Le catalogue Clovis n° 63 de juin 2006

Poursuivant la consti­tu­tion de notre col­lec­tion « Chemins de lumière », nous venons d’é­di­ter le Saint Bernard, que vous trou­ve­rez dans ce cata­logue et qui fera, j’en suis cer­tain, vos délices.

Or, en pré­pa­rant cet ouvrage, j’ai été frap­pé d¹une coïn­ci­dence curieuse, éton­nante, que j’ai consi­dé­rée comme un petit clin d’œil pro­vi­den­tiel. Saint Bernard, en effet, fut le pré­di­ca­teur (et com­bien enflam­mé et convain­cant !) de la deuxième Croisade. Or, où se réunirent les chefs de cette Croisade (notam­ment le roi de France et l’empereur d’Allemagne) pour pré­pa­rer le dérou­le­ment de cette grande expé­di­tion, et ceci évi­dem­ment en pré­sence de saint Bernard ? Tout sim­ple­ment à Étampes, là où les édi­tions Clovis sont ins­tal­lées depuis neuf ans.

Et cela m’a fait réflé­chir. L’Église, selon le mot pro­fond de Bossuet, c¹est « Jésus-​Christ répan­du et com­mu­ni­qué ». Chaque par­tie de l’Église, selon ses com­pé­tences, la charge qui lui a été confiée, la grâce qui lui est propre, les cir­cons­tances qui se pré­sentent, doit tra­vailler à répandre et à com­mu­ni­quer Jésus-​Christ, son Évangile, sa grâce, son règne.

La chré­tien­té aurait besoin d’hommes poli­tiques chré­tiens et de sol­dats chré­tiens, pour réa­li­ser, dans les cir­cons­tances pré­sentes, une véri­table Croisade. Cependant, ce ne peut être direc­te­ment le rôle de Clovis.

La chré­tien­té, à un degré supé­rieur encore, aurait besoin d’hommes de prière et de pré­di­ca­teurs de la foi, comme le fut saint Bernard lui-​même, pour trans­mettre la Révélation de l’Évangile et sanc­ti­fier les âmes. Oui, il fau­drait beau­coup plus de prêtres, de reli­gieux, de reli­gieuses pour faire renaître la foi. Mais, là encore, ce ne peut être direc­te­ment le rôle de Clovis.

Si Clovis peut et doit inter­ve­nir pour « répandre et com­mu­ni­quer Jésus-​Christ », c’est en contri­buant à pré­pa­rer, à sus­ci­ter, à sou­te­nir à sa façon les hommes qui pour­ront deve­nir demain ces poli­tiques chré­tiens et ces hommes de prière. Par la revue, par le livre, par le cata­logue, Clovis est en mesure d’al­ler cher­cher les âmes là où elles sont ; de leur pré­sen­ter la doc­trine d¹une façon acces­sible ; de les éclai­rer sur leurs doutes et leurs dif­fi­cul­tés ; et ain­si, de les dis­po­ser à la conver­sion, que seule la grâce pro­pre­ment sacer­do­tale est capable de par­faire. Et au-​delà, de les sou­te­nir dans leur appro­fon­dis­se­ment de la foi.

L’apostolat sacer­do­tal n’est pas capable, mal­heu­reu­se­ment, en rai­son du trop petit nombre de prêtres, d’at­teindre toutes les âmes. Lancer de bons écrits à tra­vers le monde, comme des bou­teilles à la mer, c’est donc répandre la lumière du vrai bien au-​delà des fron­tières que nous imposent nos moyens actuel­le­ment limités.

