27 octobre 2014 : Sermon écrit de Mgr Tissier de Mallerais pour le pèlerinage international de Lourdes


« Cette Messe qui est le véritable sacrifice, le sacrement du sacrifice du Calvaire,
celui qui est la source de toutes les grâces de Salut pour les âmes
et pour le monde, le véritable sacrifice victorieux. »

Ecouter ce ser­mon en ver­sion audio ICI
Accès à tous les repor­tages du pèle­ri­nage de Lourdes 2014

[Le style oral du ser­mon a été conser­vé volontairement]

Au nom du Père et du Fils et du Saint-​Esprit, ain­si soit-il.

Messeigneurs, bien chers fidèles,

Nous allons fêter saint Pie X et en même temps le fon­da­teur de la Fraternité Sacerdotale Saint-​Pie‑X, héri­tier de saint Pie X. La vie de Mgr Lefebvre peut se résu­mer en ces mots : la Messe pour le règne du Christ-​Roi. De saint Pie X, Mgr Lefebvre a fait le patron céleste de sa Fraternité sacer­do­tale. Pourquoi ? Avant tout pour qu’il appli­quât la devise de saint Pie X : Tout res­tau­rer dans le Christ. Voyons suc­ces­si­ve­ment, pre­miè­re­ment le pro­gramme uni­fiant de saint Pie X, appli­qué par Mgr Lefebvre et, deuxiè­me­ment, ce même pro­gramme oppo­sé à la révolution.

Le programme unifiant de saint Pie X, appliqué par Mgr Lefebvre

Je dis, ce pro­gramme de saint Pie X est un pro­gramme uni­fiant. Tout res­tau­rer dans le Christ. Tout est englo­bé dans le domaine du Christ. Il s’a­git de tout rame­ner, toutes les choses de la terre sous un seul chef, qui est Notre-​Seigneur Jésus-​Christ. Ce pro­gramme syn­thé­tise tout en Notre-​Seigneur Jésus-​Christ : la vie du prêtre, la vie reli­gieuse, la vie de la famille chré­tienne, la vie de l’é­cole par­fai­te­ment catho­lique, la vie de la pro­fes­sion et celle de la cité. Rien n’é­chappe à la sou­ve­rai­ne­té de Notre-​Seigneur Jésus-​Christ par qui et pour qui tout a été fait. Même l’ordre tem­po­rel n’é­chappe pas à la pri­mau­té uni­ver­selle de Notre-​Seigneur Jésus-​Christ. A sa pri­mau­té de nature comme Homme-​Dieu, le seul homme qui soit Dieu par­mi nous, qui est donc le prêtre et le roi. Et à sa pri­mau­té d’a­mour et de conquête par le sang de sa croix. Nul n’é­chappe à l’é­co­no­mie de la rédemp­tion. Ceux qui l’ac­cep­te­ront par la foi en Lui et qui seront sau­vés et ceux qui la refu­se­ront ; nul n’é­chappe à l’é­co­no­mie, au plan de la rédemp­tion. Simplement, pour réa­li­ser ce plan de saint Pie X, tout rame­ner au Christ, Mgr Lefebvre a trou­vé le bon moyen, le moyen essen­tiel, la Sainte Messe, le Saint Sacrifice de la Messe, ame­ner tous les hommes autour de l’au­tel du sacri­fice ^pro­pi­tia­toire de la Messe.

Voilà l’es­sen­tiel moyen de conquête, ce sacri­fice : la Messe qui est un sacri­fice conqué­rant. Pourquoi ? Parce que c’est par le bois de sa croix que Notre-​Seigneur a conquis les âmes. Regnavit a ligno Deus. Dieu règne par le bois de sa croix. C’est ce que nous chan­tons dans le Vexilla Regis au temps de la Passion. Et c’est par ce can­tique que les Vendéens mar­chèrent au sup­plice au champ des mar­tyrs. Il règne par le bois de la croix. En effet, c’est par la croix que Jésus a vain­cu le démon, le péché, l’es­prit du monde, la mort éter­nelle, même les empe­reurs païens. 

Au Gabon, mis­sion­naire, le jeune père Marcel Lefebvre voit de ses yeux la vic­toire de la Messe, qu’o­père la trans­for­ma­tion des âmes et même des visages de ces païens deve­nus chré­tiens, de ces indi­gènes deve­nus fidèles à Notre-​Seigneur Jésus-​Christ. De païens qu’ils étaient, deve­nus fidèles, ils seront désor­mais fidèles à leurs enga­ge­ments et spé­cia­le­ment à leurs enga­ge­ments de mariage.
C’est bien actuel, chers fidèles, face aux choses très sales et dégoû­tantes qui se disent à Rome. Mgr Lefebvre, en Afrique nous a décla­ré : j’ai vu, j’ai vu de mes yeux se trans­for­mer même les vil­lages. Non seule­ment spi­ri­tuel­le­ment et sur­na­tu­rel­le­ment mais aus­si phy­si­que­ment, maté­riel­le­ment, socia­le­ment, éco­no­mi­que­ment, poli­ti­que­ment. Et il ajou­tait : il n’y a pas de rai­son qu’au­jourd’­hui la Messe ne puisse pro­duire les mêmes fruits de trans­for­ma­tion par les mérites de Jésus-​Christ et les co-​mérites de Notre-​Dame Immaculée.

