la messe était-​elle une réunion pour « entendre l’Evangile » comme le décla­ra Mgr Riocreux, évêque de Pontoise, lors d’une messe télé­vi­sée ? Où une assem­blée pour « célé­brer la Résurrection », comme le dit Mgr Vingt-​trois, arche­vêque de Paris, un autre dimanche à cette même messe télé­vi­sée ? Non ! Le saint curé d’Ars ne « pré­si­dait pas l’Eucharistie », comme l’on dit aujourd’­hui, mais il célé­brait la Sainte Messe, renou­vel­le­ment non san­glant du sacri­fice de la Croix : « Introïbo ad altare Dei… »

Pour mon­trer notre fidé­li­té à la Messe de tou­jours, nous avons envoyé un com­mu­ni­qué le 21 sep­tembre au District de France de la FSSPX. Ce com­mu­ni­qué a été mis sur le site inter­net de la FSSPX.

Cette dérive du voca­bu­laire que nous citons, n’est pas inno­cente : la Sainte Messe est deve­nue un office pro­tes­tant ; ce qu’a­vait très bien vu Mgr Lefebvre. Autre exemple, concer­nant la Très Sainte Vierge et enten­du sur radio Notre-​Dame, lors d’une émis­sion où devait débattre catho­liques et pro­tes­tants : « Nous allons par­ler de la Vierge Marie » annon­ça le pré­sen­ta­teur catho­lique. « Non, de Marie » : rétor­qua vive­ment un pro­tes­tant. Pour cer­tains les mots ont une signi­fi­ca­tion. Quel bel exemple œcuménique !

Ratisbonne, Post-​scriptum :

Nous ne revien­drons sur le fond du dis­cours juste pour dire que Notre Seigneur est né à Bethléem à l’é­poque où Il était atten­du dans tout le bas­sin médi­ter­ra­néen. Les phi­lo­sophes grecs avaient conduit l’é­tude de la Sagesse à son terme. Ils appro­chaient de la Théologie, car la vraie sagesse conduit inévi­ta­ble­ment à Dieu, qui est la Sagesse même. C’en était à un point tel, que saint Paul trou­va à Athènes un autel dédié « à un Dieu incon­nu ». Lorsque l’Apôtre, par­lant de ce Dieu incon­nu devant l’a­réo­page, en vint à évo­quer la résur­rec­tion des morts, ces grecs l’in­ter­rom­pirent : « nous t’en­ten­drons la-​dessus un autre jour » (act17,22–32). Mais le lien était fait et les conver­sions se firent. l’Eglise grecque devint pros­père : Corinthe, Ephèse, etc…

Nous sou­li­gne­rons seule­ment que le Vatican, dans l’é­di­tion défi­ni­tive du fameux dis­cours, a cru bon de mettre un post-​scriptum, écrit de la main même du St Père. Dans ce post-​scriptum nous extra­yons ceci : « … cette phrase n’ex­prime pas ma propre posi­tion sur le Coran, devant lequel je res­sens le res­pect qui est dû au saint livre d’une grande reli­gion … ». Jean-​Paul II a embras­sé le Coran ; Benoît XVI le qua­li­fie de « saint livre ». Nihil novi sub soli !

Que pen­se­ra Sœur Pilar Vilasanjuan, mis­sion­naire espa­gnole à Lahore au Pakistan lors­qu’elle pren­dra connais­sance de ce post-​scriptum. Cette reli­gieuse décla­rait récem­ment à l’a­gence vati­cane Zenith :

» J’ai vu tom­ber les croix de toutes les églises ; ils veulent que nos temples aient des toits plats, sans croix, afin que l’on ne remarque pas que ce sont nos églises …Les chré­tiens souffrent ici tous les jours, non pas du fait de manque de nour­ri­ture ; mais ils sont chas­sés des usines parce qu’ils sont chré­tiens … En Europe nous ne sommes pas sou­te­nus, on sou­tient l’Islam ; mais plus ils obtiennent la-​bas de consi­dé­ra­tion, plus ils sont durs à notre égard ici … Aujourd’hui être mis­sion­naire dans cer­taines régions est dan­ge­reux, et les prières aident à aller de l’a­vant … Les mis­sion­naires, qui tra­vaillent dans les pays musul­mans, ont sur­tout besoin de prières. Les into­lé­rances se mul­ti­plient en ven­geances, grandes et petites ».

Dans une conver­sa­tion pré­cé­dente, cette reli­gieuse déclarait :

« il y a cinq minutes, j’ai conduit hors du pays une famille mena­cée parce qu’elle était chrétienne ».

Pèlerinage de Lourdes

Cette année, le pèle­ri­nage du Christ-​Roi à Lourdes a atti­ré quelques 8000 fidèles de la Tradition, der­rière les prêtres de la FSSPX. La nuit d’a­do­ra­tion dans la basi­lique du Rosaire a vu prier pra­ti­que­ment tous les pèle­rins. La Très Sainte Vierge n’a pas pu ne pas être tou­chée par tant de fer­veur. Nous avons fait un article, très bref, que nous repro­dui­sons à la fin de ce numé­ro. Le jour­nal Présent, qui jusque là était absent de nos pèle­ri­nages (Fatima, Lisieux, Lourdes) l’a repris dans son édi­tion du 4 novembre.

Nouvelle année liturgique.