Lors de son Jubilé de 1989, Mgr Lefebvre a eu des paroles très fortes à ce propos :

« Protégez et entre­te­nez votre foi par des lec­tures. Je ne peux citer toutes les publi­ca­tions, toutes les revues, tout ce qui grâce à Dieu a été sus­ci­té par des âmes fer­ventes et intel­li­gentes qui ont com­pris la néces­si­té d¹ai­der les fidèles à gar­der la foi catho­lique. Mais vous les connais­sez.. Ce sont là des moyens pré­cieux, sans comp­ter toutes les édi­tions. Je ne peux pas tout citer. Mais désor­mais, nous devons pro­fi­ter de cette pro­li­fé­ra­tion bien­heu­reuse de la part de ceux qui veulent nous aider à demeu­rer catholiques. »

Et c’est un fait que nous consta­tons : des âmes découvrent la véri­té, reviennent à la foi grâce à un de nos livres, à un numé­ro de Fideliter, au modeste édi­to­rial de ce cata­logue. C’est pour cela que l’oeuvre de Clovis, mal­gré les petits défauts que peut connaître une oeuvre humaine réa­li­sée par des hommes tou­jours impar­faits, est d’une impor­tance capitale.

Poursuivant donc la mise à dis­po­si­tion d¹ou­vrages simples et nour­ris­sants, nous vous pro­po­sons dans le pré­sent cata­logue. Une pen­sée par jour du saint Curé d¹Ars, Jean-​Marie Vianney. Chacune de ses pen­sées est frap­pée au coin du bon sens et de l’u­nion à Dieu la plus haute.

Enfin, puisque la plu­part d’entre vous par­ti­ront en vacances d’i­ci à quelques semaines, je vous recom­mande d’emporter dans vos bagages Le Siège de l¹Alcazar, cette magni­fique bande des­si­née que nous avons récem­ment édi­tée. A la mer, à la mon­tagne, dans nos belles cam­pagnes de France ou à l’é­tran­ger, elle vous per­met­tra de vous détendre agréa­ble­ment tout en vibrant au sou­ve­nir des héros qui, il y a soixante-​dix ans, durant les mois d¹é­té, résis­tèrent à dix contre un « pour Dieu et la patrie ».

Abbé Grégoire Celier †

Le siège de l’Alcazar

Soixante-​dix jours en enfer

Carlos et Luis Fresno Crespo
Traduction par Jose Antonio Blanco et Olivier Grimaldi.
Adaptation par Guy Lehideux

Du 21 juillet au 27 sep­tembre 1936, à Tolède, mal­gré la faim, mal­gré les bles­sures, mal­gré les bom­bar­de­ments, mal­gré le décou­ra­ge­ment, 1 787 hommes et femmes ont résis­té à un contre dix.

Pour Dieu et la patrie, ils ont ins­crit dans l’his­toire de l’Espagne une de ses plus belles et plus poi­gnantes épo­pées : celle des héros de l’Alcazar.

« En tant qu’Espagnol, Européen et ami de la France fidèle à ses tra­di­tions, je suis très heu­reux d’ou­vrir ces pages consa­crées à la geste glo­rieuse et inou­bliable de l’Alcazar.
Fils d’un com­man­dant d¹in­fan­te­rie et pro­fes­seur à l¹Académie mili­taire qui a été griè­ve­ment bles­sé durant le siège, tout ce qui, d’une façon ou d¹une autre, est en rap­port avec l’Alcazar éveille en moi un double sen­ti­ment : celui de l’a­mour d’un fils pour son père, celui de la fer­veur com­mune à tout patriote, fier des évé­ne­ments déci­sifs pour sa patrie.
Ces sen­ti­ments se renou­vellent à cha­cune de mes prières dans la crypte de ce sanc­tuaire héroïque où mon père, décé­dé quelques années plus tard, repose désor­mais. « Soixante-​dix jours en enfer » : mais aus­si soixante-​dix jours d¹hé­roïsme sans relâche.
Être un héros en col­lec­ti­vi­té pen­dant soixante-​dix longs jours, durant les­quels l’en­ne­mi peut uti­li­ser toutes les armes, en incluant les armes psy­cho­lo­giques pour désar­mer la volon­té de résis­tance, cela porte l’hé­roïsme à sa plus haute puis­sance. Quand, de sur­croît, l’hé­roïsme se pro­duit en se subli­mant au ser­vice d’i­déaux sacrés dont la sur­vi­vance est néces­saire à l’a­ve­nir de la patrie, alors se pro­duit un ébran­le­ment uni­ver­sel, une situa­tion com­mu­nau­taire de res­pect et d¹ad­mi­ra­tion, un souffle pro­fon­dé­ment humain de confiance dans ce futur si viri­le­ment défendu.
Dans la geste de l’Alcazar se mani­fes­ta la quin­tes­sence de la reli­gio­si­té, du patrio­tisme et de la voca­tion mili­taire d¹un peuple qui ne se résigne pas à mou­rir. Cette épo­pée raconte une des constantes de notre patrie, celle du sacri­fice pour main­te­nir l’honneur.
L’histoire de l’Alcazar est pla­cée sous le signe de l’u­ni­té, dans la mesure où elle vaut pour tous les peuples et pour toutes les géné­ra­tions. Mais il convient de l’ap­prendre à la jeu­nesse, je dirais même depuis l’enfance.
C’est pour cela que nous avons vou­lu offrir aux jeunes gens la magni­fique leçon de l’his­toire de l’Alcazar de Tolède, afin qu’ils l’ap­prennent et à l’oc­ca­sion l’imitent. »

