Les éditions Clovis rééditent la biographie de Gabriel Garcia Moreno du Père Augustin Berthe

Gabriel GARCIA-​MORENO (1821–1875)
Président catho­lique de la République d’Equateur [1]
Par le Père Augustin Berthe [2]

Le 6 août 1875, Gabriel García Moreno, pré­sident de l’Équateur, est assas­si­né à la sor­tie de la messe par quatre hommes armés de sabres et de pistolets.

Quels aspects de la per­son­na­li­té de ce chef d’État ont bien pu pro­vo­quer cette haine meurtrière ?

Fils d’un mar­chand espa­gnol, García Moreno naît le 24 décembre 1821 à Guayaquil, prin­ci­pal port de com­merce de la toute jeune répu­blique de l’Équateur. L’Amérique latine est alors déchi­rée par ses contra­dic­tions. Si le peuple est catho­lique, l’élite est, quant à elle, gagnée par les idées libé­rales des phi­lo­sophes du XVIIIe siècle.

Enfant d’une nature timide, le jeune Gabriel devient un homme d’une remar­quable force de carac­tère. Docteur en droit, brillant avo­cat et redou­table polé­miste, García Moreno est pro­mis à une belle car­rière. Fuyant un pays miné par les luttes intes­tines, il s’exile quelques années en Europe.

Retrouvant à Paris la pié­té de son enfance, il revient dans sa patrie avec l’intime convic­tion que « l’Équateur ne trou­ve­ra la paix que si ses ins­ti­tu­tions démo­cra­tiques sont sou­mises à la sou­ve­rai­ne­té du Christ. »

Élu séna­teur, puis pré­sident de la République une pre­mière fois en 1859, il doit faire face à la guerre civile.

Il réta­blit la paix puis un début de pros­pé­ri­té éco­no­mique après trente années de ruine. Il est réélu par une quasi-​unanimité des voix du Congrès en 1869.

Il annonce alors la pro­mul­ga­tion d’une nou­velle consti­tu­tion fai­sant du catho­li­cisme la reli­gion offi­cielle de l’État. Désormais les lois du pays devront être conformes à la doc­trine sociale de l’Église. Il consacre offi­ciel­le­ment son pays au Sacré-​Cœur en 1873.

En quelques années, le visage de l’Équateur sera radi­ca­le­ment trans­for­mé – en bien – au grand dam des enne­mis de l’Église.

Ces der­niers n’ont de cesse de com­plo­ter sa chute poli­tique. Craignant de le voir réélu une troi­sième fois, ils décident de por­ter un coup fatal contre celui qui incarne l’exemple vivant d’un chef d’État authen­ti­que­ment chrétien.

Prix : 22.00 € /​432 pages

Sources : Editions Clovis-​Fideliter [3]

Notes de bas de page

  1. Lire aus­si : Gabriel Garcia-​Moreno (1821 – 1875) – Président catho­lique de la République de l’Equateur[]
  2. Le Père Augustin Berthe (1830–1907), prêtre mis­sion­naire de la Congrégation du Très-​Saint-​Rédempteur, a été pro­fes­seur de rhé­to­rique à Rome. Il fut un moment le secré­taire de García Moreno.[]
  3. A com­man­der en ligne sur le site des edi­tions clo­vis[]