Saint Alphonse de Liguori, par le Père Augustin Berthe

Voici réédi­tée la bio­gra­phie de la grande figure spi­ri­tuelle du 18e siècle.

Le XVIIe siècle a don­né des saints illustres à l’Église : François de Sales, Jean Berchmans, Robert Bellarmin, Vincent de Paul, Marguerite-​Marie … Le XVIIIe siècle paraît plus pauvre en saints illustres, tel Louis-​Marie Grignon de Montfort. On est ten­té de pen­ser que ce siècle, dit des Lumières en rai­son de sa sape de la civi­li­sa­tion chré­tienne et tra­di­tion­nelle, a limi­té la dif­fu­sion de la grâce dans la vieille Europe – excep­té la grâce du mar­tyre puisqu’il a per­sé­cu­té, dès 1789, les chrétiens.

Mais voi­ci une figure qui cor­rige cette idée : Alphonse, de la famille noble de Liguori. Une enfance dévote à Marie, un métier d’avocat exer­cé avec suc­cès, ain­si com­mence la vie d’Alphonse. Mais brus­que­ment il fait ses adieux au bar­reau et s’adonne à la prière, aux macé­ra­tions et au soin des malades. Alphonse se pré­pare au sacer­doce. Ordonné prêtre en 1726, il se dépense auprès des infirmes lors d’une épi­dé­mie à Naples. 

Il pose les fon­de­ments d’une congré­ga­tion dévouée à l’apostolat auprès des pay­sans : ce sera l’institut du Très-​Saint-​Rédempteur – les rédemp­to­ristes. Il entraîne ces reli­gieux sur la voie de l’amour de Dieu. Car Alphonse de Liguori ne fait pas par­tie de ces par­faits chré­tiens dont la sain­te­té reste dans l’ombre : la sienne nous éblouit, indé­niable, défer­lante comme une vague qui emporte tout autour d’elle. On découpe des mor­ceaux de ses vête­ments à son pas­sage dans les rues.

En 1762, il est contraint d’accepter l’évêché de Sainte-​Agathe-​des-​Goths, en Campanie. Mgr de Liguori y mul­ti­plie les mis­sions popu­laires. Puis s’accumulent les souf­frances phy­siques et les croix de toutes sortes ; le croira-​t-​on ? Il est expul­sé de la congré­ga­tion qu’il a fon­dée. Ce qui ne l’empêche pas de pour­suivre la rédac­tion d’ouvrages de théo­lo­gie ou de vie spi­ri­tuelle, qui aujourd’hui se trouvent dans tant de biblio­thèques de foyers chrétiens. 

La vie de l’auteur des Gloires de Marie et des Visites au Saint-​Sacrement, un géant de l’Église, en Italie, au siècle de Voltaire, est racon­tée par le Père Augustin Berthe, un rédemp­to­riste à la plume pas­sion­née, auteur notam­ment d’une vie de Jésus-​Christ : Jésus-​Christ – Sa vie, sa pas­sion, son triomphe.

14 × 21 cm – 784 pages (Éditions Clovis).