Blas Piñar Lopez, fils d’un offi­cier du siège de l’Alcazar, fon­da­teur de Fuerza Nueva.

Scénaristes et des­si­na­teurs de bandes des­si­nées, Carlos et Luis Fresno Crespo sont nés à Soria, en Espagne, res­pec­ti­ve­ment en 1952 et 1956.
Album bande des­si­née – 48 pages cou­leurs – 22 x 28, 5 cm – réf. 21008 – 29 €.

Une pensée par jour, Saint Jean-​Marie Vianney, curé d’Ars

« Jean-​Marie Vianney, curé d’Ars, fut invi­té à prê­cher au peuple les choses de Dieu, conso­lant ici une dou­leur, don­nant là des conseils. La parole de Dieu, prê­chée par cet élu de Dieu, empli d’une si grande dou­ceur, d¹une si grande sol­li­ci­tude pour les âmes, d’un si grand amour du Ciel et des hommes, fai­sait que lui-​même, le pre­mier, et ses audi­teurs à sa suite, pleuraient. »

Saint Pie X, 8 sep­tembre 1904.

144 p. – 11 x 16,5 cm réf. 21 010 – 13,50 €

Collection Chemins de lumière

Une col­lec­tion, unique au monde, d’al­bums illus­trés par des images légendées.

Populaire, édi­fiante, aux illus­tra­tions réa­listes et fort évo­ca­trices. On ne trouve pas mieux pour for­mer l¹âme des enfants à la vie chré­tienne que ces vies de saints conden­sées, du meilleur esprit traditionnel.

Chaque titre : 4 images par page avec texte sous chaque image – 44 p. – 18 x 27 cm 7,50 €

n° 1. sainte Thérèse de Lisieux réf. 21 996 Guy Lehideux. Illustrations de Charlie Kiefer.
n° 2. saint Dominique savio réf. 21 252 Abbé Gaston Courtois. Illustrations de Robert Rigot.
n° 3. saint Pie X réf. 21 268 Abbé Jean Clerc. Illustrations de Pierre Decomble.
n° 4. saint Padre Pio réf. 21 254 Guy Lehideux. Illustrations de Charlie Kiefer.
n° 5. saint Benoît réf. 21 452 Dom Blaise Pons. Illustrations de Robert Rigot.
n° 6. saint Louis réf. 21 456 Geneviève Veuillot. Illustrations de Le Rallic et Robert Rigot.
n° 7. Bienheureux Miguel Pro réf. 21 550 Marie Migneaux. Illustrations de Robert Rigot.
n° 8. Notre-​Dame de Fatima réf. 21 001 Agnès Richomme. Illustrations de Robert Rigot.
n° 9. Bx Charles de Foucauld réf. 21 006 Abbé J. Vignon. Illustrations d¹Alain d¹Orange.
n° 10. Saint Bernard réf. 21 009 Agnès Richomme. Illustrations de Robert Rigot.