La réa­li­sa­tion du pro­gramme du Christ, Prêtre et Roi, c’est le triomphe de la doc­trine romaine que le jeune sémi­na­riste, Mgr Lefebvre, rece­vait à Rome, de ses maîtres romains, en par­ti­cu­lier le père Fuckly, père spi­ri­tain qui disait, à ses sémi­na­ristes : c’est par Lui, c’est par Notre-​Seigneur Jésus-​Christ que nous avons le centre de tout. Le roi, la solu­tion de tous les pro­blèmes, la nour­ri­ture de nos intel­li­gences et de nos coeurs, la vie de nos âmes, de nos patries, tout, et cela, ajou­tait Mgr Lefebvre, et cela trans­forme la vie. Nos maîtres romains nous ont ensei­gné l’in­té­gri­té du sacer­doce. C’est-​à-​dire le sacer­doce catho­lique, c’est-​à-​dire le sacri­fice du prêtre pour le règne de Jésus-​Christ. Il a bien dit cela, le sacri­fice du prêtre pour le règne de Jésus-​Christ, son règne indi­vi­duel dans les âmes, son règne public sur la cité, comme l’en­sei­gnait le pape Pie XI.

Mgr Marcel Lefebvre confronté à la révolution 

Et c’est là que nous arri­vons au deuxième point de cet expo­sé. Marcel Lefebvre confron­té à la révo­lu­tion, ani­mé ain­si de son sacer­doce pour le Christ-​Roi, va com­battre la révo­lu­tion dans l’Eglise.

A Rome, en 1923 où il entre comme sémi­na­riste, on res­pire encore le par­fum des ver­tus et des doc­trines de saint Pie X qui est mort à peine neuf ans avant. Le pape qui a condam­né le laï­cisme en France et qui a condam­né le moder­nisme par cette belle pro­fes­sion de foi qui est le ser­ment anti-​moderniste. Il a, par cette pro­fes­sion de foi, mobi­li­sé et uni le cler­gé catho­lique dans la défense et l’illus­tra­tion de la foi catho­lique. Nous le disons dans l’o­rai­son de cette fête, Deus, qui, ad tuen­dam catho­li­cam fidem et uni­ver­sa in Christo ins­tau­ran­da. Ô Dieu qui avez sus­ci­té saint Pie X pour gar­der la foi catho­lique, et rame­ner tout au Christ.

Le second, la res­tau­ra­tion du règne du Christ, ne va pas sans le pre­mier, la pro­fes­sion et la défense de la foi catho­lique. Ainsi a fait Marcel Lefebvre il y a bien­tôt qua­rante ans par une magni­fique décla­ra­tion de foi d’adhé­sion à la Rome catho­lique, gar­dienne de la foi et des tra­di­tions néces­saires à la conser­va­tion de cette foi, d’adhé­sion à la Rome éter­nelle, maî­tresse de sagesse et de véri­té, et le refus de la Rome néo-​protestante et néo-moderniste.

C’est à Rome comme sémi­na­riste que Mgr Lefebvre, à l’é­cole des papes, des ency­cliques des papes et spé­cia­le­ment des ency­cliques de saint Pie X, chers fidèles, qu’il a reçu cet idéal du com­bat de la foi, contre la révo­lu­tion. Ces sémi­na­ristes, ces jeunes prêtres romains étaient pré­pa­rés à mener le com­bat d’au­jourd’­hui, dans l’Eglise. Contre les forces des ténèbres déchaî­nées contre l’Eglise. Et on leur ensei­gnait le plan de ces forces des ténèbres, en trois points.

Premier point, il faut détrô­ner Notre-​Seigneur Jésus-​Christ dans la cité pour faire un état laïque. Sans Dieu, anti-​Christ. Ce qui a été réa­li­sé par l’Eglise – ou par les hommes d’Eglise -, par la liber­té reli­gieuse décla­rée en 1965, il y a bien­tôt cin­quante ans.

Deuxième point, non seule­ment détrô­ner Notre-​Seigneur Jésus-​Christ dans la cité, mais sup­pri­mer la Messe. C’est le deuxième point du pro­gramme anti-​Christ : sup­pri­mer la Messe de telle sorte que les prêtres ne croient plus en leur Messe, en ce sacri­fice pro­pi­tia­toire pour les péchés, ce qui a été réa­li­sé par l’Eglise – ou par les hommes d’Eglise -, par la nou­velle messe qui a estom­pé le but pro­pi­tia­toire du sacri­fice de la Messe afin de faire une Eglise laïque, une Eglise laïque.

