Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, mais moi qui vous ai choisis

Troisième article de la série sur les voca­tions sacerdotales.

On devient clerc par l’ap­pel de l’Église. De même que Notre-​Seigneur Jésus-​Christ a choi­si ses apôtres et les a appe­lés, « voca­vit eos », vous aus­si, mes chers amis, qui allez revê­tir la sou­tane et rece­voir la ton­sure aujourd’­hui, vous êtes appe­lés par l’Église. Et c’est pré­ci­sé­ment ce qui fait de vous un clerc, un membre de la hié­rar­chie de l’Église. Cette voca­tion est quelque chose de très impor­tant. Saint Paul nous rap­pelle dans l’é­pître aux Hébreux (He 5,4) les paroles de Notre Seigneur : « Non vos Me ele­gis­tis, sed Ego ele­gi vos – ce n’est pas vous qui m’a­vez choi­si, mais moi qui vous ai choi­sis » (Jn 15,16).

C’est donc Notre-​Seigneur qui vous a choi­sis, et c’est ce qui consti­tue la voca­tion, non pas que vous ayez vous-​même le désir de deve­nir prêtre, non pas que vous soyez apte à deve­nir clerc, à deve­nir membre de la hié­rar­chie sacer­do­tale, mais parce que l’Église vous appelle. Alors, à ce moment-​là, vous êtes appe­lés, appe­lés par le bon Dieu pour appar­te­nir à sa classe sacer­do­tale et à par­ti­ci­per à son sacerdoce.

Et quelles sont les tâches de cette hié­rar­chie, de cette prê­trise ? Transmettre la foi, éclai­rer les esprits, appor­ter la lumière dans les âmes et leur ensei­gner la révé­la­tion que Notre-​Seigneur Jésus-​Christ est venu annon­cer : « Vos estis lux mun­di – vous êtes la lumière du monde » (Mt 5,14). Vous devez donc, par votre pré­di­ca­tion, par votre ensei­gne­ment, briller pour éclai­rer l’es­prit, l’in­tel­li­gence des croyants et conver­tir les non-croyants.

Une deuxième tâche est la sanc­ti­fi­ca­tion. Vous devez atteindre cette sanc­ti­fi­ca­tion par tous les moyens que Notre-​Seigneur Jésus-​Christ a mis en œuvre pour sanc­ti­fier les croyants.

Le moyen le plus effi­cace, le plus beau, le plus sublime de la sanc­ti­fi­ca­tion que Notre-​Seigneur Jésus-​Christ a ins­ti­tué est son saint sacri­fice de la messe, qui est son sacri­fice sur la croix, son sacri­fice eucha­ris­tique. Les fidèles l’es­pèrent de vous, tout comme les autres sacre­ments que Notre-​Seigneur a ins­ti­tués. Ce sont les moyens par les­quels vous sanc­ti­fie­rez les fidèles. Ils leur don­ne­ront la vie de Notre-​Seigneur Jésus-​Christ, sa propre vie. Vous les gui­de­rez sur le che­min du ciel.

Enfin, il existe une troi­sième tâche pour les ecclé­sias­tiques : gui­der. Diriger, c’est-​à-​dire prendre toutes les mesures appro­priées pour faci­li­ter aux fidèles le che­min vers le ciel. C’est votre mis­sion : sau­ver les âmes. Pour sau­ver les âmes, il faut les gui­der, il faut leur mon­trer le che­min : « Ego sum via et veri­tas et vita – Je suis le che­min, la véri­té et la vie » (Jn 14,6). Vous aus­si, selon Notre-​Seigneur, vous êtes le che­min, vous devez mon­trer aux fidèles le che­min du ciel. C’est la tâche par­ti­cu­lière du prêtre, la tâche de ceux qui ont répon­du à la voca­tion ecclésiastique.

Source : fsspx.ch

Fondateur de la FSSPX

Mgr Marcel Lefebvre (1905–1991) a occu­pé des postes majeurs dans l’Église en tant que Délégué apos­to­lique pour l’Afrique fran­co­phone puis Supérieur géné­ral de la Congrégation du Saint-​Esprit. Défenseur de la Tradition catho­lique lors du concile Vatican II, il fonde en 1970 la Fraternité Saint-​Pie X et le sémi­naire d’Écône. Il sacre pour la Fraternité quatre évêques en 1988 avant de rendre son âme à Dieu trois ans plus tard. Voir sa bio­gra­phie.