La revue Fideliter

C’est toute ma gra­ti­tude que je désire expri­mer à l’ab­bé Grégoire Celier qui fut le res­pon­sable des édi­tions Clovis et de la revue Fideliter jus­qu’en 2007 et à l’ab­bé Philippe Toulza qui a pris la relève depuis lors et jus­qu’à main­te­nant. Eux-​mêmes et leurs col­la­bo­ra­teurs, dans le pas­sé comme à l’heure actuelle, ont accom­pli et accom­plissent un tra­vail remar­quable pour publier régu­liè­re­ment de nou­veaux titres de livres aux édi­tions Clovis et pour assu­rer la sor­tie régu­lière de la revue. Cet apos­to­lat par l’é­cri­ture, par­fois aus­tère pour les prêtres qui le rem­plissent, demeure indis­pen­sable car la lec­ture de bons livres et de bons articles est essen­tielle pour nour­rir l’in­tel­li­gence et la pré­ser­ver de bien des erreurs.

Parmi les dif­fé­rentes revues authen­ti­que­ment catho­liques, Fideliter a tou­jours vou­lu conser­ver un équi­libre, dans ses colonnes, entre un volet de for­ma­tion intel­lec­tuelle et doc­tri­nale et des pages d’in­for­ma­tion concer­nant le foi­son­ne­ment des œuvres et des acti­vi­tés de la Tradition.

C’est spé­cia­le­ment à tra­vers ses dos­siers que Fideliter four­nit des études sub­stan­tielles sur les sujets qui concernent notre sainte reli­gion. À la lueur des grands prin­cipes de la foi, c’est tan­tôt les aspects du che­mi­ne­ment de l’âme vers Dieu, tan­tôt la vie des dif­fé­rentes socié­tés aux­quelles les hommes appar­tiennent qui sont éga­le­ment évo­qués. Régulièrement, des ana­lyses sur la grande crise qui sévit dans l’Église per­mettent encore de gar­der le cap dans la tem­pête. Mais, outre ses dos­siers, Fideliter com­prend encore bien d’autres rubriques excellentes.

Citons par exemple ces articles régu­liè­re­ment don­nés par les reli­gieuses de la Fraternité sur l’é­du­ca­tion des enfants. Il faut espé­rer qu’un nombre tou­jours crois­sant de parents puisse lire ces pages qui mani­festent une remar­quable connais­sance psy­cho­lo­gique de l’en­fant. Souhaitons qu’un jour cette col­lec­tion d’ar­ticles puisse même un jour être réunie dans un livre.

Si la revue Fideliter nour­rit notre ver­tu de foi, elle relance aus­si régu­liè­re­ment notre espé­rance en nous fai­sant part des œuvres qui naissent et se déve­loppent dans la Tradition ain­si que des acti­vi­tés nom­breuses, anciennes ou nou­velles, qui se déroulent dans le dis­trict et dans notre Fraternité. Les calen­driers des prieu­rés et du dis­trict sont char­gés de nom­breux évé­ne­ments et per­sonne ne peut être par­tout. Mais voi­là jus­te­ment un pano­ra­ma que nous en retrans­met la revue et dont cha­cun peut profiter.

Nous pen­sons en par­ti­cu­lier à ceux dont l’âge ou la mala­die ne leur per­mettent plus guère de se joindre aux dif­fé­rents pèle­ri­nages ou aux grandes mani­fes­ta­tions publiques de foi qui sont orga­ni­sées mais qui sont heu­reux d’y prendre part à tra­vers les nar­ra­tions qui en sont don­nées et les pho­to­gra­phies qui les illustrent.

Comment croît la cha­ri­té ? Par un enra­ci­ne­ment plus pro­fond dans les âmes de l’a­mour de Dieu et du pro­chain. Nous pen­sons que Fideliter apporte sa fidèle contri­bu­tion à l’ac­crois­se­ment de cette ver­tu par l’es­prit qui l’a­nime. Lorsqu’on en tourne les pages et que l’on passe de celles qui sont doc­tri­nales à celles qui racontent les œuvres et les acti­vi­tés de la Tradition, il me semble que l’on découvre réel­le­ment cette foi vivante qui ne se contente pas seule­ment de croire mais qui devient agis­sante. C’est l’a­mour de Dieu et du pro­chain qui nous presse de le faire tou­jours davan­tage connaître et aimer : « Ce ne sont pas ceux-​là seuls qui écoutent la loi qui seront jus­ti­fiés mais ceux-​là qui la mettent en pratique. »

Il me reste à sou­hai­ter une longue vie à notre chère revue, à me recom­man­der à vos prières et à vous assu­rer des miennes, bien chers lec­teurs, pour toutes vos inten­tions per­son­nelles connues ou incon­nues, celles de vos familles et celles du dis­trict, que je confie au Coeur dou­lou­reux et imma­cu­lé de Marie.

Abbé Régis de Cacqueray †, Supérieur du District de France

Source : Fideliter n° 220

Capucin de Morgon

Le Père Joseph fut ancien­ne­ment l’ab­bé Régis de Cacqueray-​Valménier, FSSPX. Il a été ordon­né dans la FSSPX en 1992 et a exer­cé la charge de Supérieur du District de France durant deux fois six années de 2002 à 2014. Il quitte son poste avec l’ac­cord de ses supé­rieurs le 15 août 2014 pour prendre le che­min du cloître au Couvent Saint François de Morgon.