Lorsque ce Bulletin paraî­tra, nous serons déjà dans le temps de l’Avent, dans l’at­tente de la venue de Notre Sauveur. Attente pleine d’es­pé­rance, presque joyeuse, puisque le chant de l’Alleluya n’a pas été sup­pri­mé durant la Sainte Messe. Nous prie­rons pour ce Noël soit vrai­ment un Noël de « Paix pour les hommes de bonne volon­té ». Cette paix, cette séré­ni­té ne peuvent être don­nées que par le saint Enfant de la crèche. Notre tâche est de le faire com­prendre à notre entou­rage, à notre France, dont la Maman de ce saint Enfant, est la patronne. « Ora et Labora ». Maintenons le cap et prê­chons Notre Seigneur à temps et à contre-​temps, à l’exemple de saint Paul.

Remerciements.

Je ne puis clore ce mot sans vous remer­cier sin­cè­re­ment pour le sou­tien que vous appor­tez à notre, à votre bul­le­tin tant par les abon­ne­ments que par les achats dans nos cha­pelles, mais aus­si par les mots d’en­cou­ra­ge­ment qui accom­pagnent vos envois. J’ajouterai un seul regret ; les années passent nous ne rajeu­nis­sons pas ; nous retour­nons dou­ce­ment vers le Père les uns après les autres … Il nous faut assu­rer la relève dans tous les domaines, y com­pris dans la recherche de nou­veaux abon­nés et coti­sants à CREDO.

Bonne et sainte fête de Noël

Jean BOJO

LOURDES : Adoration nocturne dans la Basilique N.D du Rosaire

La basi­lique Notre-​Dame du Rosaire est res­tée ouverte toute la nuit du dimanche 29 octobre pour une ado­ra­tion noc­turne devant le Très Saint Sacrement. Quel moment splen­dide ! Heureuse nuit, pour­rions nous dire ! Prier Notre Seigneur, notre Roi, pré­sent sur l’au­tel, enve­lop­pé dans ce magni­fique man­teau de la Très Sainte Vierge, qu’est la basi­lique du Rosaire ! Tel a été le pri­vi­lège des 8000 pèle­rins qui étaient à Lourdes avec le pèle­ri­nage inter­na­tio­nal de la Tradition, orga­ni­sé les 28, 29et 30 octobre par la Fraternité Sacerdotale Saint-​Pie X. Les inten­tions de cette nuit d’a­do­ra­tion étaient les suivantes :

1/​Obtenir du Ciel pour le Saint Père, Benoît XVI, la force néces­saire pour libérer
tota­le­ment la Sainte Messe de tou­jours dite de Saint Pie V.
2/​Pour le retour de la Royauté sociale de N‑S. Jésus Christ.
3/​Pour le triomphe du Cœur Immaculé de Marie.

Cette nuit d’Adoration a dû com­bler de joie la Très Sainte Vierge pour son Fils. La réci­ta­tion d’un cha­pe­let était sui­vie d’une longue médi­ta­tion. Jusqu’à 23 heures la basi­lique était archi-​comble ; des pèle­rins étaient dehors ou se réfu­gieaient à la Grotte. De tout le sanc­tuaire marial sont mon­tées vers notre Roi et notre Reine des envo­lées d’Ave Maria. Oh heu­reuse nuit !

Les autres temps forts du pèle­ri­nage furent :

-Le same­di à 14h30 les che­mins de Croix, l’un dans la mon­tagne des Espégules, très éprou­vant sous un forte cha­leur, et l’autre, pour les 160 malades, dans la prai­rie face à la Grotte.
‑Le Dimanche à 9h : Grand’Messe solen­nelle dans la basi­lique saint-​Pie X et l’après-​midi la splen­dide pro­ces­sion du Saint Sacrement, avec un repo­soir à mi-​parcours, dans les rues même de la ville de Lourdes, sui­vie de la béné­dic­tion des malades.
‑Lundi 9h : Messe solen­nelle sui­vie de la pro­ces­sion à la Grotte pour clore ce très intense et très pieux pèlerinage.

L’année pas­sée quelques 6000 pèle­rins étaient venus dans le sanc­tuaire marial pour ce pèle­ri­nage du Christ-​Roi. Cette année nous étions 8000 : Christus vin­cit, Christus regnat, Christus impérat.

J.B.

Pour plus de renseignements

Credo

Revue bimes­trielle de l’as­so­cia­tion « Credo » :

« CREDO, revue bimes­trielle, com­po­sée par des laïcs, n’est pas une revue d’ac­tua­li­té mais veut être, tant dans le domaine spi­ri­tuel que tem­po­rel, un sti­mu­lant pour les fidèles, un ciment pour sou­te­nir la foi catho­lique, main­te­nir la Messe de tou­jours et trans­mettre toute la Révélation et la Tradition de l’Eglise Catholique, dans le sillage de la Fraternité Sacerdotale Saint-​Pie‑X. »

Président de l’as­so­cia­tion : Jean BOJO

11, rue du Bel air
95300 ENNERY

33 (0)1 30 38 71 07
credocath@aol.com

Secrétariat admi­nis­tra­tif

2, rue Georges De LaTour
BP 90505
54008 NANCY

Coordonnées ban­caires
CCP : 34644–75 Z – La source

Abonnement et ventes

Abonnement simple : 15 euros par an pour 6 numéros
Abonnement et cotisation :
– Membre actif : 30 euros.
– Membre dona­teur : 40 euros.
– Membre bien­fai­teur : 80 euros.

CREDO est en vente dans les cha­pelles ou à défaut au Secrétariat à Nancy (adresse ci-dessus).