Et troi­sième point de la révo­lu­tion, sup­pri­mer la vie de Notre-​Seigneur Jésus-​Christ Souverain Prêtre dans les âmes, sup­pri­mer la grâce, afin que les âmes ne vivent plus en état de grâce. Faire des âmes laïques. Telles étaient les trois expres­sions de Mgr Lefebvre lui-​même, le plan des forces sata­niques en trois points. Faire un état laïque, faire une messe laïque et faire des âmes laïques.

Les armes que Mgr Lefebvre a choisies pour combattre cette révolution dans l’Eglise

Alors Mgr Lefebvre va s’op­po­ser et prendre ce pro­gramme maçon­nique, le ren­ver­ser et en faire le pro­gramme catho­lique de la Fraternité Sacerdotale Saint-​Pie‑X. En trois points :

Premier point : rendre son sens la Messe. Cette Messe qui est le véri­table sacri­fice, le sacre­ment du sacri­fice du Calvaire, celui qui est la source de toutes les grâces de Salut pour les âmes et pour le monde, le véri­table sacri­fice vic­to­rieux. C’est ce qu’il a fait, en refu­sant la nou­velle messe et en gar­dant la Messe de tou­jours.

Deuxième point du pro­gramme catho­lique véri­table : for­mer une élite de chré­tiens, que vous devriez être, chers fidèles, une élite de chré­tiens vivant en état de grâce, réso­lus de se sacri­fier et de se sanc­ti­fier sur le modèle et par la grâce de Notre-​Seigneur Jésus-​Christ et de la Très Sainte Vierge Immaculée, et réso­lus à com­battre pour le Christ-​Roi. C’est le deuxième point, une élite de chré­tiens vivant en état de grâce.

Et troi­sième point du pro­gramme catho­lique : par cette élite, re-​couronner Notre-​Seigneur Jésus-​Christ, Lui rendre publi­que­ment sa cou­ronne, en édi­fiant d’a­bord ce que nous avons fait. Les bas­tions de chré­tien­té, les bas­tions de chré­tien­té que sont nos prieu­rés, nos monas­tères, nos cou­vents, nos familles chré­tiennes nom­breuses, aux nom­breux enfants, l’é­du­ca­tion véri­ta­ble­ment catho­lique, les écoles inté­gra­le­ment catho­liques, la pro­fes­sion sou­mise à la loi de Notre-​Seigneur Jésus-​Christ et fina­le­ment la vie poli­tique orga­ni­sée selon les com­man­de­ments de Dieu.

En pour­sui­vant ce pro­gramme du sacer­doce pour le Christ-​Roi envers et contre tous les obs­tacles et les menaces de sanc­tions de la part de la Rome nou­velle, nous sommes gagnants d’a­vance, chers fidèles. 

En appli­quant cette réflexion aus­si que Mgr Lefebvre fit le 30 mai 1988, quelques semaines avant les sacres épis­co­paux, le lien pure­ment for­mel avec la Rome nou­velle n’est rien devant la pré­ser­va­tion de la foi. Le lien for­mel, ce lien arti­fi­ciel, ce lien qui serait un simu­lacre avec la Rome nou­velle n’est rien devant la pré­ser­va­tion et la pro­fes­sion de la foi catho­lique. C’est à un tel témoi­gnage de notre foi catho­lique que la Fraternité Saint-​Pie‑X est invi­tée. Celui qui per­sé­vé­re­ra jus­qu’à la fin, celui-​là sera sau­vé. Nous ne pou­vons mieux, disait Mgr Lefebvre, et nous pou­vons le dire encore aujourd’­hui, nous ne pou­vons mieux aider le suc­ces­seur de Pierre qu’en exi­geant de lui la pro­fes­sion inté­grale de la foi catho­lique. Nous ne pou­vons mieux aider le suc­ces­seur de Pierre qu’en trans­met­tant la foi catho­lique, en la pro­cla­mant à temps et à contre-​temps, par un sacer­doce doc­tri­nal, un sacer­doce saint, un sacer­doce com­bat­tif, un sacer­doce mis­sion­naire, et un sacer­doce marial, dédié à la Très sainte Vierge Marie, à son apos­to­lat et à son règne.

In nomine Patris, et Filio, et Spiritu Sancti, amen.

Mgr Bernard Tissier de Mallerais

Source : La Porte Latine

La trans­crip­tion [Y. B‑R] et les inter­titres sont de la rédac­tion de La Porte Latine

Version audio :LPL/​141027

FSSPX Évêque auxliaire

Mgr Bernard Tissier de Mallerais, né en 1945, titu­laire d’une maî­trise de bio­lo­gie, a rejoint Mgr Marcel Lefebvre dès octobre 1969 à Fribourg et a par­ti­ci­pé à la fon­da­tion de la Fraternité Saint-​Pie X. Il a assu­mé d’im­por­tantes res­pon­sa­bi­li­tés, notam­ment comme direc­teur du sémi­naire d’Ecône. Sacré le 30 juin 1988, il est évêque auxi­liaire et fut char­gé de pré­pa­rer l’ou­vrage Marcel Lefebvre, une vie, bio­gra­phie de réfé­rence du fon­da­teur de la Fraternité.